RELIGIONS

Capture FIN

Vous me permettrez de sourire ? Il est rare qu'un deuil me fasse sourire, mais là y'a de quoi. Ils étaient tous à la messe d'adieu. Nous on a préféré ne pas y aller en dernière analyse ; je l'ai dit sur FB : on n'avait pas envie de se coltiner tout un tas de monde qui ne souhaitait sans doute pas notre présence et que nous n'avions pas envie de voir pour la plupart. Le recueillement c'est dans l'intimité.
Au surlendemain de l'annonce de son décès ; qui ne devait pas être tout à fait tout frais je pense, ça faisait quand même un petit bout que je me faisais de la bile ; J'écrivais sur FB :
« Pauvre pote... J'ai parlé de lui deux ou trois fois sur Canal Décharge. D'avoir nettoyé une décharge tout près de chez lui m'a fait retrouver un casque moto qui avait été volé, et ça m'a rapporté une pizza de la part de Domino's. On avait des divergences mais aussi des points de rapprochement ; le groupe contre l'extermination des herbes folles c'était lui. Une nuit qu'il apposait des protestations contre le « bétonnage » du pied des arbres, je lui étais tombé dessus à l'improviste, on avait jacassé plus de deux plombes... La dernière fois qu'on s'est vus, il était tombé en extase devant des machins de récup' entreposés dans mon box qui est pas très loin de chez lui... Il devait nous inviter à bouffer mais différait pour raison financière. C'est ça que la Nouvelle République ne dit pas : Il était en plein désespoir le camarade. Après son échec aux dernières municipales, sa femme l'avait larguée, et il était en délicatesse financière, il n'avait plus de job. Qui lui a tendu la pogne ? Hein ? Ceux qui lui rendent hommage aujourd'hui n'ont pas manqué de lui rentrer dans la gueule ; et leurs rapports ont été loin d'être au beau fixe. Personne ne savait que nous étions en rapports pratiquement. Je me tâte sérieusement pour assister à la cérémonie de funérailles Mercredi à 15 H à Notre Dame... Mais n'importe comment Amaury, te casses pas le cul, t'auras un cierge camarade ! D'ailleurs t'as déjà eu une chandelle bénite qui a brûlé tout ce we, je pensais à toi sans encore vraiment savoir... Mais tu auras plus. RIP compagnon ; ce que tu voulais, je le veux : un monde meilleurs, plus juste où on respecte la nature. Merci d'avoir essayé. »

Je tiendrais parole et j'allumerai un cierge à ND mais nul ne saura le jour et l'heure.
Ils étaient tous à la messe... Une majorité d'Athées... La plupart chantres de la laïcité à la française qui consiste à gommer de l'espace public tout symbole religieux, toute référence spirituelle. Pour beaucoup en rupture complète avec l’Église. C'est ça qui me fait sourire.
Peut-être quelques musulmans aussi, je sais qu'il en connaissait, mais c'est pas la même démarche.
Amaury et moi on en avait causé religion justement ! Il s'était revendiqué athée tout en remarquant le rôle positif des prêtres ouvriers et même des campagnes autrefois.

 

Amaury Breuillé, l'élu et militant de l'écologie

Eternelle écharpe, Amaury Breuillé a fortement contribué à la défense et à la promotion des idées écologistes à Niort. Elu municipal depuis 2001 et infatigable défenseur de l'écologie, Amaury Breuillé, figure politique locale, a disparu brutalement à l'âge de 45 ans. C'est une figure de la politique locale qui vient de disparaître.

http://www.lanouvellerepublique.fr

 

Une foule d'émotions pour Amaury Breuillé

Certains avaient passé autour du cou la fameuse écharpe verte dont Amaury Breuillé au fil du temps avait fait son emblème. Avec ou sans écharpe, il y avait foule hier après-midi aux obsèques de l'ancien adjoint de Geneviève Gaillard, décédé vendredi dernier à l'âge de 44 ans.

http://www.lanouvellerepublique.fr

Je m'interroge ? Était-ce sa volonté d'une messe d’apparat d'une heure trente à peu près ? Volonté de sa famille ? Je ne saurais sans doute jamais de façon rationnelle et objective. Face aux fins dernières, l'athée ordinaire est souvent déstabilisé et désarmé alors il se raccroche où il peut. Mais aussi, les cérémonies, c'est une sorte de manière de se montrer : « vous avez vu, pour moi c'était important, je comptais pour lui, il comptait pour moi »... Gommant toutes les fois où il lui a rentré dans la gueule...
Moi on m'a pas vu... Il emporte le secret de notre relation dans sa tombe... ou au paradis. Je veux juste souligner que c'est lui, après nous avoir ignoré plusieurs années, qui est venu à moi pour discuter. Spontanément, dans la rue, et pas en période électorale, donc pas pour glaner ma voix. Il avait lu mes blogs et du coup s'inquiétait de ma santé. C'est ça qui m'avait touché. Après je lui avais fait prendre conscience de certains problèmes locaux dont il ignorait tout. Il avait du mal à me croire. Puis une nuit on s'est percutés à l’improviste... Il a réalisé que oui, c'était bien vrai, je prenais des photos à quatre plombes du mat dans des coins pas toujours bien famés et à pince, seul. Lui avait sa tire à deux pas... Deux coups comme ça et ça entérine une relation cordiale. Vous voyez ? Alors je ne puis m'empêcher de lui rendre hommage, un dernier salut, parce qu'il savait entendre sans chercher à convertir, au contraire réfléchir et écouter, ce que le dernier des derniers avait à dire.
Bonne route compagnon des étoiles... Tu es attendu ; mais maintenant tu le sais. Merci d'avoir existé un moment.

 

BOULE ROUGE croix