IMG-20151030-06126Les poupées de minuit
Sont de petites femmes
Qui vont insouciantes
Et cachent dans la nuit
Le secret de leur âme
Esclaves des baisers
On les voit se griser
Ce sont des beaux joujoux
Qu'on achète une nuit
Les poupées de minuit

Joujoux d'amour dans des mains inhumaines
Se brisent vite et l'on vit certain soir
Loulou pâlir et sa beauté de reine
Presque flétrie et faisant peine à voir
Jo l'a laissé, et dans son coeur de femme

Un gros chagrin la mine lentement
Ce bel amour c’était toute sa flamme
Et maintenant elle rit des serments
A tous ceux qui jurent de l'aimer
Elle dit le coeur triste et fermé :

C'est une poupée qui fait non...non...non...non...
Toute la journée, elle fait non...non...non..non...
Sans même écouter, elle fait non...non...non...non...
Sans même regarder, elle fait non...non...non...non...
Un' jolie fleur dans une peau d'vache,
Un' jolie vach' déguisée en fleur,
Fredonne en frissonnant :
Mon beau tapin, quand il fait frais,

Je garde ma fourrure.

Quand vient l’hiver, froide et gelée,

Seins dénudés sous mon corset,

Mon beau tapin, quand il fait frais,

Je garde ma fourrure !

Elle est pourtant là bien à poil, enfin si sa coque aussi lisse qu'une peau de bébé peut en porter, les grolles en guise de galure pour marquer sa soumission à son ayatollah ? Vieux maquereau avide de chair de cabillaud ? En voyant cette poupée faire la grue au coin d'une rue je me suis interrogé ; le jour n'était pas levé et elle était là gardant quelques poubelles et immondices éparses. Les petites filles ne sont plus ce qu'elles étaient tant la catin porte de traces anciennes de fard séché qu'une toilette s'avère impérative avant de l'offrir à qui que ce soit. Au fait y'a maldonne ; les godasses sont trop grandes pour elle. Niort se prend pour Amsterdam tant il y a de gens qui boivent ; j'ai ramassé encore 20 canettes dans un jardin d'enfants, à traîner ; Et qui boivent et reboivent
Et qui reboivent encore
Ils boivent à la santé
Des putains d'Amsterdam
De Hambourg ou d'ailleurs
De Niort peut-être ? Niort où on commence, enfin, à envisager une brigade des stups sans mesurer l'ampleur de la gangrène installée de longue date. En attendant le seul marin potentiel et obsolète depuis bien longtemps c'est ma pomme, faut donc imaginer que cette poupée là est là pour moi et mon raisiné n'a fait qu'un tour dans les tuyaux, je l'ai emportée. Je l'ai emportée pour la donner à qui saura la cajoler. Ce n'est qu'un jouet jeté... Mais c'est un jouet qui dépannerait bien des petit(e)s éplorées.

 

EGLISE GNOSTIQUE

En ce jour de Toussaint je vous colle la croix d'une Église gnostique, pas seulement pour montrer que je suis pas bégueule et sais aller au delà des étiquettes qui de toute façon se délavent au lavage au point de devenir illisibles, mais aussi pour faire pièces aux idéologies qui ne sont que des emballages pour moutons de Panurge. "Nous «fonctionnons» de la même façon, que nous portions un costume-cravate ou un étui pénien" affirmait Claude Lévi-Strauss (1908 - 2009) ; je n'en suis pas convaincu voyez vous. Tout est affaire de valeurs, mais pas de valeurs idéologiques, celles qu'on récite comme un perroquet au prétexte de la discipline de parti ou de chapelle ; mais de celles qu'on cultive en soi, par la volonté, la méditation ou la prière selon les moyens qu'on a choisi au hasard des rencontres et des élans du coeur et/ou de l'âme. La discipline auto-gérée en somme. C'est la Toussaint, fête essentiellement catholique me semble-t-il ; du moins à cette date, les gnostiques et orthodoxes s'appuyant sur un autre calendrier et les protestants ne reconnaissant pas les saints, sans se rendre compte de leur contribution ; quand il s'agit d'humains, pas d'anges, c'est autre chose ; à l'édification des bases de notre société (écriture et littérature, calendrier, médecine et science (OUI !),défrichage, essartage, assèchement de marais, constructions et architecture etc...).

SAINT

Valeurs disais-je ? Vous pourrez, si vous êtes catho, réciter la litanie des saints jusqu'à l'extinction de voix ; si vous ne priez que pour vous mêmes et ne partagez jamais rien, vous n'êtes qu'une carpette de ces pharisiens que dénonçait Jésus. J'ai l'air de pontifier là, mais parce que cette poupée, ainsi qu'un nombre considérable de choses, à commencer par des crayons et feutres qui sont allés alimenter des pauvres ; mais aussi téléphones portables, ustensiles et jouets divers ; est l'oeuvre d'une catho pratiquante. Une qui a envoyé ses marmots aux JMJ, plusieurs JMJ, j'ai les tee-shirts et quelques autres preuves... Ça suffit pas de reprocher aux moutons de la consommation d'avoir changé la commémoration des saints en célébration de l'horreur ; faut-il encore mettre en pratique ces valeurs que l'on prétends défendre ! Célébration de l'horreur, oui, qui s'enracine non pas dans le Celtisme comme il est la mode de le prétendre, mais dans le néo-druidisme aux relents douteux pour toute une part. Je vous invite à lire "Gaulois, qui étais-tu ?" opuscule extrêmement documenté édité par "Pour la Science" ; dont j'ai la version papier d'ailleurs sortie d'une poubelle (quel respect) ; peu suspect de christianisme militant ou bien, ou aussi : "SCIENCES ET AVENIR N° 662 : Spécial Celtes" dont on sait qu'il est plutôt "à gauche caviar"... Je l'ai aussi mais ne suis pas vendeur actuellement. Il existe d'autre livres plus approfondis, dans ma bibliothèque, déjà, mais à l'heure du zapping je ne vais pas trop vous en demander hein ? D'ailleurs il y a quelques décennies, en Europe, personne ne parlait d'Halloween ; à part quelques groupuscules néo-païens aux relents un chouïa facho en arrière plan. Je ne vais pas m'étendre, j'en sais trop sur certain(e)s et je pourrais en dire plus qu'il n'en faut.

IMG-20151101-06134

Ceci dit y'a pas que le pseudo-chrétien ; y'a le pseudo-gauchiasse, le fachiotte, le droite-merde, tous à brailler après leurs fins de mois difficiles alors que quelques euros feraient la différence ; euros joyeusement balancés. La photo n'est qu'un détail au regard des découvertes de la nuit, elle même épiphénomène dans mes + de 45 ans de révolte contre les dépôts sauvages, le gaspillage, la destruction du serviable. La même nuit, une prolétarienne m'a tendu un ticket resto, et une autre m'a refilé spontanément 5 balles. Si j'en juge par leurs tenues et l'état et modèles de leurs bagnoles ; elles partaient au travail ; elles ne devaient pas rouler sur l'or pourtant. Tout ça parce qu'elles mont retapissé à la récup. Je vous disais bien que ce n'est qu'une question de valeurs personnelles le gaspillage comme le partage. D'autant que les deux se sont adressées à moi avec un profond respect... L'espace d'un instant je me serais cru dignitaire de je ne sais quel ordre mystérieux. Celui des traîne-savates peut-être ?

IMG-20151029-06123

IMG-20151027-06121

IMG-20151027-06120

IMG-20151026-06119

IMG-20151026-06117

On ne saurait clore sans évoquer quelques-uns des petits plats que nous avons concoctés avec vos soi-disant déchets. Les cotelettes, ça date. Pas dans la consommation, mais la récolte. J'en ai causé sur mon album je crois, et sur FB, ici je ne sais plus. Comme dit en regard d'une des photos ; J'ai trouvé le sac avec plusieurs kg de viandes diverses, encore congelée donc posée récemment, par terre, dans leurs poches de congélation. J'ai tout ramené et me suis mis immédiatement au fourneau parce qu'il ne faut pas recongeler et qu'une fois cuit on peut étaler la consommation sur plusieurs jours. J'ai finalement tout cuisiné et congelé la cuisine, contrairement à ce qui est dit dans l'album. Un miracle cette trouvaille : j'étais parti chercher un jouet pour un gosse qui en manque dans mon box et n'avais qu'à rentrer à la maison ; mais voilà, cette intuition que vous refusez d'accepter m'a soufflé de partir dans la direction opposée, vers la gare donc...  et comme vous voyez, ça sert des semaines après et j'en suis pas mort. J'ai une bronchite depuis quelques temps mais ça n'a rien à voir : j'ai biffé mal couvert sous une pluie battante, et j'suis fragile comme un nourrisson maintenant. C'est par les ripatons que j'ai chopé : mes grolles battent de l'aile. Je montre pas tout ; en fait, en ce moment, si j'avais le moral, j'aurais un peu plus le temps, mais je l'ai pas eu le moral pendant longtemps. Et ce matin, ben j'aspire surtout à être rappelé dans un monde meilleurs, mais néanmoins je trouve la force d'écrire parce qu'il s'est passé quelque chose cette nuit, pendant mon heure de recueillement. Il y a bien un grand moment "magique" la nuit de la Toussaint pour le mystique ; une nuit où j'ai pas mal toussé d'ailleurs, jusqu'à ce que j'obéïsse à l'impultion impérative de sortir malgré tout. Tout le temps que j'étais dehors ça allait bien... Quand je suis revenu mes quintes m'ont repris... Est-ce cette bicoque ou la vue de vos inepties qui me rendent malade ? Ou les deux ? Ou le manque de thunes qui fait que je me rationne en Thym et Eucalyptus (HE) et oligo-éléments ? On s'en fout... La vie, ma vie, n'a plus bézef de perspectives, mais l'humanité dort debout. Dans un précédent papier j'ai argumenté sur le délire de voir en Mars une planète de rechange... Cette nuit j'ai réalisé l'essentiel : une colonie spatiale sera forcément un système fini. Vous qui vivez à coups d'envies pourrez, sur Mars ou dans l'espace, vous carrer dans l'oignon votre slogan : "un enfant si je veux quand je veux". La gestion d'une cité fermée, étanche, ne pouvant croître qu'avec une gestion rigoureuse et planifiée en raison des moyens techniques, impliquera que chaque naissance soit décidée à l'avance en fonction de la place disponible et des extensions programmées ; et la place sociale du nouveau né dans la communauté programmée à l'avance. Le meilleurs des mondes à côté c'est Casimir dans l'Ile aux marmots ! De toute façon c'était jamais que le cauchemar d'un pionnier de la pieuvre qui sape notre société : la drogue. Huxkley était adepte du LSD... J'ai vu les dégâts chez certains anciens potes que je me suis vu obligé de larguer à cause de ça, merci... D'ailleurs je crois que l'état de dégradation des consciences, la came, et le gaspillage sont liés. Tous dégâts collatéraux d'une pensée qui se dissout en une idéologie sans nom... Sans nom parce qu'elle ne relève pas du registre des caricatures que se sont données pour images les dernières dictatures connues. L'ennemi est d'abord en vous, comme en moi d'ailleurs. J'essaie d'avancer mais je peine maintenant à rattraper mes prises de conscience hormis que je ne gaspille pas comme tant d'autres. Et puisque nous évoquions la drogue : c'est parce que le phénomène est loin de se cantonner au seul cannabis que le débat sur la dépénalisation est biaisé et un faux débat. Je sais bien, pour en avoir tant eu dans mes contacts et entourage, que le shit n'est qu'un apéritif pour beaucoup, et ce shit est frelaté avec toutes sortes de saloperies ; le chanvre est par ailleurs cultivé au détriment des biotopes ; à coups de produits phytosanitaires et d'OGM. Ca sert par ailleurs les finances de toutes sortes de réseaux de traite humaine, de guérillas malsaines etc... Omniprésent il masque de plus en plus mal d'autres pratiques, mais comme elles contribuent à l'abaissement du seuil de vigilance morale et rend acceptable toutes sortes de choses qui ne l'auraient pas été il y a seulement quelques années... Le cannabis légal servira de couverture à bien d'autres trafics souterrains (comme en Hollande) et comme l'illégal sert déjà de couverture à des trafics de Subutex et autres, de même que les prescriptions légales de substituts couvrent un trafic éhonté dont j'ai trouvé les traces en biffant justement. Les plus gros gaspilleurs, les plus gros dépôts sauvages sont l'oeuvre de gens sous addiction légale ou non... C'est un constat basé sur des indices concrets. Loin de se réduire, ça augmente d'années en années... Il y a douze piges ici, je n'aurais pas pu réaliser l'album "Le restorat". C'est moi qui fouine davantage ou c'est juste une impression ? En ce jour de Toussaint veille du souvenir des défunts, j'vais vous dire : j'suis bien content au fond que mes défunts le soient... Je ne crois pas qu'ils seraient heureux dans ce monde.

TERRE BOMBE 2