ordures_20 026 (1)"Penser globalement et agir localement" était la devise d'une assos francilienne écolo dont j'ai longtemps fait partie activement.Je me console avec ça quand je vois le dérisoire de mon pouvoir face à la réalité que j'avais promis de développer dans "Mystère et quenelle". Après les continents de plastique du pacifique, j'ai eu vent récemment de celui d'Atlantique Nord. De nombreux médias en ont parlé mais je vous ai intégré délibérément le lien vers l'article de CAPITAL, comme ça vous ne direz pas que c'est de (je cite mes contradicteurs )"de la soupe de gauchiasse" hein ?
Avant toute mesure il faudrait, pour être efficace, changer complètement les mentalités. Le principe vécu et appliqué est "après ma petite gueule le déluge". J'ai déjà parlé de consommer autrement pour produire moins de déchets. J'ai déjà parlé de réemplois, partage, don, recyclage et compactage. Mon cul c'est du poulet. La photo ci-dessus c'est pendant la grève des éboueurs à laquelle j'ai fait allusion dans "lutter, oui, mais pourquoi ?"... On voit tout de suite le comportement hautement citoyen des niortais, c'était partout comme ça dans le centre. Ça aurait pu occuper dix fois moins de volume en compactant ; mais au contraire certains en ont rajouté une louche de rage vengeresse et on trouvait même des ordures en vrac, et des qui n'étaient pas des ordures (comme un classeur par exemple, jeté sur le tas). Je parle de ça mais il y a aussi toutes les saloperies jetées sur la rue quotidiennement et qui finissent au grès des courants de la Sèvre maintes fois, ou ailleurs. Il y a les poches qui volent au vent, et tout ce qui n'est pas ordure mais est jeté quand même, en poubelle ou n'importe où de préférence. J'ai entretenu mon réseau privé de quelques particularismes locaux ces jours derniers.

merdeux

Ce sondage paru dans la Nouvelle République en dit long sur la mentalité globale. Les ripeurs sont leurs esclaves, point à la ligne et prends ça dans les dents ! Aucun respect ! Pourtant je vais vous dire : j'étais ce matin assis devant mon seuil de porte à guetter les martinets quand j'ai vu débouler le camion benne. A l'arrière un petit jeune, fluet, guère plus âgé que mon gamin, qui se démenait tout seul comme un malade. Je l'ai salué et l'ai encouragé. Ce qu'il ne sait pas c'est qu'à peine parti, il est resté deux minutes, j'étais ému aux larmes. C'est bien ce que je disais ailleurs : je me plaignais des cadences quand j'étais cariste..; Mais NDD à côté c'était des vacances aux Caraïbes !!! Et il a trouvé le moyen de RANGER les containers le petit. La deuxième équipe est passée pour les autres poubelles, je les ai salué aussi. Alors vous voyez, et bien ceux qui ont répondu à ce sondage, ceux qui ne soutiennent pas les éboueurs, je leur chie dans la gueule et si vous en faites partie je vous emmerde. Votre attitude de jean-foutres s'inscrit dans la globalité dont je parlais au début et est responsable des continents plastiques, et on ne parle QUE du plastique. Même lorsque vos déchets sont conduits en déchetterie, ils polluent. D'abord lorsque vous ne mettez pas ce qu'il faut où il faut : le toxique est lessivé et entraîné aux nappes phréatiques. Ensuite, les abords de déchetteries sont souvent des dépotoirs, entre ceux qui y font des dépôts sauvages et ce qui est emporté par le vent (plastiques et cartons en particulier, mais pas seulement).

ordures du samedi (1)

Y'a pas besoin de grèves pour des dépots sauvages et je le prouve ci-dessus entre des centaines d'exemples. Il m'est arrivé souvent de voir de tels dépôts au pied de containers à verre, j'en déjà parlé mais là y'a pas de container du tout ! C'est juste un parking.

saint-Hilaire

Capture d'écran Google pour bien situer l'endroit au bout de la flèche rouge derrière l'église Saint Hilaire... Elle a un rôle dans mon histoire cette église ; ça n'a rien à voir avec le beurre mais implique que j'ai un lien affectif. C'est là que s'est marié celui qui ne m'a pas trahi en 1974 (les intimes savent) en dépit de ses déboires ; il est enterré à Niort, je vais parfois sur sa tombe, et c'est aujourd'hui l'anniversaire du décès de sa mère (1984) qui m'était très chère. Okay ?

ordures mardi

Un autre dépôt qui traîne là depuis plus d'une semaine, cour Saint Marc. Enfin eux, j'en ai déjà parlé c'est chronique et récurrent. J'ai laissé tel quel, ils m'emmerdent, et ceci d'autant plus que vous allez voir la suite... Déjà hier j'ai vu un dépôt encore plus gros rue du Général Largeau, qui encombrait tout le trottoir de matelas, fauteuil, étagères, dont j'ai parlé à mes copains de Face-Book. Je venais de coller des ordures trouvées par terre dans les poubelles de la place Saint Jean quand je suis tombé dessus en passant par là par instinct (c'est pas ma route).

ordures mardi (1)

Et ce matin à 6 h, rue Taury, je tombe là dessus. Pas mal dans le genre. Je me suis donné la peine d'embarquer le cabas Leclerc derrière, ça me servira *:) Heureux C'est bien trop gros pour être nettoyé, autrefois, avec la bagnole je l'aurais fait. Ce sont des fringues ; j'aurais vérifié l'état avant de donner ou jeter au choix. Je ne vends jamais de fringues. Ma boutique d'occase (encart à gauche en haut) est tournée vers les collections et livres, CD etc... Dans la foulée je suis tombé sur les flics et j'ai bien rigolé. Sais pas s'ils m'ont repéré ce coup, j'étais derrière. La première fois ils se sont arrêté pour me zieuter comme pas possible, mais à ce moment là je m'étais contenté de regarder dans une poubelle intrigante au possible : des tiges végétales que je n'identifiais pas et qui dépassaient d'un mètre d'une poubelle ménagère. Ce premier coup je pense qu'ils avaient été appelés sur place. Je venais de contrôler, un peu plus tôt la poubelle des nouveaux gérants de "la charlotte" Avenue St Jean d' Angély, et bien que je n'ai pas de photo, vous pouvez me croire : ils jettent du pain à pleins sacs. Du pain encore consommable. Ces temps ci ce n'est pas la première fois que la gent armée me tourne autour pour mes activités ; suffit de se remémorer "Hirondelles, martinets, et autres piafs, comme les corbacks"où j'avais paru suspect à leurs yeux pour avoir regardé dans une bouche d'égout(1). C'est tout de même plus dangereux que tous ces ivrognes avec des batards de molosses (2) mal éduqués n'est-ce pas ? Vous savez tous, les habitués,que j'ai montré ici même qu'on a tous les moyens, dans notre ville, de recycler le pain en compost ou pour les animaux. Vous savez tous, les habitués, que j'ai fait l'apologie de la boulangerie de la rue de la gare qui produit aussi bien du conventionnel que du bio et donne aux associations caritatives ses invendus (il y en a d'autres dans la ville, du coté de la colline Saint André par exemple).Vous savez tous, les habitués, que j'ai toujours dénoncé ici le gaspillage de pain. Vous savez tous, les habitués, que j'ai regretté les anciens gérants de la Charlotte avec qui d'ailleurs j'étais en très bons termes. Je leur avais rendu un hommage appuyé sur Face Book du reste. Bon, et puis il y a eu des nouveaux... Je n'ai pas voulu y mettre les pieds, j'avais un mauvais pressentiment. Il est confirmé, mon 6° sens ne me trompe jamais. Mais quand je suis passé, il était 5 h, le boulanger était levé bien sur. Il m'a repéré et a appelé les flics. Mieux : je suis repassé une demi-heure après mon passage, par jeux, je savais déjà, en arrivant par autre-part. Il avait oté les sacs suspects. Comme par hasard. de là le titre de l'article "Touche pas à mes ordures" et laisse moi gaspiller en paix. Quand on débute un commerce et qu'on gaspille ainsi ; ça peut se brader du pain de la veille, certains le font ; on est promis à se casser la gueule à brève échéance *=)) Mort de rire! Aussi je me dis qu'ils ne feront pas long-feu à ce régime là. Déjà qu'il y a eu des incohérences dans les horaires du début... D'autres ici l'ont payé cher leur gaspillage. J'en ai déjà parlé. Au bout du compte leur mentalité me débecte. Encore dès qui n'ont pas encore compris qu'écologie rime avec économie et non pas avec campagne électorale. mais aussi avec amour du prochain. Combien ont faim et auraient été content de le trouver ce pain ? Mais aussi les refuges animaliers, les particuliers qui ont des volailles, voire les professionnels ? Ils avaient perdu un client par prescience, ils l'ont définitivement perdu par constat et vérification. Et qu'ils ne viennent pas me dire que ça aura un impact sur eux mon papier : les niortais ne me lisent pas ! Jamais ! Même quand ils disent qu'ils viendront ils ne viennent pas ! Tenez, dans "Le vrai sens des réalités" j'avais discuté avec des écolos, l'un au moins m'a promis de venir ici et laisser un petit coucou... Même lui, vous l'avez vu vous ?   J'ai pisté mes visiteurs muets pendant des semaines. Lui en plus est repérable il est sous "Ubuntu" (Linux). Basta ! Mais s'il était le seul ! Les niortais quand t'es pas dans leur bulle, tu vaux rien. Autant quand y'a des choses agréables j'en parle sur l'autre blog comme dans "un peu de douceur dans un monde de brutes" , et même ici où je me suis fendu d'un satisfecit à notre ex-maire, j'ai même trouvé le moyen d'être fier de certains de ses engagements  ; ce qui ne signifie pas que je condamne l'actuel, je le connais si peu ; autant je sais dire la vérité choquante. En conséquence, je décerne à la nouvelle Charlotte l'ordre des dégueulasses, qui est le pendant exact en négatif de l'ordre du Canal décerné à l'ex-maire et à quelques citoyen(ne)s. C'est pas volé ! Quand je disais que y'en a qui me colleraient taule voire me feraient crever s'ils pouvaient ?
Alors "Penser globalement et agir localement" tu parles ! Sont même pas capables de penser localement. Je ne parle même pas de ceux que je viens de dénoncer, ils sont légion  comme eux et contribuent activement au gaspillage des ressources, n'ont aucun respect pour leur propre travail et ne pensent que "fric" et de traviol en plus comme je viens de démontrer ; je parle de ceux qui me regardent comme une merde à cause à la fois de ma pauvreté et de mon individualisme. Ils sont incapables d'agir librement sans un polit-buro qui les materne. Ils n'ont pas encore compris la parole de Ramdas : "les arbres ne poussent pleinement qu'à l'air libre, un arbre ne pousse pas à l'ombre d'un autre arbre sans être rabougri" ; ils n'ont pas compris qu'une alliance de facto est possible, sans pour autant être enchristés les uns dans les autres dans une prison administrative qui limite les possibilités d'expression. Dommage... Ils n'ont pas compris que l'avenir de la Terre n'est pas qu'une amusette pour se faire plaisir. Savez-vous où j'ai entendu la meilleure émission sur le gaspillage à ce jour ? Et encore imparfaite ? Sur RCF, une radio Catho, oui ! Dans Le temps de le dire Animé par : Stéphanie Gallet le 30 mai. Vous qui honnissez le spirituel, avez vous conscience que votre stérilisation spirituelle a fait de vous de vulgaires consommateurs juste bons à détruire et gaspiller ? Et que ce gaspillage c'est la mort programmée de vos descendants ?

 

croix-celtique-22

(1) Ils ont du vérifier la bouche, constater qu'il y avait une pièce au fond (0.20 € la fortune ! le délit ! le crime ! Pen de mort vite !) et fait aspirer la bouche, je l'ai retrouvé tout propre deux jours après ; mais pas celle d'à coté tout aussi sale, à deux mètres de la précédente ; mais le temps que les services de nettoyage réagissent on était repassés et on avait cette fois ce qu'il fallait pour récupérer la pièce.
En conséquence : ils nous considèrent comme des criminels et font tout pour me couper l'herbe sous les pieds . Ca suffit pas de nous refuser des emplois non ? Enfin ma chérie parce que moi je tiens debout à peu près une semaine sur deux alors...
AU FAIT ça fait plus d'UN AN que je la surveillais la pièce... Juste un détail comme ça. Je n'ai eu les moyens technique d'intervention que récemment grace au gaspillage sauvage d'une niortaise *;) Clin d’œil

(2) J'ai été tout recemment victime d'une attaque... Je l'ai raconté sur FaceBook au réseau privé