coquelicots (1)« J'ai descendu dans mon jardin. (bis)
Pour y cueillir du romarin.
Gentil coqu'licot, Mesdames, gentil coqu'licot nouveau
. »

bon point

Lorsque je m'appliquais à essayer (j'ai bien dit "essayer"*;) Clin d’œil)de chanter cette comptine au temps des images et des bons points, je n'avais pas encore conscience que cette fleur symbolisait autant que le bleuet une douloureuse mémoire. Le coquelicot comme une tache de sang sur les vertes prairies sur lesquelles tant d'hommes se sont entre-déchirés, sauvagement étripés en pure perte puisque, pour ne parler que de l'Histoire proche ; de Napoléon et son crépuscule à Waterloo à nos guerres moyen-orientales en passant par 14-18, 39-45, l'Indo, le Vietnam, l'Algérie, le Golfe et j'en passe et des pires ; même en nos temps que nous qualifions de progrès, nous nous comportons comme de vulgaires « sauvages » en quête d'une tête à accrocher au fronton de notre case. L'étranger n'est qu'un merdeux sauf quand on nous dit le contraire dans les médias dévoués aux pouvoirs.
Les plus nationalistes ; qu'ils confondent allègrement avec patriotisme ; revendiquent aussi ce qu'ils appellent les « racines chrétiennes » de notre « civilisation » hautement civilisée...

Lanterne

En ce moment par exemple un tollé secoue les médias sociaux occidentaux, et la presse, contre un festival chinois où on fait la promotion de la viande de chien et de chat qui sont de consommation courante et ancestrale là-bas. Montrer du doigt l'étranger sauvage. Pourtant sommes nous si innocents avec nos millions de dindes de Noël et tombereaux de cochons ? D'agneaux ? De bovins ? Ça n'indigne personne ? A part quelques végans bien sûr. Très minoritaires dans le paysage consumériste référent et horizon de notre monde sans foi ni traditions, toutes dissoutes dans l'uniformisation globale. Surtout qu'une part non négligeable de nos productions animale est directement gaspillée et jetée encore consommable ; et pas que par les supermarchés, mais surtout et d'abord par les particuliers. Sans compter les gâteaux et autres choses.

gaspillage (2)

Un simple sac de supermarché ramassé au hasard d'une rue ; c'est parfois jusqu'à 15 que j'en trouve dans une nuit ; est assez révélateur. Le shampoing n'est pas vide (plusieurs utilisations), le gâteau il en reste la moitié et la sauce les ¾ quant à l'ananas il est intact. Je n'ai utilisé que le shampoing et l'ananas, le reste c'est trop risqué... J'en suis pas mort la preuve...

celtique_2

Vos racines « chrétiennes » vous pouvez vous les coller où je pense. Je me demande vraiment ce que vous avez de chrétien à toujours fustiger « l'autre » alors que vous êtes aussi coupable que lui voire davantage. Le fondement même du christianisme repose sur quelques principes simples qui vont à l'encontre de votre credo de haine. Des ''évangiles synoptiques'' ; par exemple Matthieu 7: 3-5 aux apocryphes dont j'extrait une citation qui vous le démontrera :Jésus a dit : La paille qui est dans l’œil de ton frère, tu la vois, mais la poutre qui est dans ton œil, tu ne la vois pas. Lorsque tu auras rejeté la poutre de ton œil, alors tu y verras pour rejeter la paille de l’œil de ton frère.
Évangile de Thomas - Logion 26 
; on trouve la même idée.
Qui sommes nous pour donner des leçons de respect des animaux, nous les aficionnados et dévoreurs de cochons ? « on tue 65 milliards d'animaux terrestres et 1.000 milliards d'animaux marins par an pour notre usage » nous dit Matthieu Ricard, docteur en biologie cellulaire et moine bouddhiste français, auteur de Plaidoyer pour les animaux.
Alors bien sûr, à choisir entre écraser un chien et écraser un enfant, personne, aucun défenseur au monde des animaux ne dira que quand ce choix survient, les deux vies ont la même valeur. La vie humaine a certes davantage de valeur. Entre crever de faim et manger de la viande, rares seront ceux qui choisiront la première solution. Récemment j'ai mangé du saucisson. Pas tant parce que je crevais de faim ; j'avais quelques légumes;que parce que quelques heures plus tôt je venais de voir un type, inconnu dans le quartier de ma part, jeter un petit paquet dans une poubelle. C'était un saucisson entier, non périmé, dans une double poche ! J'ai pris le risque... Trois semaines après je ne suis pas malade. Mais lui devait l'être peut-être ? Non, je crois plus tôt que son comportement est celui récurent d'une majorité de la population.

orange

Et ce matin j'ai bu du jus d'orange, gratos, en provenance d'un de ces sacs à traîner dont je parlais plus haut. C'était au mitan d'emballages qui n'avaient rien à foutre là. Parfaitement scellé, UHT, péremption 28 juin de cette année. La boutanche indique : « Orange fraîchement pressée », du monop'daily s'il vous plaît ! (je dis ça pour le prix). Je me suis avisé de le photographier alors que j'en avais déjà bu une bonne partie (dilué d'un peu d'eau : ça dure plus longtemps). Enfin, bon voilà quoi, ce que vous êtes. Vous vous alarmez de chiens et de chats élevés pour leur chair, parce que chez nous ils servent plutôt à compenser le mal vivre, n'ayant plus l'utilité pratique d'autrefois et ne servant plus que de créatures ornementales instrumentalisées au profit de massacres sans noms de troupeaux de bovidés, moutons, poulets, et bancs de poissons, pour leur seule alimentation.

bouc

Vous avez dit civilisation chrétienne ? Quand ce n'est l'étranger, c'est le pauvre, votre bouc émissaire ! Qu'est-ce que je ne prends pas dans la tronche ! Au point que je me demande, les jours où j'ai la dalle, si effectivement, plutôt que manger un chien, je ne vais pas imiter ces naufragés d'avions de la cordillère des Andes, je ne vais pas bouffer un homme *:)) Marrant. Une fois dans le tout à l'égout je doute qu'on les retrouves... Après tout, un mécréant ça doit pas être pire qu'un cochon aux antibiotiques non ? *=)) Mort de rire Qu'en pensez vous ? Étant entendu que je commencerais par ceux qui m'ont trainé dans la boue, agressé, traité de feignant, de parasite etc.. ; Et là, y'a des réserves pour quelques décennies...*=)) Mort de rire Vous avez dit « civilisation chrétienne » ? Pourquoi envoie-t-on les hommes s'entre déchirer en pure perte sur des champs de batailles pour les laisser pourrir ensuite ? Les fauves, les loups, les renards, quand ils tuent, c'est pour manger, pas pour la gloriole de quelques généraux et le profit de quelques multinationales. Ce n'est pas par haine de l'étranger, juste par nécessité. Vous avez dit « civilisation chrétienne » *>:) Démon?

coupe