SANY0059

Bon, alors ça tu vois ça a déjà quelques jours. Je ne l'avais pas publiée par charité chrétienne envers la ville où je vis... Mais ce soir je suis très en colère et tu comprendras bientôt pourquoi.

SANY0080

Ca c'était sur un sentier où je suis allé faire une petite ballade cet après-midi quelquepart autour de Niort ; je l'ai ramassé et déposé dans la poubelle du parking du site géologique des Cinq Coux, lieu de ma ballade.

SANY0084

Ca c'était au même endroit et ça a eu la même destination. J'ai dû le déterrer, c'était à moitié enfoui. Il y avait d'autres bricoles mais je n'ai pas tout photographié : il s'est mis à pleuvoir et je devais protèger mon appareil. Mais ça encore, c'est banal par ici.

SANY0064

Ma colère elle est là ! Là y'a pleins de choses, dont des médicaments comme tu peux voir et tu vois pas tout, loin s'en faut parce que j'en ai ramassé plusieurs kilos de médicaments. D'ailleurs, je les ai encore, pas eu le temps de les porter en pharmacie. Et du coup je crois que je vais attendre un peu...

Parce que voilà : ce dépôt sauvage, je l'ai nettoyé il y a moins de trois semaines. J'avais oté le verre et les emballages. Mais il restait des choses qui ont été enlevées depuis sans doute par les services municipaux. A ce moment là il y avait des containers à verre, emballages, papier, il m'avait été facile de trier sur place. Plus quelques ordures que j'avais emmenées. Mais nous avions un tout petit véhicule comme ce soir. Alors il en était resté, bien rangé. Ce lieu c'est à l'entrée de Chauray, périphérie de Niort. Pendant que j'opérais, un glandu s'était arrêté et se foutait de ma gueule. Il est parti quand je lui ai fait un bras d'honneur.

Et voilà, ce soir je suis retourné là bas, il était autour de vingt heure, et il faisait nuit mais c'est à peu près éclairé.

J'ai bien vu que quelqu'un avait fini mon boulot. J'ai vu aussi qu'on avait oté les containers à papier et emballages. Une connerie ! Parce qu'en plus des dépôts sauvages habituels, y'avait plein d'emballages. J'ai éssayé de mettre un peu d'ordre et j'ai tout de même mis le verre dans le container à verre.  Tu comprends : y'a encore les containers à verre, quasi vides, mais z'ont mal aux reins ces gens là. Moi j'ai le dos en compote, le vertige quasi-permanent à cause de ça, mais c'est eux  qu'ont mal au dos.

Passons.

J'étais déjà furax qu'on aie enlevé une partie des containers.

Furibard en plus que les nettoyages tant de moi que de la commune aie servi à rien.

Furibard aussi qu'il pleuviotait, tout était trempé ; du coup je ne pouvais embarquer grand chose. C'est que y'en a, voyant que y'avait plus les containers à papier et emballages, les ont laissés sur place.

Et voilà qu'un quidam voyant qu'on était là est venu nous tourner autour, nous regardant bizarre, et nous a accusé de déposer des ordures alors que je nettoyais !!

C'est ça mon bonhomme : on mets un gilet jaune fluo et des gants quand on vient larguer en loucedé sans doute ?

Ce glandu, qui était peut-être un des dégueulasses après tout, a même relevé, ou fait mine de relever le numéro de la bagnole qu'on utilisait.

Il veut faire quoi ? Nous faire porter le chapeau ?

[Note bien que ce lieu est le même que celui évoqué dans mon papier du 30 mars :

http://canaldecharge.canalblog.com/archives/2009/03/30/13193969.html]

Ce blog, depuis qu'il existe témoigne de mon action. Mais ce que vous ne savez pas ; et je l'ai balancé dans les gencives du mec ; c'est que je suis membre d'honneur à vie d'un mouvement écolo pour mes actions en faveur de l'écologie. Je les avais sidérés les mecs. Je ne fais pas que ça, mais ça fait trente ans que je nettoie des décharges sauvages. J'agis en solitaire où avec une ou deux personnes maximum par misanthropie ou plein d'autres raisons.

Cette action dérange. Elle effraie. Et je le sais. Hé bien je continuerai. Et puisque à Niort on veut me chercher des poux, je tiens à souligner que la majeure partie des photos de ce blog ont été faites dans ce secteur ; une petite partie en Charente Maritime et quelques unes en pays de Loire. Mais je dois avouer que c'est bien plus propre là-bas (tout est relatif bien sur).

Et puisque on est venu me chercher des poux, je prends la décision de toujours dire je ferais les photos, je mènerais les actions. Jusqu'ici je restais discret. Mais voilà, c'est une fois de trop. Parce que c'est déjà arrivé qu'on me menace sérieusement de me casser la gueule, même sur mon propre terrain imagines !  Ouais parce qu'ils dégueulassent aussi mon terrain tu penses bien. Alors ce soir je suis en rage : ça pète, et ce n'est qu'un début mon pote !