sommier_A

Ca commence comme ça, parmi de multiples trouvailles incongrues et déplacées à tavers la ville, celle d'un sommier d'enfant qui aurait fait le bonheur de n'importe quel pauvre en ayant la nécessité, jeté "comme un chien fout sa merde" (dicton de ma campagne natale).

sommier_A (1)

Comme on voit, il est tout à fait potable. Nous sommes là sur le territoire de deux biffins avec qui j'ai quelques conventions tacites, alors j'ai pensé à eux, dès fois qu'ils se feraient cinq balles avec ça, ou au pire les employés de la ville en espèrant qu'ils ne le foutent pas à la poubelle. Je l'ai rangé proprement contre le mur du transfo à coté. Vous savez, j'aurais pu tout aussi bien l'embarquer, et j'aurais mieux fait ! Mais j'ai toujours trop bon coeur !

sommierB_fuji 039

Deux heures après il était complètement massacré. Ce n'est pas de la méchanceté à l'état pur ? Notez que cette découverte je l'ai faite quelques jours avant Noël et que depuis la cacasse y est toujours. J'y suis passé ce vendredi à 18 h.
Le pire est que dans ce quartier, il y a pas mal de SDF qui trouvent refuge parce qu'il y a distribution de soupe et nourriture certains soirs dans la semaine...

nouvel_an-2014_A 050

Le problème est qu'une partie de la nourriture je la trouve jetée, souvent. Je vous montre ce dépôt là parce que c'est le plus dégueulasse. J'en connais bien d'autres. D'autres sont plus soigneux, certains ont même investi un terrain vague où ils stoquent, mais ça je ne vous le montrerai jamais. Et il n'est pas question que j'aille m'y servir, quelle que soit la misère. Mais certains jettent. La boite de cassoulet là, c'est de la banque alimentaire, c'est écrit dessus, et elle est pleine, pas ouverte et pas périmée, l'os est que je ne peux en manger ; les rochers n'ont pas été mangés, il y avait une poche de nouilles aussi, intacte. J'ai pas voulu tout nettoyer, j'étais trop chargé... Mais je me savais observé, les ondes de haine me transperçaient, mais j'ai pas bougé. La preuve : une heure après c'était nettoyé alors que j'avais repéré le dépôt de loin deux jours plus tôt. Et c'est parce qu'il avait été un chouïa éventré que je m'en suis approché.
J'aurais pu montrer bien d'autres choses... Il en est aussi que je n'ai pas pu photographier. L'autre jour j'ai bénéficié de super-promos dans un supermarché. Devant moi à la caisse, un de ceux qui jettent, que je connais bien tant il est repérable avec sa tenue de combat ; aussi remarquable que ma pomme avec ma canne ; il remplissait son sac à dos de bières d'un demi litre jusqu'à la gueule. Il est parti avec l'une d'elle à la main. Il a payé en petites pièces. L'argent de la mangave sans doute.
Une réalité qui dérange ? Vous ne me verrez jamais qu'avec une bouteille d'eau... Parce que nous ne sommes pas à ce stade on nous tacle ; conserver un brin de fierté, ça dérange et ça choque. Nous serions abruti par l'alcool et demanderions pardon d'exister on nous considèrerait sans doute mieux. Mais comme je l'ai dit si souvent : vous tomberiez dans le caniveau comment seriez-vous ? L'effet de groupe, la fraternité de classe pèse lourd dans leur dégradation. Et la manière dont on les considère. Nous ne voulons pas nous intégrer à cette masse là. Si nous devions nous retrouver à la rue, nous serons deux loups, comme maintenant, sauvages et solitaires.
Et nous continuerons à laisser les choses plus propres après notre passage qu'avant. Nous avoir fermé toutes les portes ne changera rien. Le dernier avatar : sabotage de l'interrupteur de notre palier. Ca sert à quoi ? J'ai une torche et pléthore de piles d'avance. Pas ma faute à moi si y'a des cons qui jettent aussi des piles neuves en plus de celles que j'ai obtenues à Noz pour 1€ le paquet y'a quelques mois (péremption 2018). Vous voyez, il y a maintes façons d'aborder la dégueulasserie quotidienne... Et s'adapter aux aléas.

lapin_aile