vendredi 7 001

Voilà, on revient vers des situations plus locales. Depuis mon dernier papier j'ai ramassé bien des choses, beaucoup ; y compris de la nourriture ; et en ai publié une partie sur FB mais pas ici. Il faut bien entretenir la flamme non ? L'autre jour pour avoir écrit La méchanceté à l'état pur je me suis fait traiter de "con,con, mais con" et on m'a, je cite, "pissé dans le cou tu sens comme c'est chaud ?" bien à l'abri derrière son écran mais certainement pas en face. Je suis peut-être con mais dans ce cas, quand on parcours les derniers articles, il faut alors parler de stupidité abrutie par l'alcool. Ou alors de folie atavique. Des situations comme je vous montre ci-dessus, il ne se trouve pas une semaine où je n'en rencontre pas au moins une. J'ai parlé de la boite de rillettes dans les méandres du délire par exemple, mais sur FB j'ai montré aussi les courgettes, la salade, les tomates qui n'étaient que "détails". Parce que ce lait là est tout à fait consommable.

vendredi 7 004

vendredi 7 002

vendredi 7 003

Je vous donne ci-dessus les preuves que c'est tout à fait consommable. Pas folichon d'accord. Le pauvre type qui m'a insulté dont je parle plus haut du cassoulet banque alimentaire disait qu'il préférait sauter un repas qu'en manger. Un repas oui, moi ça m'arrive souvent. Mais sept ? Huit ? Dix ? Parce que quand t'es admis aux restos du coeur c'est que t'en est là mon con ! Le RSA te paye tes factures quand tu y as droit, tout juste, et ça ne suffit pas toujours, pas souvent même. Doit pas avoir manqué bézef le mec pour oser parler ainsi.  Et ça se dit "de gauche" attention, et défenseur des droits de l'homme bien sûr. Je préfère ne pas étaler ce que j'ai fait en matière de solidarité humaine, de toute façon, la majorité des twetteriens sont ainsi : la vindicte à la bouche jetée à la face de gens qu'ils jugent sans les connaitre sur 140 caractères. Moi pour exprimer ce que je suis j'ai cinq ans de ce blog et autant de FB, mais qui a le courage de lire ? Il parcourt UN papier en diagonale et il commence à hurler, sur tweetter pour que chacun voit que je suis une merde, le monde entier. Humilier est à la mode, de préférence de la part des chevaliers qui prétendent au monopole du coeur et de la vertu. Et le lait dans tout ça ? En principe on ne peut pas en consommer. Mais croire qu'on va faire un cadeau à un niortais faut se foutre le doigt dans l'oeil jusqu'à l'os. Est-ce qu'ils nous en font eux ? Non. Alors talion mon frère ! On fera des crèpes et au pire on aura une petite chiasse, ça passera vite. Comme ça ce ne sera pas perdu.

vendredi 7 005

Pendant ce temps rue Saint Symphorien d'aucuns continuent à assurer le charme de notre cité. Derrière le portail c'était autrefois, avant que ce ne soit en travaux, une décharge. Maintenant c'est devant que ça dépose, pas loin du bouquet d'arbustes dont j'ai déjà parlé. Ca c'est sans doute, intelligent, intelligent, mais intelligent... Hein ? Si c'était le seul endroit comme ça encore, on dirait : y'a un mal élevé dans la ville. Mais c'est pas le seul hélas... C'est légion. La campagne électorale commence ici comme dans le reste des Gaules. Mais y'en aura pas un pour ce soucier de ça de manière sérieuse. Gauche-droite, on va vous assaisonner avec de l'enfumage mais les vrai problèmes comme d'hab' resteront à l'état de traces.  Ce sac, je l'ai laissé. Où l'aurais-je mis ? Mon garage ? J'ai assez de merde comme ça. J'ai ramené douze canettes aujourd'hui, à recycler. Et déniché 7 nounours jetés. Et tiens, à l'intention des potes de FB, j'ai identifié le gaspilleur de chips ; ils sont deux en fait : deux gamins d'à peine treize ans, bien propre sur eux. Ils ont récidivé et je les ai vu faire. Mais le plus marrant c'est que si ils vident un paquet par contre ils le jettent par terre. Vive l'éducation moderne.
Je ne me sens plus de votre monde. Y'en a qui doutent de leur sexe, moi c'est de mon humanité que je doute voyez-vous. Vu les réactions à mes articles je me sens vraiment étranger à votre espèce. C'est pas possible autrement. Je suis un papillon éphémère, et comme tel je ne suis pas certain de passer l'hiver. Je ne parle pas ici de la saison mais de l'hiver symbolique, celui de l'humanité.

croix_rc-B_2