pain-37 (2)

Un sac glissé sous un buisson, c'est banal... J'en trouve tous les jours. C'est moi qui l'ai sorti à l'air libre...

Bien sur, j'ai voulu savoir ce qu'il y avait dedans...

 

 

pain-37

Comme souvent, de la nourriture gaspillée... Les gavés du nord occidental ont du pognon à perdre. De ça je me fous un brin ; sauf qu'ils sont toujours à se plaindre ; ce qui me fait mal au coeur, c'est de voir la nourriture gaspillée, méprisée...

pain-238

 

Vu l'état ça a fini là dedans, que voulez-vous que je fasse ? A exactement dix mètres de l'endroit où je l'avais trouvé ; ça témoigne de l'état d'esprit de ceux qui ont jeté...

 

pain-37 (1)

Un peu plus loin, sur un autre buisson, ce sandwiche moisi abandonné... J'ai fait la photo à la volée ; mon bus était à quai... Mais pourquoi ais-je eu envie de pleurer quand je l'ai vu ? Je devrai être blindé depuis le temps que je vois des choses comme ça. Mais justement ; je me rends compte que les gens qui se comportent ainsi sont majoritaires et que c'est pas près de changer. Maintenant quand j'entends quelqu'un gémir après son pouvoir d'achat, je ricane... Et pendant ce temps on nous bassine : "donnez, donnez pour la faim" etc... Ce comportement individuel est aussi collectif : des tonnes de riz se perdent dans des entrepôts à quelques encablures de famines (vu aux infos), de même j'avais publié cet été, sur un de mes blogs, la photo de tonnes de blé déversées à l'air libre à la merci des intempéries qui approchaient (et ont bien eu lieu : je leur doit de sacré déboires). On nous parle de "crise" ? La crise vous en êtes les acteurs. Tant que nous vivrons ainsi nous creuseront la tombe de notre civilisation qui n'a ,plus d'autres repères que le nombrilisme. Une civilisation qui n'en mérite pas le nom. Mais le retour de bâton est proche, très proche... Le cirque boursier de ces temps derniers n'est rien qu'un coup de semonce... La situation est encore contrôlée, mais bientôt ce que vous n'avez pas voulu apprendre par l'intelligence, vous l'apprendrez par force. Produire pour gaspiller ne peut en aucun cas maintenir une machine économique où plus aucun spéculateur ne trouve son compte. C'est la logique même. Mais aussi : l'épuisement des écosystèmes obligera à des solutions radicales.

J'aurais souhaité autre chose... Mais contrairement à ce que croient Eric, Daniel, Dominique et quelques dizaines d'autres qui se sont intéressés à ce que je faisais ; je sais que le beauf moyen imbu de ses délires préférera essayer par n'importe quel moyen fallacieux de me détruire plutôt que changer. Je continue la lutte sur divers terrains de l'écologie uniquement par fidèlité à un idéal... Pour le moment. Parce que je suis maintenant convaincu que l'humanité ne mérite pas ce combat.