samedi_02-11-13 041

J'en suis toujours pas revenu. C'est une cuvée 2011, mais c'est ce samedi 2 novembre que j'ai fait la photo. J'ai pas tout compris. Je ne saurais vous dire si c'est bon : je ne l'ai pas bue. J'ai juste trouvé marrant de publier cette idiotie, que j'ai d'ailleurs laissée sur place ; la bouteille est bouchée solidement ; dès fois que ça brancherait un quelconque boit sans soif. Y'en a tellement....  C'est qu'au moment où je l'ai trouvée je sortais d'un constat récurrent et c'est venu souligner mes questions. Y'a ceux qui comme ici achètent du sensé être "bon vin" et y touchent à peine et ceux qui consomment de la vinasse par cubi et eux n'en laissent pas une lichette...

CUBI_31-10-13 098 (1)

Le problème récurent c'est qu'après on les trouve à trainer n'importe où aussi les cubis. Le pinard là-dedans est au vin ce que la charcuterie industrielle est à l'artisanale, avec un impact environemental et de santé équivalent, ni plus ni moins que n'importe quelle bouffe industrielle. Reste que les utilisateurs ont un petit pois dans la tête et ne savent pas quoi en faire une fois vide, eux qui s'imaginent qu'on ne peut vivre sans son picrate quotidien. Ca me fait penser à ces jeunes rencontrés tout à l'heure qui s'imaginent qu'on ne peut vivre sans son joint régulièrement. C'est omniprésent ici. La force des conditionnements. Mais là n'est pas le problème. L'emmerde c'est que le machin là, ça fait trois semaines qu'il trainait et j'en ai eu marre ! Normalement faut l'ouvrir, oter la poche plastique dedans et jeter séparément aux emballages pour que le tri soit bien fait. Normalement... Mais étant saturé, j'ai voulu faire une petite démonstration photo alors je m'en suis tenu au plus simple.

CUBI_31-10-13 098 (2)

Un coup de pied, un seul, et le voilà réduit en galette... Ah oui, faut ouvrir le bouchon avant.

CUBI_31-10-13 098 (3)

Et voilà : ça passe par le trou, ce qui n'était pas possible avant. Ca en fera toujours un de moins emporté par l'eau de ruissellement et le vent à dériver un jour ou l'autre sur les rivières jusqu'à la mer pour empoisonner les poissons.

CUBI_31-10-13 098

C'est passé, mais ça n'a rien solutionné. Le vrai problème c'est l'origine du fait : la consommation de masse à tout prix, et de préférence le moins cher possible parce que les sirènes de l'illusion vous ont induites à n'exister qu'à travers cela. Vous êtes ce que vous consommez. Mais si vous consommez autre chose c'est aussi un peu pareil : c'est la manière dont c'est consommé et la quantité qui importe. Vous êtes comme des rats de labo, sans jamais vous élever au dessus du débat. Vous avez pris la révolte contre l'écotaxe ; que j'ai qualifiée moi-même d'inepte ; comme une révolte populaire alors que c'est une grosse manipulation au profit de ceux qui tirent dividendes de cette sur-consommation de masse et du gaspillage, et asservissent la production à la dépendance aux subventions plutôt qu'à vivre vraiment de son travail. Mais l'écotaxe elle même remettait-elle en cause le système ? En aucun cas puisqu'elle s'appuyait sur le profit que l'Etat, mais aussi des sociétés privées exploitantes, comptaient en tirer. Le retour des fermiers généraux en somme ; la délégation de l'impôt au privé. Je ne sais pas très bien si vous voyez le vice du cercle vicieux ?

flutiste_poster_a