AA-mercredi 057

A Gauche...

AA-mercredi 058

Au pied

AA-mercredi 059

Ou dessus..

C'est la même merde,  plus sale que mon cul si je le lavais pas pendant 8 jours, voire 15... A part mettre un peu d'ordre, que voulez vous que je fasse ici ? La laine est toute ratouillée par la pluie, faudrait que ça sèche mais en plus ça doit être sale, faudrait la laver. Ca m'a fait mal au coeur parce qu'il y avait, il y a quelques années ; je ne sais pas si ça existe encore ; un atelier tricot au Secours Catholique. Je connaissais une dame qui en faisait partie. Une pauvresse que j'ai complètement perdue de vue, qui traînait ses affaires sur un vieux vélo. J'ai pensé à elle à ce moment là et à tous ceux qui comme elle auraient été content de récupérer cette laine. Y compris mon ex, qui aimait quand ça lui prenait de temps en temps, détricoter des machins pour en faire autre chose d'assez approximatif il est vrai, mais bon, puisque ça l'amusait, on allait pas la contrarier hein ? D'ailleurs j'aurais pas beau jeu à me foutre d'elle sur ce terrain. A l'époque j'ai passé de longue semaines sans pouvoir me lever, colonne et guiboles bloquées. La lecture finit elle même par me lasser, et je me mis dans la tête de tricoter, juste comme ça, pour essayer de comprendre... ce fut une catastrophe monumentale ! Et à part m'entortiller complètement dans le fil, c'est à peu prés tout ce que j'arrivais à faire. *=)) Mort de rire

ordures-dimanche (1)

Il est vrai que quand on voit certains bords de trottoirs, et que jamais le riverain ne bougera le petit doigt alors même que ça vient de sa poubelle qui dégueulait ! Je suis tombé des nues l'autre jour lorsque j'ai vu une dame d'un âge avancé nettoyer des ordures devant sa porte. C'est tellement rare ici que ce jour là j'ai risqué 2 balles au jeu (j'ai raconté l'époppée du jeu sur FB à quelques abonnées... Oui, c'est ce jour là).

ordures-trottoir

Quand on voit aussi les abords de Sèvre... On se dit que je ne sais pas qui ça découragerait pas. C'était comme ça sur des dizaines de mètres et ce jour là j'ai nettoyé, gratos, juste pour pas que ça aille empoisonner les canards qui jouaient en bas. Mais je gage que quelques jours après ça a du être du kif à peu de choses près ; quoique ce soir en passant y'en avait beaucoup moins... juste 3 ou 4 emballages que j'ai ramassé, on est trois semaines après la photo. Mais j'me fais pas de bile : c'est sans doute parce qu'un cantonnier-nettoyeur est passé avant moi sinon...

ordures-tri (1)

L'intelligence étouffe certains. Cette poubelle est en principe réservée aux déchets verts (compostables : vous savez ce que ça veut dire ?). Je l'ai déjà vidée trois fois. Parce qu'elle n'est pas à sa place en fait. Elle a été volée et abandonnée loin de sa maison d'origine. J'ai hésité à en parler à la CAN parce que la dernière fois que je leur ai demandé de récupérer une poubelle ils ne l'ont pas fait. Elle est en compagnie d'une autre, à emballages, tout aussi volée et dont certains se servent à la sauvette. Le pire : pas moi ! Mieux, un jour que j'étais occupé à la vider pour porter aux endroits adéquats ce qu'il y avait dedans, quelqu'un a cru que je cherchais à bouffer et m'a donné un euro. C'était gentil, mais chercher à bouffer dans une poubelle à emballages faudrait être branque... L'autre n'a pas percuté l'incongruité. Il est vrai que je la connais de vue et je l'ai repérée y'a longtemps la personne, plusieurs années. Je sais qu'elle a pété un câble la pauvre. Y'a que les malades qui ont bon coeur ici ou quoi ? On risque d'y revenir à cet aspect d'ailleurs.

ordures-feries (4)

Il est vrai que la haute intelligence de certains témoigne de longues années passées à étudier le guide du tri ; ils ont dû apprendre à lire dedans et le garder comme livre de chevet jusqu'à un âge avancé.Témoin cette ampoule en attente de recyclage avec quelques autres chez moi ; je l'ai ramassée bien évidemment. Elle ne fonctionne pas. Mais ce qui est grave est que j'en ai trouvé qui fonctionnaient parfaitement ! Certaines me servent mais j'en ai qui ne servent pas et beaucoup. Beaucoup trop. Si on essaie d'en vendre en vide grenier bradé ça marche pas. Donner aux niortais je ne suis plus disposé, surtout depuis les avatars évoqués dans mon dernier papier et connexes. A la rigueur je pourrais troquer contre quelques nourritures (pas de viande) ou un objet vendable dans l'espace vide-grenier en haut à gauche. Faut pas rêver.

AA-mercredi 064

Certains ont une araignée au plafond... Moi je l'ai au fond des ordures où stagne mon désespoir... J'ai essayé de la faire sortir de là cette gentille prédatrice de nos moustiques et mouches à merde, mais n'y suis pas parvenu. Elle va périr avec le sac. Pauvre bête. Mais qui à part moi va se soucier d'une araignée ? Un bouddhiste ? Le seul bouddhiste que j'ai connu ici c'était en 1979... Il n'est plus ici, il est parti avant moi. Lui aussi était montré du doigt à l'époque. On était devenus bons copains. Mikael... J'espère qu'il a trouvé ce qu'il cherchait. J'ai passé quelques mois ici avant de repartir. Comme maintenant c'est la proximité de la mort d'un être cher qui m'avait ramené par ici. Niort rime avec mort dans ma vie. J'ai du monde aux cimetières. En 1979 je suis resté parce que j'étais désoeuvré, je sortais d'un ashram et je ne savais trop ce que j'allais faire de neuf, fallait revenir à la vie normale mais Niort ne m'a pas réussi. Je suis parti n'ayant pas trouvé ce qui me convenait et j'ai confié mes affaires ; y compris des choses précieuses et chères, qui vaudrait des milliers d'euros aujourd'hui, des souvenirs de famille, etc ; à un soi-disant "ami" de "gauche chrétienne" membre par ailleurs du même groupe spirituel auquel j'addhérais à l'époque. C'était à peu près à cette période-ci de l'année. Certes, j'aurais pu tenter d'insister pour m'intégrer mais y'avait eu le feu dans un des appartes de l'immeuble et je ne me sentais plus en sécurité. Alors je décidais d'aller chercher fortune ailleurs. Trois mois plus tard je revins pour récupérer mon bien. Je l'aurais même dédommagé le mec puisque j'en avais les moyens. Il avait tout jeté en décharge ! A l'époque j'étais trop gentil, j'ai ravalé mon chagrin. Il est vrai que j'ai su qu'il n'avait pas agi seul et que démêler l'écheveau aurait impliqué y compris des gens bien placés... Je n'aurais pas fait le poids. Mais j'ai fait le parallèle avec l'imbroglio juridique du divorce d'un de mes oncles, ici même, et j'y retrouve la même mentalité finalement. Une mentalité sur laquelle, si je le puis, je risque de revenir avec quelques démonstrations du même ordre. Mais le niortais de base est né, a toujours vécu ici, et ne regarde jamais au delà de son horizon. Il refuse de voir les sanies de son abcès, l'artaignée qui tisse la toile dans sa boite à ordures. Si je n'avais connu que des gens comme ça, moi qui est pas mal roulé mes baskets, je serais mort. D'ailleurs je ne tarderai pas je pense à rendre à Dieu ce qui lui revient et au dépotoir ce qui lui appartient. C'est tout ce qu'ils auront de moi : une carcasse décomposée. Ils aiment ça les ordures. Puisque même la table de nuit à dessus marbre aurait été jetée en 1979... Une ordure ? Pas pour tout le monde peut-être. Il y a quelques années j'en ai racheté une, en ruine. Notre gamin l'a restaurée pour me faire plaisir... Quand ma mère l'a vue elle a dit : "C'est elle ! C'est celle que t'avais donnée papa !" Étrange non ? Je l'ai toujours, et quoique je la sente familière, je m'interroge... Toujours est-il que j'ai compris pourquoi on vénère le dragon plutôt que le chevalier Guillaume ; cette copie de Saint Georges local ; qui, dit la légende, en libéra la ville. Il n'en fut pas toujours ainsi...

templier_3