mardi (11)Au petit matin je suis dans les jardins de la Brèche pour assister au lever des oiseaux, et comme souvent j'ai mis la main sur deux ou trois canettes sur le banc que j'ai voulu utiliser, en repartant je me dis que je vais passer aux buses à recyclage puisque je ne suis pas certain que si je les laisses pour les agents de la ville elles seront recyclées. Ils ramassent tout pèle-mêle et je ne sais trop ce que ça devient. A l'aproche je repère ce carton incongru... Je me dis que je vais l'aplatir et le foutre dedans, au tri ça sera pas bezef à virer...

mardi (12)

Où y'a un os c'est quand j'ouvre ! Rien que des emballages propres et vides là dedans, et le mec n'a pas l'excuse que la buse soit pleine comme ça arrive parfois. Y'en a qui sont pas génés aux entournures quand même ! Du XXL et une massue en guise de poil dans la pogne. Évidemment j'ai tout mis dedans, que voulez vous que je fasse ? J'avais un peu de temps et comme ça j'étais certain que ce ne serait pas éparpillé.

deux_jeudi 009

Éparpiller ils aiment. Regardez cette petite placette, servant de parking,  rue Victor Schœlcher dont j'ai déjà parlé. Il y avait là sureaux et arbres à papillon mais les crados locaux y mettaient constamment plein d'ordures. Ils y ont appliqué leur conception de la propreté en éradiquant toute la biodiversité... mais les ordures elles, reviennent et ça ne va pas tarder à ressembler à une décharge : cette photo je l'ai faite 24 h après la fin des travaux. Quel honneur, au passage, faite à l'homme qui se dévoua en faveur de l'abolition définitive de l'esclavage en France, que de lui déléguer un cloaque ou les riverains souhaitent le rétablissement de l'esclavage à travers le larbinat d'un ramasseur de leur merde qu'il ne sont pas capable de mettre eux-mêmes dans leurs poubelles. C'est pas les riverains ? ET ALORS ? D'abord je sais que ce n'est pas systématiquement vrai et ensuite tu verras jamais ça devant chez moi cher lecteur, ou alors ça durera que le temps que je le découvre.

deux_jeudi 004

Je parle de larbinat parce que c'est ainsi que les autochtones traitent les employés municipaux. Je vous ai parlé de la rue Solférino en une allusion récente... Ça a été correctement nettoyé là où j'avais montré... Ben ça a repris à l'autre bout ! Et c'est pas la première fois quoique cette photo date de ce jeudi soir. J'ai mis un peu d'ordre et j'ai laissé... ça dépasse le cadre de mes interventions. J'ai juste emporté quelques poches susceptibles de s'envoler... Je fais une chasse impitoyable aux poches qui portées par le vent vont nuire très loin à la faune. Enfin tout de même, vous ne me direz pas qu'ils sont gênés aux entournures ?

jeudi 091

jeudi 089

N'importe comment le niortais prend toujours le contrepied de mes valeurs. Depuis la dernière fois que j'ai parlé des Halles avec sa benne à pain pour animaux ; évoquée dans plusieurs autres papiers ; et que j'ai eu le malheur de dire que j'en prenais pour des copains en échange de pain dur trouvé ailleurs (comme si j'étais le seul : j'en connais qui prennent et ne mettent rien) y'a plus que de la merde dans la benne ! Du pain moisi, des déchets verts pourris, des mouchoirs sales, des paquets de clops vides... Et ça stagne... C'est pour les animaux ça ? Juste bon pour la poubelle vu le mélo..; Mais s'en foutent : c'est pour dégoûter les SDF qui parfois se servaient, et ma pomme itou qui avait trouvé là un moyen de troc triangulaire en m'arrangeant à ce qu'il y ait autant après mon départ qu'avant, voire plus. Un moment je m'arrangeais à ôter le papier et les poches plastiques, en plus, pour rendre service. J'ai renoncé. On ne rend pas service aux cons. Qu'ils crèvent dans leur merde ! N'importe comment c'est la Terre de leurs enfants qu'ils assassinent. Ils s'en foutent. Ils imaginent qu'on organisera un jour des charters à destination de Mars. Quand on voit les performances spatiales actuelles, ils risquent de rêver longtemps !

Vous imaginez peut-être que je suis le seul à tenir ce raisonnement ? Vous vous collez le doigt dans les mirettes jusqu'à l'os !

DANGER_terre