fleurs printemps (10)Les jolies violettes tapissent la verdure printanière. En mes « tendres » années j'en faisais de jolis bouquets tant il y en avait dès mars qui voyait pointer les premières hirondelles aujourd'hui en voie de disparition. Elles étaient sur Mendès France ce vendredi mais j'ai dû en apercevoir une quelques jours plus tôt tandis que dès fin février on m'en a annoncé dans le Cher. Le jour du premier tour des élections j'ai cru entr’apercevoir un martinet enfiler notre rue du coin de l'oeil alors que j'étais très occupé à mon bureau, mais pour eux il est trop tôt encore.

tags-villon (1)

Aujourd'hui le chant des souvenirs se casse la voix en un sanglot quand le regard s'égare dans vos recoins abandonnés aux rebuts de vos artistes. Où sont les poules de Pâques (Hannetons) de mes jeunes années ? Même les fleurs sauvages n'embaument plus, insipides comme l'époque où elles tentent encore de poindre.

tags-villon (4)

L’œuvre des peintres modernes respire trop souvent la violence dont notre monde est emprunt. Pas s'étonner ensuite s'ils abandonnent leurs déchets dans les recoins ; ni plus ni moins que tout un chacun à de rares exceptions prés.

Nature18 avait alerté les pouvoirs publics et la presse dès qu'on a eu connaissance de cette décharge.Nous continuons à...

Posted by Nature18 on samedi 4 avril 2015

Niort n'est pas une exception et outre le 7° continent on trouve de sinistres spectacles dans nos campagnes. Moi qui ai maintes fois souligné le problème des médicaments non recyclés et du moyen de le faire ; moi qui ai aussi la nostalgie de mes années vierzonnaises ; j'ai découvert une publication sur mon réseau face-book révélatrice que le Cher c'est plus vraiment ça. Là bas quand j'y étais, j'ai randonné des centaines de fois dans la région, à vélo et à pied, je n'ai jamais vu ça. Je me plains de ramener en pharmacie pour recyclage une moyenne d'un cabas de médicaments par mois ; c'est dérisoire. Vous voulez que je vous dise ? Je suis effondré !
J'aurais voulu me créér une bulle qui me mettrait à l'abri de grenouiller dans ce cloaque ; ce ne sera même pas possible. Tous les jours je lis des hordes de "bien pensants" qui fustigent l'étranger et sa violence ; oeuvre de minorités souvent ; sans voir celle que nous produisons et véhiculons. Nous aussi avons fait des centaines de guerres et d'exterminations, de réductions en esclavage au nom de Dieu et du Christ qui dépassait pourtant le simple "tu ne tueras point" de la Torah puisqu'il refusait toute violence, au point qu'il s'opposa à Pierre qui voulait le défendre arme à la main et guérit l'oreille du soldat blessé par l'apôtre. Les Cathares(1), face aux chrétiens catholiques romains, les bogomiles aussi et tant d'autres... Catho contre protestants ; sur ce dernier point y'a pas si longtemps... Qu'est-ce que ma pauvre mère, protestante, n'a pas pris dans la tronche d'avoir épousé un catholique, et réciproquement pour mon pathouse ! Du moins en ces temps là y avait-il des références morales auxquelles se référer et se raccrocher pour, quand on parvenait à se distancier, se constituer un ilot de vie. De nos jours, on déblatère écologie et lutte contre le gaspillage, mais la violence est partout et le gaspillage omniprésent ; prolongement de la destruction à petit feu non seulement de la Terre, mais de l'humanitté elle même et de son âme. On gaspille les hommes ; c'est cela le chomage ; et la matière première, et même la nourriture. J'en ai maintes fois parlé ici et vous laisse chercher. Par contre je voudrais faire un pied de nez aux identitaires qui prétendent notre civilisation chrétienne... Chrétienne ? Pourquoi alors le pain gaspillé qui est sensé incarner le Christ ? J'ai évoqué le pain des tas fois. Je suis assez sidéré de ce que je trouve à trainer. J'en ramasse au moins un cabas de supermarché par semaine. Du coup j'ai entrepris de me trouver une source utilisatrice. Et là on me récompense de mes efforts. Alors si vous avez du pain sec non moisi ; pensez à moi *:) Heureux, j'ai de quoi entreposer et ce sera déjà ça de pas gaspillé, ce me sera aussi une aide précieuse accessoirement. De toute façon je récupère tout ce qui est réutilisable et portable à dos d'homme rabougri *:) Heureux. A défaut de fric... Faut bien que ma participation à une tentative désespérée de peser dans la lutte contre la mort programmée soit récompensée de temps en temps non ? Certain ont prétendus que je ne devrais pas ; si je ne me salit pas les mains mes zoziaux, je serais réduit à l'état de tous ces théoriciens qui vous prennent le choux mais n'en glandent pas une pour illustrer leur propos. Des fumistes. Il faut bien aussi que je parvienne à maintenir ma connexion internet ; indispensable par ailleurs à un tas de choses infaisables autrement, à commencer par me procurer les introuvables produits nécessaires à ma santé, mais aussi gérer notre situation impossible ; donc trouver quelques moyens, au prix d'énormes sacrifices, n'en déplaise à un imbécile qui m'a interpelé sur FB, et qui ne comprenait pas que j'aie du mal à joindre les deux bouts tout en ayant une connexion. Si je sacrifie la connexion, je n'aurais que trente balles de rab, et je serai définitivement foutu. Tout simplement. On ne se rends pas compte à quel point je marche sur un fil, avec pour compagne le désespoir face à l'état d'un monde que j'ai voulu, espéré, plein de promesses. A Pâques vous distribuez des œufs... Ce sont des œufs d'autruches. Celles-ci auront un jour le cou tranché sans rien voir venir parce qu'elles ont la tête dans le sable.

coco

(1) Les Cathares croyaient au Christ ; contrairement à ce qu'ont pu élucubrer des fantaisistes d'un ésotérisme dévoyé à la petite semaine ; d'une autre manière c'est tout.