17mai-2013_NIKON2 003

Envers et contre tout, en dépit de tous les obstacles sur ma route, de toutes les peaux de bananes qu'on me glisse sous les panards, et bien que la situation n'aie guère évoluée depuis le 12 mai, date à laquelle je publiais mon « AVIS » selon lequel ce blog était condamné, je vais persister et signer. Pas de manière quotidienne sans doute, et les coms seront publiés quand je pourrais ; la connexion est difficile, assez aléatoire avec cet ordi-ordure que j'ai essayé d'optimiser avec l'aide matérielle de quelques potes grâce à qui j'ai pu pallier les déficiences du PC par GSM interposé et aussi en changeant quelques morceaux. J'ai aussi acheté quelques bricoles pour le futur PC qui remplacera le défunt. Je vais persister et signer, de loin en loin, parce que je ne recule jamais devant le front de ceux qui veulent me mettre en coupe réglée. Je risque fort d'être encore plus incisif qu'avant. N'importe comment, ceux qui se sentent agressés par mon ton ou mes paroles sont CONCERNES parce qu'ils se SENTENT VISES. Ni Squirellito, Ni la Louve (qui vient de me téléphoner y'a dix minutes à l'heure où j'écris), ni Jean-Louis, Ni Lauren, Ni Claudine, Ni Marie-Jo et j'en oublie, ne m'ont trouvé agressif, donc acte. Mordant certes ; du moins c'est ainsi que vous l'interprétez ; mais en quoi est-ce un défaut ? Le leitmotiv des services sociaux ça : le pauvre doit être soumis et la mettre en veilleuse. Le probloc est qu'ils n'ont pas bézef à m'offrir. N'importe comment, je me torche tout seul depuis l'adolescence, j'ai même torché mes parents à cet âge là, alors c'est bien simple : je trouverai une solution à mes emmerdes ou je crèverai, mais tant que je pourrais écrire une ligne, fusse par dictaphone et dactylo interposée, je dirai ce que j'ai à dire. S'il ne reste qu'un blog, ce sera celui-là : CANAL-DECHARGE. Intermittent du spectacle de vos ordures et gaspillages mais présent et grattant vos plaies au sucre pas toujours raffiné. Miroir des dessous de tapis ou on se dépêche de cacher les dégâts collatéraux de l'inconscience et des illusions. Les nouveaux articles sont publiés sous celui-ci.  

lion-rd

NDLR : On a eu le front, chez moi, de m'affirmer qu'il était normal que les pauvres paient pour les rogatons qu'on leur refile. Je tiens à souligner ici ; parce que je sais que la personne visée le lira ; qu'à Gérardmer où je ne suis pas resté longtemps pourtant (18 mois), j'avais du boulot (54 h par semaine !), je venais de débarquer les mains dans les fouilles où quasi suite à une séparation. Hé bien on m'a DONNE un mobilier en chêne massif de style Henri II en bon état et fourni un appartement à crédit de location, tout ça en 48 h, j'embauchais le lundi suivant (ce qui suppose qu'un patron m'avait fait confiance avec juste une poste restante !). Du coup je leur ai fait des cadeaux en partant, et sérieux en plus. Je suis parti parce que franchement : c'est dur comme climat là-bas pour un plainaud comme mézigue. Écrit pour la gouverne des services sociaux niortais.

 

 

76c407e9

 

10 juin 2013 :

Voilà, envers et contre tout j'ai un PC approximatif, une antiquité remise à jour. Ça rame un chouïa mais ça fonctionne et j'ai accès à mes boites mails. Évidemment j'ai dû mettre une rallonge par rapport à l'aide des copains ; ceci d'autant plus qu'une participation a été volée ! (Deux en réalité si je compte un précédent il y a quelques semaines). Au fond ça ne m'étonne pas. « On » me tourne un peu trop autour et mon indépendance dérange. C'est qu'il est difficile de me faire du chantage dès lors que je ne suis pas asservi par les services officiels. Quand trop de choses coïncident entre elles ; comme l'agression évoquée sur « Crobardures », les réactions bizarre du PC juste avant de planter, ou ce vol de chèque, je commence à me méfier de tout et tous et y'a de quoi. Qu'il y ait un ou plusieurs coupables, celui que je choperai avenue quatre œils paiera pour les autres. Maintenant on est dans la merde, mais tant pis, on y survivra, envers et contre tout et tous. Si vous voulez nous aider : y'a un lien paypal intégré sous la bannière, même trois euros c'est toujours un geste. Les frais seront pour nous de toute façon, pas pour vous alors... Pour vous ça change rien. Vous montrerez ainsi que vous n'êtes pas dans le camp qui veulent nous museler.
A propos : vous vous souvenez qu'on nous avait prêté un PC avec lequel nous n'avons jamais pu aller sur internet ? Le mec, dès qu'il a su que j'étais à nouveau pourvu a dit : « je vais venir le chercher » d'autorité sans attendre que je le joigne. Probloc : j'avais à faire et il a trouvé porte close (on m'a dit que quelqu'un a sonné ce jours là). Le gars je lui ai dit de téléphoner avant pour être sûr de me trouver... Mais la courtoisie niortaise suppose que les pauvres sont à la disposition des riches et il n'a toujours pas appelé. Ça l'écorcherai sans doute... Non, il veut bien avoir mes phones mais pas que j'ai le sien. Et prêter un ordi ça suppose ensuite récupérer des données même effacées... Comme si je ne savais pas me garder de ça. C'est la dernière fois que j'accepte un prêt d'un niortais ou banlieusard de cette cité.
J'en aurai d'autres bientôt et des marioles. En attendant il n'est pas question de montrer mon actuel PC... Et cette fois-ci le processeur n'est pas simplement clippé comme le précédent, faudra un peu plus de boulot. Et j'ai photographié toutes les pièces et les enregistrées chez un hébergeur. Y'aura moins de frais et plus de facilité de réparation la prochaine fois.

Lilith-7Longtemps en en-tête ce papier réintègre sa place dans le blog parce que la situation en perpétuel devenir nécessite que j'agisse un brin différemment.