lundi 26 juillet 2010

Ecolos de Salon

C'est cette photo qui vaut ce titre : oser abandonner ses débris informatiques en pleine rue ; devant Notre Dame à Niort ; avec un autocollant pareil, faut être sacrément gonflé ! (y'avait pas que l'écran hein ? Une coque aussi et d'autres bricoles). On peut passer pour des cons après ça. Ca c'est le comique de service du we. C'était sur le parking du Leclec de Saint Jean d'Angély. J'ai mis des gants pour vérifier : pas avariées (mais vont pas tarder à l'être), rien... Pas compris. Bon pis ça c'est devant le donjon... [Lire la suite]

jeudi 22 juillet 2010

Pas trop le temps mais tout de même...

Je suis un peu débordé, je fais des photos ici et là mais je ne prends pas le temps de les publier... Le plus mariole c'était le soir du défilé, avancé au 13 pour cause de tour de vélo, ce sac au dessus se trouvait juste au point de départ des troupes. L'a fait exprès ou quoi ? Celle-là a passé une nuit à la belle étoile, sous la pluie, pauvre petite. Notez que les services de la ville l'ont emportée dans la matinée. Les charmes touristiques de la ville, tout près du Donjon (clic) monument... [Lire la suite]
Posté par Mikael3300 à 22:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
lundi 12 juillet 2010

AVONS-NOUS UNE SEULE CHANCE ?

"Ne leur parsonnez point ils savent ce qu'ils font" [parodie de Luc 23 : 34] On se voudrait chevalier de l'Arc-en-ciel (d'après une prédiction amérindienne) et on se retrouve parodie de l'Hidalgo de Cervantès. Quel que soit la direction où je porte mon regard je ne vois que désolation et destruction. L'incosncience de l'humanité confine à la folie. Michel, un contact de FB m'a envoyé ce lien : Ca rejoint comme un écho les descriptions que m'avait communiqué une étudiante en stage en Inde publiée il y a... [Lire la suite]
vendredi 2 juillet 2010

Ensemble, NE préservons RIEN... Ca vous va comme titre ?

Quelques charmes de la convivialité niortaise... Ou on perdrait sa vie à compter les jean-foutres au mètre carré. De nuit De jour A n'importe quelle heure... Là ça faisait deux heures qu'il était là au moins mais j'étais en panne de batterie, j'ai dû attendre mon retour pour faire la photo. Quand c'est pas cette ventouse c'est une autre. Ah quand on oublie le parc-mètre plus de cinq minutes, là ils savent en coller des contredanses ! Mais les ventouses, ça jamais. Et ça arrive que y'en a deux ici. C'est là... [Lire la suite]