Pic_0505_005

 Je parlais de citoyenneté dans un papier récent, en voici un exemple flagrant... C'est commun dans cette rue et je ne sais plus sur quel blog j'ai publié l'article "Un vent de folie" où j'avais, juste avant le passage du camion benne de ramassage relevé et regarni toutes les poubelles de la rue ou presque. C'était au même endroit. Cette fois ci encore devinez qui a remis les choses plus ou moins en l'état d'origine ? Des bagnoles slalomaient au mitan des cadavres, un dimanche, et pas une ne se serait arrêtée ne serais-ce que pour les repousser du pieds sur le bas côté. Parce qu'il y en avait étalés sur toute la largeur alors même que la chaussée borde un parking quasi vide ce jour là et à cette heure... Pas possible de s'arrêter hein ?
Ceci dit ce quartier quoique peu ragoutant est nettement plus propre que d'autres que je connais... Je pense à la colline Saint André où j'ai fait récemment des photos de cloaques innommables. Je n'arrive pas à les charger ici, en 14 mpx c'est trop lourd pour mon actuel ordi-ordure... mais rien n'est perdu. Oui, j'ai plusieurs apn, en ce moment j'utilise plus souvent mon petit de secours pour cause, comme on sait, d'ennuis mécaniques.

huile1

Ce n'est que le miroir des rogatons du monde dit civilisé. On nous parle d'écologie, on nous dit que ça réchauffe le climat (surtout en ce moment d'ailleurs) mais les grands pontes de l'Europe viennent de nous pondre une de ces joyeuses écolonneries dont ils ont le secret. A savoir : à partir du 1° janvier 2014, les restaurateurs de l'UE ne pourront plus proposer l'huile d'olive en petites jarres ou en bol ; ce qui leur permettait de faire ce que nous faisons nous : acheter en gros bidons plus économiques et dispatcher ensuite. Ils auront l'obligation de la servir en bouteilles scellées jetables après être entammées. Sympa non, côté éconocroques et écoloillogique ? (Source : http://www.scoop.it ). Voilà une mesure qui devrait réjouir le niortais moyen comme l'illustre la photo ci-dessus. Ce n'est pas la première fois que je trouve de l'huile gaspillée, là ou ailleurs, mais cette fois ça bat le record. Oui c'est de l'huile.

huile1 (1)

Pour l'une d'elle, on se mouche pas avec des pincettes dites-donc ! Je ne connais pas le prix actuel ; il y a des années que je n'en n'ai pas acheté, et à l'époque c'était par 20 cl et ça allait chercher au moins dans les 10 € je crois. Là y'en a quasi un litre. Si, je vous assure qu'à l'odeur ça a l'air d'en être, de l'argan, et j'en ai mis 1 goutte sur mon doigt : au goût aussi. Même pas virée ! Impec... C'est à peine croyable et pourtant. L'autre c'est une huile d'olive sans doute industrielle mais de haut de gamme reversée dans la bouteille sans doute à partir d'un bidon. J'suis pas obligé de consommer en fait : je connais toutes sortes d'usages possibles qui nous ferons de sérieuses économies ! On s'étonne après que je regarde à deux fois quand je croise un niortais. J'en ai connu un comme ça qui gaspillait : il m'a vendu une épave maquillée (et que je soupçonne volée en plus) en 2006... Si c'était le seul à avoir endormi ou essayé d'endormir mes doutes et à me voler ou tenter de me voler... et dont j'ai pu vérifier qu'il entrait dans la catégorie jean-foutre décrite ici. Représentative d'un monde qui a perdu tout bon sens.mai-2013_NIKON1 465

J'ai bossé à la terre où je suis né... J'ai jamais vu qu'on arrosait le blé avant les années 90... Sauf que là, en plus, il pleut ! Ca s'inscrit dans la même logique que précedemment. Gaspillage indécent pendant que la guerre de la raréfaction de l'eau a commencé. Je pense encore une fois à René Dumont et à son verre d'eau dont vous vous êtes tant moqués.
La "civilisation", trempez la dans l'huile, trempez la dans l'eau, vous aurez un gros c[och]on tout chaud. Les Aymaras disent "siphilisation"... Y'a comme une odeur de vrai là-dedans.

LEONARDO-2

NDLR : Suis toujours dans la mouise coté ordi - commencé ce papier vers 15 h Lundi - Je vais/FB avec mon phone, avec l'ordi ça bloque sur la page profil, impossible aller plus loin ; impossible d'ouvrir mes mails sur yahoo, et sur le phone ça coûte trop cher. Y'a qu'ici et sur Tweetter que j'arrive à faire un peu kkchose, à condition d'être patient et que ça se foute pas en rideau entre temps. Mais j'ai décidé d'être présent malgré ce que j'avais dit dans mon avis ; rien que pour emmerder ceux que ça dérange et dire à mes vrai(e)s et rares ami(e)s : j'suis toujours vivant et je fais toujours la même chose. Le seul probloc : j'arrive plus à passer mes petites annonces pour le moment, et ça, c'est la galère assurée. Va falloir que je trouve un palliatif pour les remettre en ligne...