100_1175

Il semble qu'on puisse à nouveau mettre des images, alors j'en profite pour vous glisser celle-là... C'était juste avant la neige, j'ai trouvé ça dans un cabas devant un container papier. 33 numéro récents de "Libé" que quelqu'un reçoit par abonnement, jamais déballés, jamais ouverts... Ça m'a fait penser aux campagnes des colporteurs de la NR qui voulaient absolument me convaincre de m'abonner à leur quotidien. Même quand on avait des sous, je n'aurais pas eu le temps de les lire et ç'aurait encore fait du papier gaspillé. Ça n'aurait pas fini tout à fait comme ça parce que moi, quand je porte du papier au recyclage, je le mets DANS le container et le débarrasse de son plastique t'as qu'à faire. Mais sinon, j'suis pas étonné que la quidam soit abonnée et n'aie pas eu le temps de même les parcourir. Un quotidien, j'en lis deux ou trois articles dans la semaine, et généralement, quand c'est pas en ligne, c'est en bibliothèque. Il est fini le temps du coin du feu le soir peinard dès 17 h. Faut être passionné par le moindre détail pour tout lire en plus. Et Libé, les articles sont souvent très longs. La crise de la presse dont on nous ressasse les aléas régulièrement tient aussi à ça : la multiplication des titres et moyens d'information, le manque de temps des gens à s'y consacrer. Et au bout du voyage : des ressources gaspillées, des arbres abattus pour rien, du pétrole importé qui grève la balance extérieure. Mais un baveux qui coule, ce sont aussi des chômeurs en plus. Le serpent mord la queue du vice du cercle. Quid de la solution ? L’esbroufe de droite ou de gauche ne peut rien contre certaines réalités contextuelles. Par contre, il est évident que s'abonner à quelque chose pour rien, c'est gréver son propre budget, et laisser à d'autres le soin de ce que ça devient, c'est un peu, beaucoup dégueulasse. Parce que ça n'a pas été laissé là pour que les gens les récupèrent, non ! Ce cabas était caché sous d'autres, émanant de la même andouille. Et les sacs de dessus étaient très révélateurs : un mélange de bouffe gaspillée, périmée et non périmée, avec ceci de comique que la bouffe non périmée était entamée, et la bouffe périmée ne l'était pas. Sympa non ? Enfin, pour revenir à nos "Libé" : y'a quelques "une" qui seront un jour des collectors et s'arracheront dans quelques années. Si vous voulez spéculer sur de la collection future ou le marché des collectionneurs, on peut toujours s'entendre sur un prix d'ami hein ? Vu que j'ai ramené le cabas au local parce que je voulais les déballer et que j'avais rien pour mettre les enveloppes plastiques, et comme y'avait d'autres machins à trier en plus... Donc, sont propres, étaient sous emballages dans un énième cabas Leclerc (je sais plus combien j'en ai)... Vous voyez ? Je continue malgré tout...

 

LEONARDO-2