sales-2-(1)

Comment voulez-vous que j'aille me balader dans la nature ? Je marchais bien autrefois, j'étais passionné de rando, aujourd'hui je suis poussif d'accord, mais j'arrive à mettre un pied devant l'autre tout de même... Seulement voilà, l'immédiate "nature" très approximative autour de Niort, ça ressemble à ça. Là j'en ai trouvé sur plus de deux bornes je crois bien, j'ai fait des tas de photos mais deux suffiront à montrer l'état des lieux général... Complètement démoralisant.

sales-2-(4)

 A Vierzon ou à Melun, où j'ai quand même vécu 6 ou 7 ans chacun, je ne sais plus exactement, j'étais souvent en vadrouille aux alentours quand j'avais le temps. Jamais vu autant de merde. Je connaissais tous les sentiers, toutes les petites routes, et à pied ou à vélo, on va suffisamment lentement pour remarquer ce qui traine. Je rentrais avec un paquet de gâteau vide, parfois trois boites de conserves... Jamais plus. Mes raids à vélo ne faisaient jamais moins de quinze bornes, souvent trente ou quarante voire bien plus . A pied c'était de dix à quarante suivant ma fatigue, le temps, mon humeur, ma disponibilité. De quoi me démoraliser aujourd'hui. Des tas comme ça dépassent largement mes capacités de ramassage.

 aspiro


Et si y'avait que Niort... J'étais du côté de Saint Jean d'Angély pour affaire... Un carton à l'entrée d'une pâture, dedans les vestiges d'un aspirateur, d'une perceuse, des vieux stylos dans une poche, du verre brisé... J'ai embarqué avant que le dépôt ne s'aggrave. On était en bagnole, c'était plus facile aussi. J'imagine la tronche du paysan qui trouve ça à l'entrée de son champ...  Vous voyez, je me dévoue encore, mais j'ai plus le coeur ni l'espoir. C'est vraiment trop dégueulasse pour en venir à bout. Faudrait rapatrier les soldats d'Afganistan, leur confier le nettoyage, et les munir de solides gourdins pour en refiler une infusion à tous ceux qu'ils verraient déposer... Ca finirait peut-être par s'arranger... Je déconne à peine en disant ça.