matin28 005

5 h 30, je suis déjà en vadrouille dans la cité ; on m'avait signalé un cageot propre sur un trottoir et j'ai pensé que ça pouvait m'être très utile, mais mon intuition m'a poussé plus loin. Pour une fois la Cour Saint Marc est propre... Sauf que j'ai ressenti le besoin de soulever le couvercle de la première poubelle de cette série là.

matin28 004

Et voilà ce qu'il y a dedans : une très grosse batterie de véhicule. Très lourde. La sortir de là-dedans sans faire de bruit, avec mon dos en compote, ça aurait été quasi-mpossible... Et pour en faire quoi ? La poser à coté ? Ces crétins l'auraient remise dedans le lendemain ! L'emporter ? Avec la bagnole c'est pas discret (l'aurait fallu aller la chercher) et le diable pas beaucoup plus non plus, et lui aussi il est planqué assez loin. De toute façon, je suis sensé nettoyer les décharge sauvages, c'est la justification première de ce blog, pas trier les poubelles des voisins, à fortiori éloignés de mon domicile. Alors je me suis arrangé à ce qu'elle soit en évidence... Mais les ripeurs la verront-ils ? Rejetteront-ils la poubelle et est-ce que les idiots comprendront ? Y'a des fois comme ça, trop souvent, où je suis consterné. On a beau faire, ça n'effleure même pas les prémisses de la conscience, l'idée de tri chez nombre de nos contemporains. Après les piles, les batteries... Ca ne manque pourtant pas les points de dépots dans la ville ! Et ce n'est pas la première fois... De tels gestes individuels, multipliés par des milliers d'individus... Autant de métaux lourds et d'acide qui vont être enfouis en décharge ordinaires et avec les eaux d'infiltration finir dans nos nappes phréatiques et rivières qui serviront à arroser copieusement vos céréales, vos patates y compris macdonalisées, bus par les bestiaux sacrifés sur l'autel de votre consommation quotidienne. On n'a pas assez des pesticides non ? On en revient à l'effet papillon évoqué hier.

papillon3B