pain cielOn est venu de me parler de liberté. Je ne sais pas ce qu'est la liberté dans un troupeau de mouton où il n'est autorisé de penser que selon l'évangile de la consommation, du gaspillage et de la dépravation. T'en fait quoi de ta prétendue liberté glandu ? Tu payes tes impôts, tu es obligé de bosser pour ça ou d'être asservi à une sorte de politburo social. A part ça, le reste tu le vautre et le jette. Liberté de gaspiller et massacrer la planète ? C'est ça que tu appelles liberté ? Liberté de consommer, complice de tous les crimes ?
Aujourd'hui tu te vis comme un jouisseur dans un désert cosmique et plus rien n'a de valeur. Pas même la nourriture.
Il fut un temps où avant chaque repas on bénissait le pain au nom de Dieu, et ceci bien avant même le christianisme qui a assuré la continuité rituelle jusqu'à ce qu'on décrète cela ridicule, au nom de la liberté. Désormais, si on te vois bénir ton pain, on t'emmerde ou on te carre en cabane. Si, je l'ai lu dans des articles sérieux.

LUNDI (16)

pain (6)

pain (9)

Le pain n'est qu'une merde comme les autres qui dégueule des poubelles, ou est jeté n'importe où de préférence, dans la merde de chien, sous la pluie. Comme le reste d'ailleurs.

baguette

Je sais que le pain de supermarché, souvent ça vaut pas bézef, mais est-ce une raison ? La baguette de mon boulanger est sacrée et en la mangeant jusqu'à la dernière miette, d'abord je fais des éconocroques, ensuite je respecte le travail de celui qui l'a faite. Je me dis que celui qui méprise le travail d'autrui doit sans doute mépriser son propre travail et forcément, lui-même. Il est vrai que quand je vois le développement des mœurs modernes, je me dis que les gens n'ont plus bezef de respect pour eux mêmes. Ils ne le reconnaîtront jamais...

pain (2)

pain (5)

Même quand c'est pas bon, je mange quand même jusqu'à la dernière miette. Il y a un pain que je n'achèterai plus jamais : le pain soi-disant bio de Leclerc Mendès France (Niort). Mort, creux, vide, insipide. Mais je n'ai pas jeté une miette pour autant. La baguette précédente aussi est bio, c'est différent : je ressens quelque chose rien qu'à son contact. Alors que là... Pas compliqué : le pain de Carrefour Market ; alors même que je ne peux pas encadrer le magasin ; est meilleur et je le ressens mieux ! Y compris le bas de gamme ! S'il y avait le moindre respect, la Terre et l'humanité ne seraient pas dans l'état où elles sont. Ce pauvre Proudhon qui croyait que l'homme pouvait sans guide générer une société idéale. Je le plains ! Il verrait le monde d'aujourd'hui, il se suiciderait ; J'en suis convaincu.

Et tout ceci ne sont que de brefs aperçus qui ne rendent pas compte de la réalité ; des indicateurs pour lecteur trop pressé ou trop feignant pour se documenter lui-même...


terre de feu 2220

L'ONU a jeté les bases d'un traité protégeant la haute mer

Le chemin est encore long avant d'aboutir à un texte juridiquement contraignant, le premier du genre, qui permettrait de profiter des ressources prometteuses de ces vastes étendues tout en préservant l'environnement et la biodiversité.

http://www.lesoir.be

Du particulier au général tout le monde s'en fout. Tout ce que tu as a me jeter à la face c'est ta liberté..; Liberté de dégueuler, ravager sous couvert de jouer à la bête à deux dos quand l'envie t'en prends, comme les animaux, a ceci près qu'eux le fond par nécessité, et toi pour t'amuser.  Pourquoi respecterais-tu le pain puisqu'on ne respecte ni la mer, ni la Terre. Tout est pensé en termes de profits, d'exploitation et de bénéfices, toujours pour les mêmes en prime. Au prix de la guerre si nécessaire.

poignard (2)

On se fiche des enfants qui crèvent ; on se fiche des enfants esclaves, on se fiche d'à peu près tout au nom de la liberté de consommer. Parce que la liberté fondamentale, elle, de conscience, elle est chaque jour confisquée un peu plus par la majorité. Big Brother c'est toi mon chéri !Et tu ne t'en rends même pas compte ! Tu es persuadé d'être libre alors que tu n'es qu'un esclave con-sentant ; tu la sent hein ? Ca a fait mal au début pis après t'as fait un effort pour t'adapter et maintenant tu aimes bien hein ? Parce que c'est la mode et qu'ainsi t'es pas isolé, marginalisé, le gros mot, l'insulte suprême. Mouton va ! Il fut un temps où, pour n'être pas marginalisé fallait dénoncer des juifs, avec des jolies lettres découpées dans le journal... Maintenant c'est autre chose qu'il faut faire, alors tu le fais tout pareil ; prêt à gober n'importe quoi qui le justifiera. Pourtant Lénine l'avait dit que les pions sont juste des idiots utiles au profit des saigneurs. Mais tu préfères être le mouton plutôt que le sacrificateur ; déversant ta haine sur l'allogène parce qu'on t'as dit que c'était de sa faute si tu ne peux consommer davantage ; en fait jeter davantage...J'ai fait une allusion à ça dans mon dernier papier sur l'autre blog ; même si c'est exprimé différemment et ça parle d'autre chose ; quoique...
Dans cette gabegie planétaire, j'en suis à me demander ce qui est réellement consommé de ce qui est produit ! Il semble bien en effet, que le principe de base qui régit la société est la destruction accélérée par le gaspillage dans l'inconscience.

DANGER 2256 2004