Un ensacheur sachant ensacher doit savoir ensacher sans perdre son sachet... Ou un pocheur sachant pocher doit savoir pocher sans pochtronner, heu, non là je mélange tout... Quoique...

SP_A2581Il est cinq plombes du mat mardi matin dans notre riante (hem!) et sinistre, heu, je veux dire charmante bourgade préfecture de province très profonde... Hé oui, il arrive très souvent que je hante nos corridors dès cette heure matutinale...

SP_A2582Et déjà j'en ramasse une... Je veux parler d'une poche plastique... Ce n'est d'ailleurs pas la seule que je ferais entre cinq et sept...

Je croyais que ça devait disparaitre ces machins là...

 

 

SP_A2589

Quelques heures plus tard...

SP_A2593

Encore plus tard...

 

 

 

SP_A2590Vers 17 h...

J'en ai fait au moins une quinzaine comme ça dans la journée... Et ce matin au moins une demi-douzaine. Ca vole partout. Ca traine partout... C'est assez délirant quand même... Porté par le vent, foulé, au pied ça voyage, atteint la rivière et dérive jusqu'à la mer

Les liens intégrés ci-dessus vous afranchirons, j'espère, des conséquences de nos actes. Ce que je dénonce ici, à longueur de papiers, n'est que le premier maillon de la chaîne qui conduit peu à peu à la stérélisation de notre monde. Je vous fiche mon billet qu'il fut un temps où Mars était aussi une planète vivante... Sinon il n'y aurait pas de circulation d'eau comme ça vient d'être démontré... En tous les cas, cette dérive des plastiques empoisonne nos océans et forcément nos poissons. Vous n'aimez pas le poisson et vous en fichez ? Oui, alors sachez que vos volailles en mangent des restes de poisson empoisonnés, surtout d'ailleurs celles dont vous achetez les escaloppes pour vos boucan à enfumer les voisins (notez que la dérive argotique du terme qui signifie "faire du bruit" vient directement de la même origine : les pirates avinés et leurs potes boucaniers faisaient un tintouin d'enfer, comme vous d'ailleurs, empêchant tout les autres de dormir du sommeil du juste, lors de leurs soirées). Y'en a aussi dans les croquettes de votre fauve que vous persistez à prendre pour un nounours. Mais vous continuez à piailler pour avoir des pochesà tout prix, au lieu d'avoir un bon vieux cabas ou un petit chariot à roulette, voire un sac à dos dédié. Comme si on n'avait pas assez de la couche d'ozone pour nous massacrer à terme !

taoisme-copie-2copie

Ce que je fais des poches que je ramasse ? Ben je m'en sers de poubelle tiens ! Toujours quelques sacs (beaucoup) à acheter en moins... M'enfin, sois dit en passant, je m'en passerais bien. J'ai déjà une collection de sacs et cabas... Je voudrais remarquer aussi que, en dehors d'autour du marché, j'en trouvais moins ces derniers mois,et, depuis septembre, c'est reparti comme à mes débuts ici y'a sept ou huit ans... Une épidémie !