ordures_08_13-A 151 (3)

Dans quelques temps je reviendrai à ma vieille marmotte la foire au gaspi, à faire pâlir un macchabée en attendant marrons nous un chouïa ; pas au détiment de cette enseigne, qui se serait bien passé de la vacherie je gage, mais du quidam qui s'est foutu de leur gueule dans les grandes largeurs. Voilà, j'explique : j'arrive en réalité de la barrière à gauche au fond là. Normalement je n'ai pas à passer là, et en plus ce n'est pas ma route pour aller chez moi depuis la Place Georges Renon où j'étais allé faire quelques jolies photos de fleurs, ce dimanche, dont j'ai fait bénéficier les facebookiens... Et aussi compter les nids d'hirondelles à proximité. Mais comme d'hab', une fichue intuition m'a poussé à empiéter sur ce parking, à pied. J'ai immédiatement repéré le cabas. Mais je n'ai pas fait de photo tout de suite, je voulais savoir ce qu'il y avait dedans. D'où la photo "après" et non pas "avant"...

ordures_08_13-A 151 (1)

Et là j'suis resté comme un couillon ! C'est pas la première fois qu'on leur fait le coup. Une fois c'étaient des briques, mais au moins ça avait été posé sur le bas coté, en bordure de parking. Là c'est en plein mitan. Avouez que y'a de quoi s'interroger sur la santé mentale du gars. Des cailloux ! Mais il pouvait les poser n'importe où dans la nature ses cailloux, eût égard à la faible quantité ! A moins que ce ne soit un dépôt stratégique en vue d'un remake de mai 68 ? Ca me fait songer que l'autre jour Théo, notre chroniqueur local disait qu'on avait chourravé des pavés au centre ville. Serais-ce ? J'ai touché à rien, laissé en l'état. De toute façon c'est un espace privé à gérer par le magasin. Dès fois je leur ramasse une canette, une poche qui vole, mais je m'en tiens là de préférence. Pis vous me voyez brasser des cailloux ? Non mais ça va la tête ? Le parking étant fermé j'aurais dû faire plusieurs dizaines de mètres avec ça sur le dos jusqu'à la bagnole d'ailleurs encore une fois à moitié hors d'état de nuire. Pas fou encore tout de même.

ordures-05_08_13-B1 075 (3)

Au chapitre tout aussi farfelu, du coté du CNAR, là où démarre le Quai Métayer, une paire de grolles espionne nos communications pour le compte de la CIA à moins qu'un aéronaute en péril aie eu la nécessité d'alléger sa montgolfière et largué ses godasses en ultime recours.

lutin19