dieu_l_opard_1Salut à vous peuples vaincus de l'histoire qui comme moi fils de la Terre écrasé par l'impérialisme agro industriel êtes obligés de survivre comme des souris traquées et voiler vos origines. Salut à vous qui respectiez la Terre et jamais ne l'auriez mise dans l'état où elle est. L'érection des torches de Prométhée condamnait l'avenir et on continue de nous dire que ce n'est pas grave, qu'il n'y a aucun risque pour la santé. Le peuple de veaux a confiance, sinon ce n'est pas entre 8 et 16 % que les verts auraient fait, mais 60 ou 80. Je sais, l'écologie n'est pas que verte, et les verts sont bien compromis, c'est de la vigne dyonisiaque leur vert, du beaujolais nouveau : beaucoup de feuilles et un peu de jus rose de raisin... Mais les autres, tous les autres, sont vendus sans vaseline aux impériums boursiers.

 

J'évoque les peaux rouges, j'eusse peu évoquer tout aussi bien les aïnous dont la pluspart d'entre vous ignorent tout, les aborigènes dont vous avez sans doute eu des échos, et bien d'autres... Ils n'étaient pas en conflit avec la Terre, et contrairement à ce qu'on nous chante, ce n'est pas uniquement en raison d'un état qualifié de "primitif" rebaptisé "premier" aux temps moderne par pudibonderie tout aussi condescendante.

idien_b_1

 

AIGLE_NOIRCe sentiment suffisant qui n'est pas hérité seulement de l'Eglise comme les chantres de gauche athéïco-laïcarde nous le serinent (il est une gauche croyante) ; mais aussi d'elle, bien sur, qui a trahi le message du Christ en l'instumentalisant en outil d'impérialistes conquêtes. Ainsi, Victor Hugo ne peut s’empêcher de s’écrier en 1841, lors de la conquête de l’Algérie que “ c’est la civilisation qui marche sur la barbarie. C’est un peuple éclairé qui va trouver un peuple dans la nuit. Nous sommes les Grecs du monde ; c’est à nous d’illuminer le monde ” ; représentatif "de gauche" de l'esprit qui faisait consensus à son époque. Pensée à laquelle de rares voix inaudibles s'opposaient, tel  Anatole France dans un essai publié en 1905 et intitulé “ Sur la pierre blanche ” où il souligne que “ les colonies sont le fléau des peuples (…). La politique coloniale est la forme la plus récente de la barbarie ou, si vous aimez mieux, la fin de la civilisation ”.

choux_3

De ces conquêtes se développa le "marché" dont la "main invisible" (se conf. Adam Smith) redistribua inégalement les richesses comme il est implicite dans une société de classes et stimula le développement technique qui impliqua la "croissance" longtemps présentée comme un "progrès". Ce lui-ci engendra l'habitude de la consommation comme seul sens et la nouveauté comme seule satiété. La nouveauté permanente suppose l'obsolescence accélérée et celle-ci le gaspillage. Vous voyez qu'on retombe sur nos pattes et le sujet de ce blog. Parce que c'est ce gaspillage, à tous les niveaux, tous les échelons, de la production à la consommation, qui engendra la destruction à petit feu de la Terre. Il serait trop long de m'étendre maintenant sur ce sujet. J'ai publié un excellent article sur Mikael 2012, avant-hier sur le sujet, vous pourrez le lire en cliquant sur la bannière ci dessous (s'ouvre dans une fenêtre différente) :

2011_03_24_210943

Il eût du se trouver ici et le présent papier là-bas ; si j'ai inversé, c'est pour des raisons de lectorat et de statistiques.