Quelques charmes de la convivialité niortaise...

Ou on perdrait sa vie à compter les jean-foutres au mètre carré.

S6000222

De nuit

S6000223

De jour

S6000232

A n'importe quelle heure... Là ça faisait deux heures qu'il était là au moins mais j'étais en panne de batterie, j'ai dû attendre mon retour pour faire la photo. Quand c'est pas cette ventouse c'est une autre. Ah quand on oublie le parc-mètre plus de cinq minutes, là ils savent en coller des contredanses ! Mais les ventouses, ça jamais. Et ça arrive que y'en a deux ici. C'est là que je suis sensé mettre mes poubelles quand je les sors. La marque a été effacée par un idiot à l'émeri.

Venez vivre à Niort : du moment que vous avez du fric, vous pouvez vous garer n'importe où, même sur les espaces piétons à l'occasion, vous ne risquez rien !

S6000231

Remarquez y'a pas que lui... Et ce quidam là n'est pas le pire... Faudra je vous montre beaucoup mieux un de ces jours.

S6000225

Quand je parles de Jean-foutres ; qu'est-ce que ça fout là ça ? Avant y'avait un vélo là. Il a fini par être enlevé (visible sur ce site en petits morceaux). J'y ai aussi trouvé des disquettes...

S6000227

Ca c'est dans le même coin. On est sensé ne rien mettre en dehors des containers à ordures qui d'ailleurs devraient être rentrés en dehors des heures de ramassage. Mais quasi personne ne le fait en dehors de ma rue où le pli est enfin pris.

S6000228

Cabas appartenant sans doute à un illéttré. Comme on voit c'est au pied de la poubelle, sur le trottoir.

Annecdote : je l'ai embarqué. Ca ne me fera qu'un cabas de plus. La friteuse profitera d'un prochain voyage en déchetterie. En chemin un beauf m'a interpellé en me demandant si je faisais la route. Couillon va ! Encore un qui boit que d'l'eau...

Et tant que j'y suis, je vais vous concocter quelque chose sur les administrations niortaise. Ca n'a pas grand chose à voir avec le sujet de ce blog, aussi je le mettrai sur l'autre... Mais je ferais un renvoi. Parce que je crois que quand on a de l'émeri dans le cabochon ça traduit beaucoup de choses. Et que la dégueulasserie que je dénonce ici ne résulte pas d'une volonté délibérée, non, juste d'oeillères caractérisées ; un mélange de bêtise et d'aveuglement.