IMG-20141108-00105Vandalisme et gaspillage vont de pair...ais-je écrit dans ces colonnes il y a quelques temps. Aujourd'hui, serais-ce une religion ? Une secte radicale et fanatique avec des propensions au terrorisme genre Daesh, qui ne tolère rien d'autres que ses propres vues étroites au delà desquelles point de Salut. Une bande de fanatiques décérébrés qui de toute autre vision que la leur veut faire table rase ? Rue rase serait plus approprié ici. Je venais de découvrir un joli petit ganesh dans la ville, j'ignorais son existence ; il y a peu de temps qu'il est là, enchassé dans un mur, il a été déjà estropié ; je ne l'aurai jamais vu entier. D'ici à ce qu'il se fasse massacrer, y'a pas loin. Il n'aurait pas fallu le mettre à portée d'imbécile. Ne comptez pas sur moi pour vous dire où il est.

DSCN1367

C'est que Ganesh, pour moi, c'est tout un symbole. J'en ai une représentation qui me suit depuis très longtemps, compagnon de mes mésaventures,en santal parfumé au patchouli. Pas que je sois Hindou, mais j'y ai des potes et je n'ai pas manqué d'adresser notre figurine niortaise à mon ami Vijay qui, lui, en est un adepte. Il ne manque pas de m'envoyer les représentations chrétiennes qu'il découvre parfois lors de nos fêtes. C'est ça l'échange constructif. C'est un type super ce gars là d'ailleurs, tellement que ça m'a motivé pour essayer de cultiver mon anglais. Ca se mange pas mais ça permet de mourir un peu moins con, et comme je vais mourir con, autant que ce soit le moins possible.
Pour la petite histoire : je l'ai pas trouvé tout seul le Ganesh. On était près du marché sur un banc, et on a discuté avec une jeune femme qui nous a soufflé son existence après qu'on lui ai parlé du papier concernant Confucius et quelques autres.
A propos du marché, nos rapports sociaux se sont diversifiés là-bas et entre la dame qui nous a donné des gâteaux, celle qui nous a donné des petits pâtés au crabe, celle qui nous a donné pomme et poires, ceux qui nous ont proposé des fromages, celle qui nous a donné des poireaux ou de la confiture, etc... J'ai toute un flopée de gens envers qui je suis reconnaissant. Aussi voyez vous, si vous me croisez au abords du marché et voulez acheter à des braves gens ; qui par ailleurs ne vous arnaqueront pas et sauront à l'occasion arrondir quand c'est possible ; dites-moi que vous avez lu cet article et qu'il vous a plu, ça suffira pour que je vous pilote vers les meilleurs vendeurs et les plus sympathiques. A l'occasion je vous dirais aussi qui il faut snober. Pour me reconnaître, y'a ma photo dans les albums de gauche.

chat-vandale

Il n'y a pas que le vandalisme des sectateurs du néant qui veulent mater toutes les sensibilités au nom d'une sinistre uniformité ; il y a la conséquence directe des étourdis-imbéciles-jeanfoutres qui nous pourrit la vie. C'est là une de ces poubelles ventouses qui squattent les trottoirs de manière permanente ; contre lesquelles la municipalité essaie de lutter ; qui déborde et présentement dégueule. Mais si la présence du container est l'oeuvre d'un casse roubignole méprisant de ses concitoyens et de sa ville, l'éparement lui, est l'oeuvre d'un chat. Un jeune chat noir esseulé qui sévit sur le quartier saint Jean élargi puisque je l'ai vu aussi bien à hauteur de la pyramide que rue du 24 février ou cour saint Marc par exemple. Il doit être abandonné et crever de faim ce matou à éventrer les poubelles pour bouffer. Mais pour l'approcher :maccashe. J'arrive même pas à faire une photo nette de lui. Il est vrai que la nuit c'est pas facile. J'ai essayé vingt fois de saisir ses oeuvres, nettoyé parfois, et là j'étais venu avec un projo pour pas rater la photo. Le commerce des animaux de compagnie s'est développé de manière exponentielle ces dernières années, et la consommation de nourriture qui leur est consacrée écoule une bonne partie de la production. On ne peut donc dire, sauf à manquer totalement de fric, qu'on ne peut nourrir un matou ! Ceci dit, en ce qui me concerne, quand j'en avais un, il partageait ma nourriture et ça revenait bien moins cher. mais que vous trouviez votre pied à assurer la croissance de la gent animale je veux bien, mais JUSTEMENT ! Occupez vous d'eux ! Je connais un SDF, il ne vit que de la mangave je crois, qui a un chat. Son chat ne manque de rien ; passe avant lui souvent. Je le sais : je lui ai fait quelques cadeaux, discrètement. Son chat ne traîne pas : il a sa petite couverture, sa petite laisse, son harnais, et il est très sage. Ils sont touchants tous les deux. Ce que peut faire ce que vous appelez avec mépris un "clodo" (ou un "cassos" selon la nouvelle terminologie brune en vogue), vous pouvez le faire ! Les conséquences ne sont pas seulement à regarder au niveau de la souffrance animale. Elle est cependant considérable, parce que ce chat que vous croyez libre et heureux vit en réalité stressé, souffrant, terrorisé, à la merci de n'importe quelle maladie qu'il refilera éventuellement à votre pet perso ou vous mêmes. Vous avez des animaux et les vivez en ville comme si vous étiez en campagne il y a cinquante ans avec la plaine ouverte et les souris dans le grenier. Oui parce que de nos jours les machines représentent autant de danger pour eux qu'en milieu urbain. Ce n'est d'ailleurs pas une nouveauté. Il y a 50 ans de ça, un peu plus même, nous avions un siamois, superbe. Sans doute de là mon amour pour ces bêtes. Ma mère le laissait libre d'aller et venir, mais il nous était très attaché. Un jour, il n'est pas revenu. On a cherché partout. Au bout de plusieurs jours on a entendu un faible miaulement derrière la porte. C'était lui. Les pattes arrières sectionnées par une faucheuse (on a retrouvé l'endroit), et qui s'était traîné lamentablement pour chercher du secours chez ceux qu'il considérait comme ses amis. On a essayé de le soigner mais la gangrène a eu raison de lui. Quelques décennies plus tard j'en ai un autre, parmi tous ceux que j'ai secourus, qui m'a marqué. Percuté par une voiture il était resté très longtemps sur le macadam, du coté de Jonzac. On passait vers 2 h du matin et j'ai eu envie de m'arrêter pour lui donner une sépulture ; je le croyais mort. Mais il vivait encore, feulait doucement de souffrance qui devait être terrible. Alors je l'ai mis dans une boite sur des chiffons et l'ai emmené à la maison. C'est là que j'ai découvert que les vers le rongeait à l'intérieur. Il se DÉCOMPOSAIT VIVANT. Vous noterez que j'ai dû engueuler le véto pour qu'il consente à le prendre en charge et finalement l'euthanasier. C'était pas à moi à m'occuper de ça soi-disant. Ben voyons. Voilà ce qui attends votre animal que vous laissez en vrac soi-disant libre et heureux. je parle de chats, mais je pourrais faire un bouquin avec vos chiens, poules, lapins et même accessoirement NAC. Okay ? Vos bêtes vous aiment et vous ne les avez que par égoïsme !

Au delà de ça, il y a tous les dégâts que peuvent commettre vos animaux divaguants. Contribuer par exemple à l'accéleration de la disparition des oiseaux dont ils font des proies. Mais aussi, en éparpillant les poubelles, en rajouter une louche dans la dérive des plastiques jusqu'à la mer qui est très inquiétante ainsi que je l'ai montré par exemple dans "Ballons, encore", et des tas d'autres fois.

Ganesh