images_mardi15 034

Pendant que le connard de service balance son pain un peu n'importe où ; j'en ai trouvé une douzaine comme ça à trainer aujourd'hui, de la viennoise s'il-vous-plait ; moi j'utilise du pain rassis pour me concocter des bon p'tits miam comme on va voir... Ceux dont je parle là, je les mets au recyclage... Mais j'ai tout de même réussi à m'en procurer gratos de la viennoise rassie propre, hé oui. Notez qu'ici, dans l'esprit du beauf indigène "recyclage" = "poubelle", il ne fait pas la différence ce con. C'est comme ça que dans la benne prévue pour l'alimentation animale on trouve du pain moisi. Comme si les animaux mangeaient du pain moisi ! Quand j'y passe à l'occasion je l'enlève autant que je peux et je mets ça au "déchets verts" c'est à dire au compostable, ce qui est la place de ce qui est en voie de décomposition. La ville n'y perd pas parce que tout le pain rassis propre que je porte en échange compense largement la perte de volume. J'en amène des quantités phénoménales certaines fois, consommable par l'humain même, mais j'vais pas cuisiner tout ce que je trouve, je finirais par ressembler à un phacochère. Et même je pourrais pas tout bouffer de toute façon. En tant que diabétique faut quand même pas abuser de pain blanc hein ? Ca ne m'empêche pas d'en tâter un chouïa, et comme disait Marie Antoinette avant de perdre la tête : il arrive même qu'on se contente de brioche.

images_mardi15 014

Faute de brioche ou de croissants ; pour tout dire je ne prise guère le croissant en dépit du respect que je porte aux musulmans ; on se la joue viennoise tout de même, et pour sèche qu'elle soit elle convient tout à fait à être convertie en pain pas perdu pour tout le monde. Dans ce tableau tout est gratos, même la nappe est de récup, tout sauf la potion magique. Oui, c'est bien elle, allongée d'un nuage de lait végétal pour la rendre davantage buvable. Parce que sinon... En fait c'est une de mes deux potions... L'ultime secret, que je prends tous les matins... D'ailleurs j'ai fait une vacherie aussi sur cette photo : j'ai pris le cliché avant de mettre le sucre. Sinon c'est vous qui auriez été malade. Du moins les copains qui ont suivi toute l'affaire depuis le début et savent à quel niveau j'en étais. La preuve que je domine bien ma maladie sans insuline et sans médicaments. Et ça me conduit à vivre presque normalement au niveau consommation, à condition de me méfier des conserves... Résultat, moi qui devrais me passer de pain selon les toubibs, je mange du pain rassis et croyez moi, ça vaut un croissant ! Et même de la brioche ! Et pendant ce temps, les gens dits "normaux", en bonne santé, jettent le pain qu'ils méprisent. Il est vrai que nous n'avons pas la même éducation. Voyez vous quand j'étais marmot, à la ferme, on me disait "c'est pas l'pain qu'accompagne le fricot, c'est l'fricot qu'accompagne le pain". Le problème est que vous jetez même de la viande, et même...

huitres (1)

Un dépot sauvage dans ma ville ; la photo a déjà plusieurs semaines mais convient à mon sujet. Devinez le contenu des poches vertes ? Non, vous ne trouverez pas !

huitres

Ben voilà, c'est pas entammé, pas ouvert, je n'en mets qu'une mais les deux sont identiques. Y'en avait deux bonnes douzaines en tout d'huitres somme toute présentables. Remarquez que j'ai vu pire... Là on peut penser qu'elles ont été oubliées dans un frigo qui a disjoncté par exemple, par pure charité hypocrite pour se rassurer. Le problème est qu'hier, devant la poissonnerie Leclerc, au moment où j'ai voulu mettre une poignée de paquets de poches mac do dans la poubelle extérieure, j'ai été gêné par une grosse poche bien pleine que j'ai voulu aplatir du coup. Elle était glacée et sentait le poisson... Je me suis avisé de regarder dedans : 3 gros poissons entiers qui venaient d'être achetés à coté. Ticket de caisse faisant foi. Pas consommable vu le temps de séjour à la chaleur... Mais quoi, merde, faut pas déconner à ce stade ! Non ? Se passe pas un jour sans que je fasse une découverte du genre.

MARDI_15avril 057

Par exemple, ça, Mardi vers 5 h du matin, je voulais déposer des godets en plastique brassés par le vent comme celui que vous voyez là. J'étais dehors pour faire des photos de la Lune. Y'avait beaucoup de vent et les gobelets qui roulaient sur le trottoir avaient le don de faire un bruit infernal dans le silence et me déconcentrer de mes photos. Ca m'agaçait, j'ai donc décidé de tout ramasser dans un périmètre de vingt mètres et tout carrer là, à la poubelle de l'abri-bus. J'ai tiqué, et, vérif faite : c'est un sandwiche au thon tout neuf, pas entamé.
Et c'est là que je m'interroge : c'est la ville qui veut ça ou c'est une dégradation générale des moeurs ? Parce qu'enfin, ça fait des décennies que je balance des trucs dans les poubelles publiques, autant sinon plus que je nettoie des dépôts sauvages, et franchement je n'y voyais pas autant de bouffe y'a une quinzaine, vingtaine d'années... et même y'a dix ans ici y'en avait moins. Je ne comprends pas très bien alors même que les gens se plaignent de plus en plus de manquer soi-disant. De menus ou moins menus objets, ça d'accord... J'envisage d'ailleurs un prochain papier assez marrant sur les gros objets ; des petites choses utiles comme on va voir... Mais pas autant de nourriture !

images_mardi15 009

Le genre babioles comme ça, c'est monnaie courante. Cette boite a une histoire. Le carton lui-même ne provient pas du même endroit que le contenu. Le carton d'abord : Lui je l'ai pris en contrôlant les poubelles de mes voisins parce que j'ai horreur que le tri soit mal fait dans notre secteur. Il n'y a pas ce qui me ferait plus chier que notre poubelle d'immeuble serait refusée. J'aurais plus de place pour mettre ma merde et j'en traîne assez comme ça sans avoir en plus à porter mes poubelles perso aux cinq cent diables !! Et accessoirement je rends service aux voisins d'à côté qui ont la fâcheuse manie, eux, de n'avoir toujours rien compris en plus de dix ans et de voir leurs conteneurs refusés de manière chronique et fréquente. Là c'est pas que le carton n'était pas à sa place mais j'avais besoin d'un carton et je savais intuitivement que j'en trouverais un là. Ça m'a valu ; à 3 plombes du mat' ; une engueulade par la fenêtre. Cette fois-ci j'ai rien dit, mais je pourrais bien me comporter autrement la prochaine fois... S'il y a lieu. Je doute que l'on réponde à mon injonction de descendre mais si c'était le cas..; quelque chose me dit que le close combat et la savatte c'est comme le vélo si vous voyez ce que je veux dire. Y'aura intérêt à me causer calmement. Finir en taule pour moi ? Vu que j'ai de plus en plus de mal à payer mon loyer, ça me fera un toit à vos frais, ce n'est donc pas grave, okay ? Casser du merdeux, c'est un honneur. J'ai donc récupéré ce carton sous les horions auxquels je n'ai guère prêté attention, c'est après que j'ai tenu le raisonnement que je viens de vous tenir. J'ai tellement de mépris pour des gens qui ne savent pas lire une notice de tri que je ne fais même plus gaffe à leurs réactions. Ce carton je voulais y verser ce que vous voyez dedans. Ceci après l'avoir passé à la brosse parce que c'était plein de terre. L'histoire commence auprès d'un container public, je vois un cabas plein de terre, et je me dis que je vais balancer ça sur les berges de la Sèvre. Terre sur terre, c'est pas méchant. Et en commençant à vider j'ai vu que y'avait plein de trucs dans cette terre ! Le spectacle ne montre pas le détail. Il y a là une collection phénoménale de stylos par exemple. Certains ont besoin d'une nouvelle bille mais j'en ai une cargaison alors c'est pas grave. D'autres écrivent parfaitement. C'est habituel, il suffit de se reporter à mon article "J'ai décroché la lune" pour s'en rendre compte. Le problème est que depuis j'en ai récolté autant que j'en ai évoqué dans le papier. Et du coup donné beaucoup. Les vieilles éponges je les finirai avec des choses sales en prélavage, toujours plus économique que de massacrer d'emblée une éponge neuve. Y'a des tas d'autres trucs utiles. D'ailleurs j'ai enfin trouvé dedans les clefs d'armoire du modèle que je cherche depuis quatre ans ! J'avais acheté une armoire d'occase à Emmaüs et ils n'ont jamais été fichus de me livrer les clefs ni de m'en procurer d'autres. Vachement pratique. J'avais goupillé un système de tirette pour ouvrir et caler les portes, vu que j'avais pas trouvé de serrure correspondant non plus (ou alors si : plus cher que le meuble). A quelque chose engueulade est bon finalement.

images_mardi15 010

Le clou du bric à brac c'est ça... Marrant. Ca vaut rien mais ça peut meubler un stand de vide grenier. Le mec s'arrête pour un machin comme ça qui l'a séduit, pour quelques centimes, et à force de se faire embobiner repart avec une bricole à cinq euros. Combien de fois j'ai fait le coup ? Donc c'est utile. Y'avait aussi des pin's sous blister, des jetons de chariot métallique sous blister, des ciseaux etc... Là on voit en partie le carton où j'ai essayé les stylos. Je vous disais bien que ça fonctionne pour certains. Je ne comprends pas qu'on jette un stylo avant qu'il ne fonctionne plus du tout. C'est votre fric okay, mais ce sont aussi les ressources perdues qui manqueront à vos descendants. Si vous comptez sur la planète Mars pour les accueillir vous allez attendre longtemps je crois. Vous n'avez pas compris que la Terre est unique en son genre dans le cosmos proche ? Je lisais récemment qu'en fait, cela tient à ce qu'elle a muri plus lentement que les autres, ce qui a fait d'elle une "éponge" gorgée d'eau. Et c'est cette eau qui permet les océans où s'est développée la vie, puis son évolution dans les zones marécageuses, mais aussi la tectonique des plaques qui est pour beaucoup dans l'explosion du vivant  et le développement d'une biosphère habitable ainsi que de la richesse minérale, sa variété etc... Aucun des mondes proches n'est exploitable et habitable à ce point. Aucun n'est aussi riche. Et de toute façon il faut, à un astronaute qui fait une sortie extra-véhiculaire de 6 h, deux jours pour s'en remettre. Par ailleurs nous ne disposons que de petites barcasses poussives incapable d'acheminer les tonnes de matériel industriel qu'il faudrait pour construire ne serait-ce qu'un hameau autonome. Au rythme où on gaspille, les ressources seront épuisées avant qu'on ait les moyens d'envoyer une poignée d'élites perpétuer l'espèce ailleurs. "Espèce" ? Enfin, une sorte de cyborg qui y ressemble, parce qu'avec les puces implantées et la procréation en bocal qui se profile, je ne suis pas certain qu'on pourra longtemps parler "d'êtres humains"... Je milite pour la sauvegarde d'une planète perle de l'univers connu et de la biosphère de la seule créature technologiquement développée dans un rayon de plusieurs millions d'années lumières, mais je pisserais dans un violon ce serait pareil. Que pouvez vous comprendre à ça vous qui ne comprenez même pas les gestes de base ?

images_mardi15 016

Le champion toutes catégories c'est lui. Ce n'est pas la première fois que je vois ça, c'est la énième. Au lieu de foutre sa merde dans la poubelle il perd un temps fou à la bourrer soigneusement derrière. A ce stade c'est plus la camisole qu'il faut, c'est la lobotomie ! Toutes les cloches ne sont pas dans les clochers, et toutes ne vont pas à Rome. Il est des cloches qui résonnent et planent à longueur d'année et rivalisent avec le rhum en dégré d'alcool, à moins que ce ne soit d'autres substances...

cloche_casque-3