ordures-sauvages (1)

Niort a ses mystères au point qu'on pourrait en faire un roman. Ça n'aurait sans doute pas le succès de l'admirable oeuvre de Sue qui a enchanté le deuxième Empire et ce serait sans doute gaspiller des arbres pour pas grand chose. Point de Rodolphe par chez nous ; quelques "Chourineurs" peut-être... Bien pitoyables au regard de l'original. Il est cependant des détails qui, au niveau de la dégueulasserie quotidienne élevée au rang de religion par certain(e)s m'interpelle sur les petits vélos qui courent la grande boucle dans leur crane.
L'épisode mariole de la semaine c'est ce tas là ; repéré un premier jour. Trop gros, trop dégueulasse, j'ai même renoncé à mettre un semblant d'ordre après avoir tout de même trié une partie du papier que j'ai mis directement dans le container à coté.

ordures_10_mai 029

On repasse le lendemain et, surprise ! Toute la merde a été enlevée sauf la valdingue, et une TV a été apportée. Tout de même étrange si les employés municipaux ont enlevé la merde qu'ils aient laissé la valoche. J'en ai une collection de valises ; toutes de récup ; je me suis dit que j'allais la laisser éventuellement pour un autre, elle n'était pas dans un état folichon. Mais le plus rigolo voyez vous c'est que le troisième jour, la valise avait disparu mais la TV était toujours là. N'est-ce pas rigolo et bizarre ? Du temps où j'avais une bagnole ; y'a seulement quelques mois ; j'aurais sans doute mis la TV en pièces détachées que j'aurais portées en déchetterie et fait quelquechose avec le bâti en bois, mais là je suis plutôt dans la merde pour intervenir.

ordures-10_mai 037

Mes nettoyages en ce moment se limitent à des machins comme ça, plus quelques canettes et bouteilles. Cet emballage Quick était juste en face des bureaux de la Nouvelle République, mais ce n'est qu'un parmi des dizaines... Et comme la plupart n'utilisent pas les serviettes en papier non plus que les sachets de sauce ; je me paye comme ça : les serviettes m'économisent le PQ et la sauce salade... faudra que je trouve un volontaire parce que je commence à en avoir trop. Je pense au mec qui m'a refilé du sucre l'autre jour... Un semi-zonard pas bien riche et bien gentil.

ordures-sauvages (2)

Y'a pas de choses qu'on ne trouve pas, gaspillées et abandonnées n'importe où. Il est des pays où on façonne à la serpe des caisses à savon pour traîner les handicapés avec une corde, ou bien ils se propulsent avec des fers à repasser comme dans les BD western, voire sautillent sur des béquilles faites de bâtons. Pendant ce temps ce fauteuil handicapé est exposé aux intempéries depuis plusieurs semaines. Faudrait juste réparer les pneumatiques et graisser les articulations. Mais tout le monde s'en fiche et moi j'en ai marre de cette mentalité. Si je le récupère et le donne, on va me cracher à la tronche, je commence à connaître. Je me souviens du mépris qu'ont manifesté les caritatifs pour mes bouquins... Pourtant j'en ai vendu de ces bouquins. Alors même qu'à l'époque je voulais les donner. Alors ça, pensez ! J'ai une douzaine de paires de lunettes en bon état, toutes de récup. Le jour où j'aurai trois sous de rab je les enverrai à des assos étrangères ; dans ces pays étrangers que vous tenez pour méprisables.

pub

"L'écolo" indigène est dans la norme générale. Déjà il est encarté dans une organisation ou un parti et participe à des réunions où on discute à l'infini des motions hautement ampoulées ; il ne s'humilie pas à ramasser de la merde. Il mange bio ; ce n'est pas cher parait-il, oser dire le contraire c'est être "de droite" parait-il. L'écologie est censée être "de gauche". C'est vrai, les lynx, les renards, les pinsons, les grenouilles, les martinets, les ruines de Rome, les fritillaires, les gouets, la saponaire et la consoude, la bardane et la chélidoine, c'est à gauche. Tout le monde sait ça. Quant au quidam qui monte dans un transport en commun il se renseigne avant pour savoir si c'est un bus de droite ou de gauche. S'il est de droite, en bon écolo il n'y monte pas et prends sa voiture... Nucléaire je suppose ? Ce couplet est issu directement d'une conversation avec un "vrai écolo" comme il s'est présenté. Il mange bio... Si c'est le bio dont j'ai capturé la pub ; où le "bonheur" se réduit à l'identification consumériste ; je ne vois pas la différence avec le bio de supermarché, ni même avec le conventionnel. Mêmes suremballages, même marchandise qui a fait la moitié du tour de la Terre avant de finir dans l'assiette... Coté "bilan carbone", qui vous importe tant, c'est même pire : en raison même de la minceur de la production labellisée, de l'éloignement des centres de conditionnement et de vente, c'est pire ! L'écologie, la vraie, c'est d'abord consommer local, quand on peut ; réduire les volumes de ses emballages gourmands en énergie et consommer ce qu'on achète plutôt que le jeter.

B10_SAMEDI 005

Niort c'est la shoah des fruits et légumes gaspillés. C'est pourquoi j'adresse cette quenelle à tous les gaspilleurs locaux. N'y voyez aucun antisémitisme : les sémites "juifs" on doit les compter sur les doigts de la main ici. Quant aux sémites "arabes", j'ai déjà dit que je devais des cadeaux alimentaires à l'un d'eux, une paire de godasses neuves pour ma chérie à un autre... et quelques bricoles sympa. Pour un fumier parmi eux une dizaine de bons. Ça se respecte non ? En ce qui concerne Lyon, par contre , je n'ai qu'un vrai bon souvenir... Une amie éternelle. Oui, la vraie quenelle est lyonnaise et n'a pas grand chose à voir avec cet ananas... Lui est de récup..; et là où je l'ai récupéré ça ferait hurler certain de rage qui n'ont pas encore pigé que j'ai un sixième sens et sais m'en servir. Avec ça j'ai pas loupé les tomates, les abricots, les brugnons, les fraises et le melon. Vous pigez l'allégorie quenelle ? Je n'ai pas volé, je suis allé chercher là où c'était jeté, tout simplement. Rien ne laissait soupçonner qu'il y avait ça là. A l'heure où c'était en plus... Mais voilà, et malgré les cinq ou six bornes que j'avais dans les guiboles, j'ai su flairer la chose... Pauvre revanche en fait, face à un monde qui de toute façon se désintègre. Au fond, c'est dans l'ordre des choses. J'essaierai de vous dire ça prochainement... Ça fait quelques jours que je cogite sur cet état de fait inéluctable... On aurait pu durer un peu plus longtemps, mais de toute façon la logique nihiliste est la loi cardinale du monde matériel. Il y a juste des acteurs qui essaient de freiner la  course, impuissants dans l'état actuel des choses ; et d'autres qui s'en donnent l'air tout en participant du mouvement général, en toute mauvaise bonne foi.

DIABLE_Banc2

 

NDLR : article à parution différée. Ce sera la règle désormais. Pour des raisons inhérentes ma situation