RAONI-1Deux photos pour exprimer toute ma solidarité avec cette démarche et pour une fois ma fierté d'habiter Niort. Ma fierté de notre maire, la dame au mitan, qui a reçu, et soutien, le Cacique Raoni dont je suis solidaire de la cause depuis si longtemps. C'est quelque chose dont je parle peu parce que, hé bien comme je le dis si souvent, vous ne savez pas le tiers du quart de mes engagements. 

RAONI-2Bien sûr, je n'étais pas présent à leur petite réception, mais de toute façon, les mondanités et mézigue, c'est pas trop le top hein ? Ce n'est pas la première fois que j'ai l'occasion de relever qu'il y a quelques identités entre certains engagements de notre première magistrate et  ma pomme, ce qui me fait chaud au coeur ; même si sur d'autres terrains on diverge, je la respecte par rapport à ces points qui comptent par dessus tout pour moi. Et je suis capable de passer l'éponge sur pas mal de choses dès lors qu'il y a des engagements positifs. Mme le Maire a reçu Raoni, mais elle est aussi engagée contre la corrida par exemple. Autre combat où j'ai participé maintes fois.
Je lui avais un jour décerné une médaille en chocolat, et certains ont cru à une plaisanterie, mais non mes agneaux ! Je suis réellement heureux de notre maire pour un certain nombres de choses, et la médaille c'était pas volé, même si ça peut paraitre dérisoire. Parce que quand Canal Décharge, tant de fois villipendé pour son cynisme et ses râleries, décerne un compliment, c'est qu'il est mérité. Ils sont rares ceux dans la cité dont j'ai l'occasion de me féliciter de leur existence et surtout de leur engagement. 
Parce que pendant qu'on essaie bec et ongle, les poignées de militants sensibles et activistes, de défendre trois oiseaux, quatre arbres et les derniers arpents de forêt amazonienne et d'ailleurs, défendre les derniers peuples libres, et combattre les exès des industriels qui détruisent tout cela pour, ici construire un barrage géant,qui alimentera le gaspillage ; ailleurs produire de l'huile de palme et du bois exotique (pour nous) ainsi que de la barbaque en surnombre, d'autres dans la cité comme ailleurs gaspillent à tout va.

gaspillage-1D'un point de vue global voilà ce que donne le gaspillage selon les estimations officielles. Dans nombre de papiers je me suis exprimé sur le sujet et maintes fois souligné que je pensais qu'il s'agissait là d'une estimation à minima en étayant mes propos d'analyses photos et constats. J'ai régulièrement brocardé ce gaspillage, et je ne dérogerais à la règle que lorsqu'il aura cessé. Je ne donne pas la moitié, le tiers du quart de mes constats ici voyez-vous. Et si je suis fier des actions de notre maire, je suis consterné par ses admnistrés qui ne déparent pas au mitan des dégueulasses moyens, et j'ai même le sentiment, vu mes partages en privé avec mon réseau intime qui couvre à la fois plusieurs régions françaises mais aussi certains pays étrangers, que nous sommes dans une bonne moyenne, voire sur le haut du panier.

DSCN5274
Constat d'aujourd'hui au détour d'une rue près d'une poubelle...

DSCN5275Un carton de 6 bricks de gaspatcho non ouvert, date de péremption aujourd'hui ! Ce qui m'a fait le plus mal c'est que j'avais rien pour emmener, que j'étais déjà chargé, que je me trainais une crampe en plus. Ca fait mal au ventre. De toute façon, c'est là depuis combien de temps ? Avec les variations de température etc... ? Six c'est trop pour moi. Combien de désespoir comme ça ?

DSCN5273Cinquante mètres plus loin c'est ça, complètement foutu que j'ai déniché à même le sol. Ca a fini dans une poubelle privée, à vingt pas de là, que voulez vous !  Oui, privée ! Il avait qu'à rentrer son container le mec ! M'emmerde ! C'est pas l'heure de sortie, ni le jour pour le quartier et elle encombrait le trottoir m'empêchant de passer. Vengeance.

SP_A3011Oui, parce que quand je laisse, il n'est pas rare que ça traîne longtemps. Regardez ce sachet d'épices, la photo date de lundi quand je l'ai ramassé, le problème est que je l'avais repéré lors de ma visite à l'exposition sur l'Azerbaïdjan tout début novembre. D'un commun accord avec ma moitié, vu où il était, on a décidé de le laisser pour voir combien de temps il resterait en se disant que du papier et des épices, c'est pas le plus polluant. C'est dire si certains balayeurs font leur boulot avec entrain ! Je puis me permettre de les juger : c'est un travail que j'ai fait en intérim il y a bien longtemps, remplaçant des gars malades et en dépannage, job où j'ai sans doute bien rempli mon office puisque ça m'a ouvert certaines portes, ma responsable ayant fait des pieds et des mains pour me reclasser dans un taf correspondant davantage à ma qualif. Comme je dis toujours : si j'ouvre ma gueule c'est que j'ai de quoi l'ouvrir. Tout cela pour souligner combien le quidam moyen n'a rien à foutre des conséquences de ses actes. J'aurai pu, rien qu'aujourd'hui et hier, vous aligner trente photos du même genre que celles que je viens de vous montrer, de ce que j'ai ramassé et pas ramassé. Je parle de l'alimentaire, mais aussi des débris et emballages en tous genre, et par exemple aussi des poches et ballons de baudruche. Le dernier dans la catégorie, c'est hier à cinq plombes du mat' sur mon seuil de porte, à la dérive à demi dégonflé.Ces ballons qui posent tant de problèmes.

DSCF0054S'il m'arrive d'être fier de notre maire, comme ici, je suis consterné par mes co-administrés.

41902891