LA CIGALE & LA FOURMIUn état de fièvre passager plus ou moins éphémère et chronique. On a changé le temps des fourmis chères à Monsieur De la Fontaine ; celui des abeilles et bourdons actifs dès l'aube ; en temps des cigales.

Bourdons morts (2)

Les pollinisateurs tombent subitement, morts sur place en pleine quête et chargés de pollen. Ce sera autant qui ne fécondera aucune fleur, ornementale ou potagère. J'ai lu nombres d'articles alarmants sur la disparition des abeilles... Monsanto, plutôt que soutenir une agriculture respectueuse de l'apifaune envisage de nous créer des abeilles transgéniques résistantes aux herbicides. Ils seront bientôt propriétaires des plantes comme des pollinisateurs et même de vous par extension puisque l’ingénierie génétique envahi maintenant ce qu'il est convenu d'appeler médecine. Les « cellules souches » de synthèse, base d'organes de rechange, qui croyez vous qui va les produire ?

ABEILLES_04-08 (2)

En attendant les abeilles meurent bel et bien. Je suis tombé, ce 4 août ; date anniversaire de l'abolition des privilèges de la noblesse au profit de la bourgeoisie qui n'a cessé de s'en octroyer davantage jusqu'à nos jours ; sur un micro-essaim, ou ce qui reste d'un essaim, agonisant. Il y avait une reine dessous... Et on voyait mourir les abeilles une à une !

ABEILLES_04-08 (1)

J'en ai photographiées qui s'étaient écartées pour mourir. On les voyait s'agiter et se débattre, puis se raidir. Moi, fils d'apiculteur qui ai manié l'extracteur et le maturateur dès l'âge de 10 ans et même avant. Moi qui dès cet âge là ai participé à la récolte des cadres, à l'alimentation d'hiver, à abreuver l'été.. ; Moi qui ai mangé du miel à la louche, sous toutes ses formes, faut-il dire que ça me fait très mal ? Profondément. Par vos usages intensif de produits chimiques en tous genre, vous êtes complices. Vous prétendez ne pas pouvoir vous en passer, aussi je vous invite à lire : « Pesticides domestiques : même une faible exposition nuit au développement cognitif des enfants » sur « le Quotidien du médecin » ; une prose sérieuse selon vos critères ce me semble.

LEGUMES (2)

LEGUMES (1)

Faut-il rappeler que votre concombre, votre courgette, votre haricot, votre piment, votre poivron, votre cornichon, votre tomate, votre pèche, votre abricot, votre pomme, votre fraise, votre citron, votre melon, votre pastèque, votre aubergine, votre prune, votre cerise, vos petits pois etc... Sont d'abord des fleurs fécondées par d'industrieux collaborateurs fournis gratuitement par la nature ; il n'y a pas que les abeilles ; que vous assassinez allègrement à coups d'insecticides.

fruits_2

Le fourrage des animaux dont vous faites des grillades n'a pas non plus souvent d'autre origine ; hormis les OGM. Cette idée moderne saugrenue de faire des grillades chaudes en plein cagnard quand on n'est pas travailleur de force alors qu'il faudrait se rafraîchir et s'hydrater de soupes froides, de fruits, de salades composées... Nous sommes au temps de l'inversion des valeurs annoncé depuis longtemps par tous les grands visionnaires. La perspective d'autrefois où l'été suivait le temps laborieux du printemps comme période d'activité intense de récoltes et moissons, à l'unisson du rythme des abeilles et des plantes, avant le temps d’hibernation au cours plus lent, est révolu pour beaucoup d'entre vous. Vous ne voyez dans la saison ensoleillée (en principe et sous réserve) qu'un espace ludique où s'amuser et se faire dorer, telle la cigale que le fabuliste plus haut cité emprunta à Esope comme tant de ses écrits de réflexions morales, tant lui même était plus porté aux contes grivois, ce qu'on ose rarement mettre en avant et oublier tant c'est osé. Que la pluie soit du voyage, comme on l'a connu quelques années, et vous croyez tout gâché. Lorsque la bise fait son retour, et avant elle des jours moins longs, la cigale ayant perdu le sens et la finalité d'une activité rémunérée mais fastidieuse parce que sans véritable intérêt souvent, autre que la performance à tout prix pour écraser le voisin, la cigale disais-je, s'en va frapper chez son toubib. Celui-ci, par intérêt bien compris, et celui des actionnaires des labos, lui fait délivrer quelques Smarties, ces pilules du bonheur sur ordonnance ; à la cuiller voire à la louche. Changeant un coup de blues qu'un peu de musique dissiperait, une bonne tisane aussi, en « dépression saisonnière », la nouvelle appellation estampillée. Changeant des interrogations existentielles, propre à tout être conscient, en syndrome à évacuer d'urgence et à traiter comme maladie grave. Et on délivre, et on délivre, enchaînant dans la dépendance au bonheur sur ordonnance au profit des bourses et des marchands ; et accessoirement des marchés parallèles. Si un médecin émet le moindre doute sur la mainmise laborantine, il risque de gros ennuis. On l'a vu pour les vaccins récemment, mais c'est valable pour le reste. Il existe quelques livres moyennement objectifs sur la question, écrits non par des écolos, mais de vrai toubibs de la faculté. Ca ne va pas très loin, mais c'est déjà un pas de prise de conscience. Par exemple :

Notez bien que je vous oriente là sur d'autres sites de vente que les miens ; je n'ai pas de compte Amazon, je n'en n'ai plus parce que j'y ai été maltraité. Je n'ai donc aucun intérêt dans ces recommandations. Juste vous informer de livres que j'ai lus parmi d'autres dans ma bibliothèque...

AS DE PIQUE 5

Par cet acharnement on empoisonne l'homme, mais aussi son milieu biologique. On distille dans la nature ces substances qui s'ajoutent à d'autres, insidieusement, et contribuent à la mutation des corps, des maladies, et de la pensée. L'homme n'est déjà plus vraiment un homme, il est une extension des laboratoires et de l'industrie pharmaceutique et chimique. Son milieu actuel serait invivable pour ceux qui ont généré nos parents. On vous dit que grâce à ça vous vivez plus longtemps. Ça n'aura qu'un temps et dans quelles conditions ? Dans quel état ? Faites donc quelques recherches généalogiques sur l'âge de vos ancêtres avant l'ère industrielle... Si toutefois vous descendez de mineurs de fond, sinon vous trouverez dans les cimetières anciens des choses bien curieuses par rapport aux baratins officiels. Ceux qui meurent à cent ans aujourd'hui sont nés il y a un siècle, ont connus la moitié de leur vie sans eau courante, toilettes et douches dans l'apparte, médecine omniprésente, électricité universelle etc... Et ont travaillé à la main, souvent, bien plus dur que vous ne travaillerez jamais.
Les drogues pharmaceutiques sont consommées à plein tombereaux, par des gens qui souvent ne finissent pas les boites, voire n’entament pas nombre d'entre elles en raison de prescriptions surnuméraires. Un grand défaut d'information est maintenu quant aux possibilités de recyclage ; un intox par des rumeurs aussi ; l'imbécile de base préférant toujours la rumeur à la vérité en tout et à propos de tout ; ce qui fait le lit des discriminations, y compris sociales, génère des comportements nuisibles à la biosphère. Et quand des articles dénoncent la non filtration par les stations d'épurations des résidus de médicaments, ils ne prennent pas souvent en compte les tonnes, je dis bien tonnes, décomposées en dépôts sauvages, ou en décharge non sécurisées avec les ordures ménagères. J'ai appris à les détecter et mets aux filières de recyclage ce que je peux sauver... Mais c'est bien sur dérisoire. C'est juste pour pouvoir parler et prouver le cas échéant, selon mon principe, que pour avoir droit de l'ouvrir il faut se mouiller le burnous et se salir les mains. Je viens d'ailleurs de découvrir que certaines pharmacies déballent les médicaments avant de les envoyer aux incinérateurs agréés. Les emballages cartons (pas les blisters) métal et verre suivant des voies de recyclage normales. J'ai donc pris la décision que chaque fois que je pourrais, je leur économiserait ce travail de déballage. Ça prendra moins de place... Oui, parce que j'en ai actuellement plusieurs cabas à porter... L'un d'eux est celui auquel je faisais allusion dans « Canicule ».

Calque FRUITS