31483061Il y a trois ans, le lundi 20 octobre 2008, Canal Décharge se lançait sur la toile avec l'article "les charmes provinciaux" ; c'était une reprise parue sur un autre blog plus généraliste et aujourd'hui défunt. Image et commentaire qui m'avait valu une volée de bois vert des lecteurs, comme chaque fois que je dénonçais la dégueulasserie. Alors, je décidais d'en faire un thème unique, à la face de tous les dégueulasses. Quand on dénonce des choses sur lesquelles nous n'avons que peu de pouvoir ; choix énergétiques nationaux, inondation au Bengladesh ou en Thaïlande, atteinte aux droits de l'homme à Ouagadougou etc... ; là on est félicité, adulé, bercé et soutenu. Si on a un costard et une cravate, on se prononce au nom d'un organisme reconnu par ceux là même qui crééent le problème qu'on est sensé combattre ; on peut tendre la main et dire "donnez" pour-contre la misère, la pollution, le dernier produit du greenwashing, avec un bel emballage marketing, là on est suivi, soutenu... Le bon bourgeois a bonne conscience, a fait sa BA et basta... Tant pis si une bonne partie du pognon sert surtout à payer les campagnes dites "de sensibilisation" et les salaires des cadres des organisations. Plus l'orga est importante et plus il en va ainsi. Il ne se passe pas de mois sans que je sois sollicité par courriel ou courrier... Et chaque fois j'ai mal au ventre, parce que j'ai conscience des coûts de telles opérations. Que ce soit pour la faim, la maladie, l'écologie... La première fois que j'ai été sollicité, c'était pour le Biaffra... Et les avions servirent de couverture aux transports d'armements... Je n'ai pas oublié mes sentiments de l'époque, ni ceux que j'ai éprouvé lorsque je l'ai découvert... Grâce à mon père qui m'a mis la documentation entre les mains...

Mais vous mettre le doigt sur vos propres dégueulasseries, celles sur lesquelles vous avez le pouvoir immédiat d'intervenir, ça vous gêne, ça vous dérange... J'en veux pour preuve la charreté d'insultes que j'ai reçues, souvent par contact direct. Sans compter ceux qui croient que leur intervention ici est obligatoire et me traitent de fasciste dès lors que je refuse leur commentaire qui contrevient au message que je veux faire passer. C'est comme si j'engueulais la Nouvelle République chaque fois qu'ils refusent un de mes commentaires. Ils m'ont publiés de nombreuses fois, c'est déjà pas mal !

Et malgré tout, Canal Décharge a ses fans ;pas très nombreux mais réels. Des lecteurs invisibles que je repère néanmoins et qui reviennent régulièrement. Ceux aussi que j'ai eu l'occasion de croiser, avec qui j'ai même discuté de vive voix. Et la Nouvelle République dont la rédaction s'est fait l'écho de mon action.

Parce que je ne me contente pas de gueuler... J'agis ! En toutes choses, j'estime que l'on a droit à la parole que si on se mouille dans le domaine que l'on défend. Je n'aime pas les purs théoriciens. Je nettoie, et ça, ça gêne ! Parce qu'à côté des Fans, il y a les détracteurs qui en rajoutent une louche à l'occasion et se fichent de moi... Vous voulez je vous dise ? Je leur pisse à la raie !

2011-10-17_200639

Trois piges à vous montrer que je brûle de l'essence pour trimballer vos merdes ; je nettoyais bien avant. Vous me direz que je ne suis pas obligé... Oui mais si je ne le fais pas, combien le feront ? J'ai remarqué qu'un endroit qu'on maintient propre finit par le devenir pour de bon. Il y a des lieux comme ça, où je suis allé régulièrement et qui ont fini par rester présentables... et par conséquent non pollués. Parce que c'est ça qui me motive le plus : l'impact des ordures laissées n'importe où sur la biosphère globale à long terme.

N'étant pas une assos médiatiquement "respectable", nous ne recevons aucun soutien matériel. Tout ça est à nos frais. Il y a bien un lien "soutenir ce blog" dans la colonne de droite, mais bien rares ceux qui y ont eu recours... Hé oui, il nous arrive de nous priver pour continuer notre action. Parce que ma chérie participe et me soutien (heureusement). Ce qui en fait une femme exceptionnelle à placer au dessus de toutes les autres. Je n'en connais pas encore une seule qui soit digne de lui lacer les souliers, pas même un mec... Et pas même ma pomme je crois.

2011-10-17_201015

Trois piges de Canal-Décharge et Niort est toujours une ville dégueulasse et ses abords une porcherie mal tenue...

2011-10-17_200905

Trois piges et vous gaspillez toujours la nourriture en vous plaignant que vous n'avez pas assez de fric...

cabas-7

Trois piges et rien, absolument rien n'a changé globalement. Des soutiens moraux, j'en ai eu... Certains sincères, d'autres pour se donner bonne conscience... Vous n'avez même pas idée que j'ai pu pister certains d'entre vous, au même titre que j'ai pisté les auteurs de dépôts sauvages, et avoir une petite idée de comment vous vivez, vous comme eux.

2011-10-17_200932Vous continuerez vos conneries, et je continuerai de mon engagement, juqu'à ce que mort s'en suive...Mais entre temps vous aurez eu pas mal d'ennuis... Il n'y pas besoin de contact ni même de se rencontrer pour récompenser de manière invisible un mortel, homme ou animal, de chacun selon ses moyens à chacun selon ses besoins... Et, de toute façon, le couperet atteindra sinon vous, du moins vos enfants, fatalement. Il n'y a pas de planète de rechange et coloniser Mars ne pourra, au mieux qu'être à la portée d'une minorité vivant en vase clos pressurisé ; sous réserve qu'on y parvienne, ce qui n'est pas gagné.

Parce que quoique la Nouvelle République (fichier pdf dans le lien) m'aie qualifié "d'utopiste", j'en suis à cent lieues. Je ne crois pas aboutir à quoi que ce soit un jour... Je participe d'un mouvement dont la seule raison est le chant du cygne dans l'honneur ; oui, j'suis pas tout seul ne vous en déplaise. Nous crèverons dans notre merde, dans un monde totalitarisé et globalisé, artificiel et pollué. Les zombies prendront la relève, et pour eux ça n'aura pas d'importance. L'anthropocène glisse doucement vers sa fin, tout doucement. Telle la grenouille (fichier pdf dans le lien) qu'on fait cuire à petit feu, vous vous engourdissez dans vos rêves.

bougon

Combien de millénaires de lutte et d'efforts, d'intelligence, de créativité, greffés sur des millions d'années d'évolution pour arriver à quoi ? Ravager tout en quelques décennies !

la tour ou maison Dieu

En fait, on pourrait encore gagner, mais pour ça, il faudrait que vous remettiez en cause vos habitudes, vos modes de vie et votre regard sur l'autre. On pourrait gagner si vous cessiez de montrer du doigt l'autre dès lors qu'il n'est pas habillé "top chébran" mais avec des fringues de récup. On pourrait gagner si vous cessiez de changer de sape tous les six mois et partagiez ce que vous avez en trop au lieu de jeter. On pourrait gagner si vous cessiez de vouloir à tout prix le dernier truc quel qu'il soit au prétexte qu'il vient de sortir. Parce que par la consommation nous commandons aux marchés. Les industriels et spéculateurs renonceront à nous faire gober n'importe quoi si nous ne suivons pas. Dès lors, moins de déchets et donc les coûts environnementaux et pécuniers s'amoindriront. On pourrait gagner si vous cessiez de jeter n'importe quoi n'importe où et ne jetiez que des déchets ultimes correctement triés. La conséquence en serait des économies pour vous, pour la société, pour la bioshère par économie des ressources. On pourrait gagner si vous cessiez de jeter autant de nourriture ; consommation qui contraint à des productions toujours plus intensives ce qui épuise la biosphère. On pourrait gagner si vous rapportiez vos médicaments non utilisés  en phamacie au lieu de les jeter dans la poubelle ou n'importe où, et en limitiez l'usage au strict indispensable. On peut faire face à des maladies, même graves, autrement. J'en suis la preuve vivante, moi qui devrait être mort. On pourrait gagner si vous ne vous amusiez pas à laisser dériver partout des poches et des ballons que vous lâchez même par plaisir. On pourrait gagner si, quand vous voyez trainer une canette ou une saleté quelconque devant votre porte, vous la ramassiez et la mettiez là où il faut. On gagnerait, en gros, si vous faisiez un petit effort de rien du tout, consommiez le plus localement possible, et cessiez de rechercher à tout prix le consensus mou et rendiez les allogènes responsables de vos maux que vous êtes les seuls à générer.

Mais vous ne le ferez pas l'effort. Si la Télé ne vous dit pas qu'une chose est mal, ou profitable, vous ne le ferez pas. Et encore, à condition que ça ne dérange pas vos petites habitudes mécaniques.

poubelle-natureDormez braves dégueulasses imbus de vous-mêmes, et tout particulièrement vous, chers niortais:-? Pensif... La différence entre vous et moi, c'est que moi je suis conscient de ma fin, et de ses conséquences, et que j'en ai pas peur.

taoisme-copie-2 copie