breche_nouvelle

Voici notre Brèche ; une place dont l'ouverture remonte au moyen-âge si je ne m'abuse, et qui a changé maintes fois de visage et de finalité depuis. Au moment de la photo ça commençait enfin à ressembler à quelque-chose après de longs mois de travaux. Grandiose et fragile esplanade à la française où je prise davantage les petits jardins latéraux et ceux juste avant les grandes verrières creuses, évocatrices d'un grand vide, que ces trop grandes pelouses où tant aiment à s'allonger en y abandonnant les reliefs de leur présence. Une équipe de nettoyage permanente y est affectée, et une patrouille de police par dessus le marché. Mais ça n'empêche pas les dégradations et détritus. Je m'aventure rarement sur l'allée centrale ; être au centre du vide ne m'agrée guère. Je préfère longer les jardins et leurs petites allées tortueuses, leurs si jolies fleurs dont j'ai fait bénéficier les copains. L'an dernier les roses blanches en particulier m'ont enthousiasmé et je les ai figées sous toutes les coutures, mais pas qu'elles. Tout de même, c'est plus présentable que cette verrue de parking terrestre et dégradé qui trônait auparavant et dont le seul moment mémorable qui m'ait enchanté est ; en dehors du charmant jardin désormais détruit qui se tenait tout là-haut, au delà des verrières ; la foire aux ânes une année. Je vous ai collé la photo ci-dessus parce qu'elle est meublée de gens, quitte à masquer leurs visages pour ne pas avoir d'ennuis (et l'heure de prise que j'avais enregistrée pour mémoire) afin justement que ça ne fasse pas trop vide.

dragons

Face à la Brèche il y a nos dragons emblématiques, relatifs à la légende du chevalier Guillaume qui les aurait vaincus dans des temps immémoriaux. Il y aurait beaucoup à dire sur cette symbolique quasi-universelle qu'on retrouve aussi ici. Leur gueule de nos jours trouve sa finalité en usage de poubelle qu'il m'arrive, quand je suis de bonne humeur, de nettoyer comme mardi soir où cette photo a été prise. J'en ai bien d'autres, y compris de nuit. C'est la moindre des dégradations et dans ce cas je n'ai pas loin à faire pour poser les canettes au recyclage.

bornes-niort-1

Outre de nombreuses poubelles près des abri-bus, de part et d'autre du bas de la place il est des bornes à recyclage. Les voici il y a quelques mois...

bornes-niort-2 (3)

Les revoici peu de temps après comme on peut voir, et c'est resté comme ça depuis. Mais c'est vrai qu'à quoi bon se casser le bourrichon à réparer quand on sait que ça recommencera ? On ne m'avait pas cru quand j'avais dit que le massacre des marches du côté des halles ou la courbe des arbres de la rue Victor Hugo étaient volontaires... Ben voyons. J'avais aussi relevé que ces bornes étaient bien trop fragiles, mais ce que je dis c'est comme si je pissais dans un violon. Pour être considéré ici il faut être membre du landerneau par l'intermédiaire d'une association reconnue, et encore... Sinon ce que tu fais c'est de la merde mon pote. Je vous le prouverai très bientôt. Le problème est que je suis guéri de "l'associasite aiguë" de ma jeunesse.

bornes-saint-jean

Comparées aux bornes de Saint Jean D'Angély (17) par exemple, les nôtres font figure de gadgets de luxe. Parce que ne croyez pas qu'il n'y ait pas de vandales et dégueulasses là-bas. mais les bornes leur ont résisté. Il y a des dégueulasses même qui déposent alentour et j'ai deux ou trois fois nettoyé des dépôts autour, y compris sous l'oeil éberlué de leur gendarmerie locale. Mais ça n'atteint pas le niveau de dégradation de chez nous.

dalles (3)

Les dalles qui recouvrent une partie des allées et espaces de promenade sont dégradées et cela depuis le début. On a accusé les maçons d'avoir fait du mauvais boulot, on a accusé le gel aussi, sauf que comme le relève notre chroniqueur local "Théophrasque":
"Après les déboires des pavés de la rue Pérochon qui se font la malle les uns après les autres et le traumatisme crânien de la statuette de Lao-Tseu dont je me désolais hier, .../... une trappe de visite en fonte. Son cadre, sans doute mal scellé, s'est affaissé créant un redoutable piège à chaussures et plus globalement à piéton"
Est-ce vraiment si certain que la plaque se soit affaissée naturellement ? Quand on voit la convergence de dégradations en tous genres dont je ne montre qu'une petite partie ?

Lao-Tseu (1)

Des vandales ont défoncé le crane de la statuette que je n'ai même pas eu l'occasion de photographier intacte tant je viens peu par là comme je l'ai dit et j'attendais une occasion de temps radieux pour mieux donner l'éclat qu'elle mérite à l'oeuvre. Je me voulais même mi-figue mi-raisin en mijotant dans mon fort intérieur le contraste entre l'éclat de la sagesse du méditant en regard des détritus abandonnés sur la pelouse qui donnent tant de mal à nos agents municipaux comme parfois je souligne le décalage entre les belles fleurs que nous offre la municipalité et les immondices que certains jettent dedans. A lire Théo je croyais qu'elle était creuse entièrement et j'ai pesté en disant qu'elle allait servir de poubelle...

Lao-Tseu (5)

Finalement, à y regarder de plus près, le vide n'est point si immense qu'au plus il pourra servir de cendrier... C'est déjà bien dommage.

Lao-Tseu (4)

Les sinistres mains profanatrices ne se sont pas contentées de briser la tête, elles ont dégradé le corps pour mieux marquer leur mépris du beau, du respect et de l'art. Ces ignobles me font immanquablement penser à la bande qui avait, dans les derniers temps du petit jardin dont je parlais plus haut, dégradées et taguées les statues historiques qui s'y trouvaient. Ces contempteurs de la puissance du Néant(1) vouent à la mort un culte fervent. Cette thanatoculture qui étend son voile sombre sur les esprits "modernes". Ils relèvent de la même "philosophie" que les auteurs des décharges sauvages et sont légions ici. On reconnait un arbre à ses fruits et les actes sont le reflet de l'âme qui étend son état intérieur à tout ce qu'elle projette et manifeste dans le monde matériel. J'ai été conforté dans mon analyse par une rencontre inattendue d'un résident niortais, chemin du 3° millénaire, mais angevin d'origine. Il m'a servi un discours proche du mien, sans savoir qui j'étais et mon activité relative aux déchets, ce n'est qu'après que j'en ai parlé. Il est vrai que quoique moins actif que moi dans le domaine, il lui arrive de temps à autre de nettoyer une décharge. Sa dernière trouvaille : un bébé yorkchire vivant sur un tas de sacs poubelles en pleine nature ! Tout est dit je crois. Ah oui, le toutou ? Rassurez vous il l'a adopté. Et vu le mec, je crois que la bébête sera heureuse.

etoile_argent1

(1) NDLR : Référence à un roman de lama Yongden, traduction d'Alexandra David Neels