IRIS 05 2016 (4)Il y a deux ans, jour pour jour ; j'ai vu ça sur FB ; et sans doute heure pour heure étant donné mes horaires de déambulations, j'avais photographié la même fleur au même endroit exactement. Sa réincarnation sans doute. Heureusement qu'il y a des jolies fleurs pour me remonter un peu le moral en ces temps où je suis aussi sûr de me viander que la planète est dans les choux.

IRIS 05 2016 (5)Tenez, une de ses soeurs.
Je l'avais photographiée aussi, sans aucun doute, mais je ne me suis pas donné la peine de chercher.
Je suis reconnaissant aux jardiniers d'ainsi embellir la ville, et à la ville d'utiliser nos impôts à autre chose que des conneries cette fois-ci.
Les impôts c'est d'abord leur sens premier, même s'il est souvent dévoyé (je ne parle pas spécialement de ma ville, là).
Servir au bien commun et donc améliorer l'espace public.
Mais y'a des tas de crétins qui n'ont rien à foutre de la beauté. Ce n'est même pas une question d'écologie, juste d'ambiance.
Ils ne peuvent passer à côté d'un parterre sans tout massacrer.
Ils cassent les fleurs, ou jettent des ordures dessus.


ordures 6 mai (2)

Tenez, jusqu'au pied de ces beaux iris, j'ai dû nettoyer. Juste un détail pour ne pas surcharger. Y'avait pas que ça, mais une poubelle à trois mètres cinquante (trois pas 1/2). Pour l'annecdote pourtant, l'Iris fut longtemps emblème national, puisqu'il servit de modèle (sa variété sauvage des marais) au Lys de France. De Clovis à la guillotine. Rien à voir avec le beurre, néanmoins, tout récemment j'ai revécu en méditation l'expérience de la décapitation, comme si j'y étais (à la hache) ; heu... ça fait très mal, d'ailleurs j'ai hurlé et suis revenu à l'état de veille, mais épuisé. Bon, passons... Je parlais d'irrespect des belles fleurs...

ordures 6 mai (3)

ordures 6 mai (11)

ordures 6 mai (14)

ordures 6 mai (15)

La première photo, c'est ma moitié qui ramasse sur le trottoir juste à côté des iris. On voit aussi, place de la Brèche, Niort, le cas que font les gens des poubelles mises à leur disposition. On a tout bourré dedans. Les poches en papier sur la pelouse, c'est pas mal non plus. Accessoirement y'avait des serviettes en papier propre dedans. Les gens les prennent par poignées et ne les utilisent pas ! Ca fait ma récompense quand je passe : si elles sont propres, je m'en sers de PQ. J'ai bien droit à ça non ? De toute façon, le "citoyen" moyen est dégueulasse. Sur cette place de la Brèche, les gens vont se vautrer en été, et même dès maintenant ; problème, c'est que sur la pelouse, au lieu d'utiliser les sanissettes à chien disponible à côté, les proprio de molosses en tout genre viennent y lâcher leurs clebs en vrac qui y pissent et y chient. Une fois j'ai même été attaqué, entre six et sept. Elles servent à quoi les caméra de surveillance ? A surveiller si jamais je trouve un billet de dix balles et oublie d'aller l'offrir pour l'apéro du personnel municipal ? Hein ? Je passe à cet endroit mais ne m'assoierais de préférence que sur un banc, au milieu des arbres et massifs, pas sur la pelouse. C'est trop crado. Comment résoudre les grands problèmes écologiques alors qu'on n'est pas foutu de gérer ce qui relève de la simple citoyenneté ?

TERRE_sanglante_13

Je crois avoir assez bien résumé, en une seule image, la problématique qui nous pends au nez. L'important est la croissance et le reste est bradé jusqu'à épuisement des stocks. Je pétitionne sans espoir, sur un tas de sujets connexes à la sauvegarde de tel ou tel détail ; sauvegarde d'une espèce ou d'un biotope localisé ; défense de telle ou telle parcelle de planète, abandon de tel ou tel projet nocif. Et je nettoie la merde quand je peux, comme je peux. mais c'est face à une dynamique globale et mondiale que je suis, nous sommes, nous, les conscients. Une technologie en génère une autre ; un marché en créé un autre ; et chacun suit en s'en fichant, l'utilisant à la va comme je te pousse et même parfois, se croyant écolo quand ça ne l'est pas.
Par exemple, je suis tombé il y a quelques jours sur un projet hautement technologique : De l'hydrogène-énergie pour les randonneurs du Parc de la Vanoise. On le présente comme écologique. L'est-il vraiment quand on sait les procédés mis en oeuvre à la base ? Pour fabriquer des panneaux solaires et de l'hydrogène, il faut des ressources fossiles et du nucléaire. Écologique ?

La maison à hydrogène : pour bientôt ?

La grosse consommation d'énergie annuelle d'un ménage est due à trois principaux "coupables" : le chauffage (qui peut aller jusqu'à 50 % de la consommation annuelle selon les saisons), le transport (environ 35 %) et la consommation d'électricité (10 à 15 %).

http://www.consoglobe.com

Il y a les optimistes qui envisagent de produire l'hydrogène à partir d'énergie renouvelable. Certes, mais les matériaux, les appareils eux mêmes ? Et le principe que la recombinaison de l'hydrogène avec l'oxygène ne peut restituer plus d'énergie qu'elle n'en n'a reçue initialement ; c'est une des bases de la physique. Qui plus est, comprise dans l'absolu. En réalité il y a toujours de la perte à différents étages, de la production à la consommation.

CHENE_ST_LOUIS_6

Nous sommes dans un univers où, de toute façon, tout est traité comme marchandise, y compris l'homme. Il n'est jamais possible de s'en affranchir complètement, même si on bouffe que les légumes du jardin : entre les obligations d'être raccordés aux réseaux ; eau, électricité, tout-à-l'égout ; et celle de payer l'impôt foncier, il y a toujours une dépendance. Quant aux projets dits écologiques, au niveau sociétal, global, ils ne seront mis en oeuvre que si il y a une rentabilité de dividendes rétroactive. Attendre après eux pour réduire son impact, autant attendre de gagner le gros lot à l'€uromillions. Je ne compte pas sur les hauts responsables pour faire avancer quoi que ce soit. Si ça arrive tant mieux ; mais plutôt que de pérorer sur le climat qui ne se régule pas comme le radiateur de votre salle de bain, commençons par être responsables. Ne prenez pas la bagnole quand ça peut être évité. Ne chauffez pas quand ça peut être évité. Ne jetez pas vos merdes n'importe où. N'achetez pas plus que vous pouvez consommer et partagez le surplus. Et surtout, le meilleur déchet est celui qu'on ne produit pas ! Notre civilisation technologique a perdu de vue que nous ne sommes qu'un souffle éphémère, la Terre elle même passera ; nous sommes les gardiens de sa bonne santé, au lieu que d'oeuvrer consciencieusement à sa précipitation à la tombe.

Calque 12 cernunos

"La race humaine na pas tissé la toile de la vie. Nous ne somme qu'un fils a l'intérieur.
Tout ce que nous faisons a la toile, nous le faisons a nous même.
Toutes choses sont liés entres elles. toutes choses connectent"
- Grand Chef Seatle, 1854

Calque 6 coeur monde

"Puisque nos cœurs se sont desséchés et que nous avons oublié la bienveillance, nous ne savons plus regarder les étoiles, les arbres, les reflets sur l'eau; nous avons besoin d'être stimulés par des tableaux, des bijoux, des livres et des divertissements sans nombre.

Toujours à la recherche de nouveaux excitants, de nouveaux frissons, nous sommes avides de sensations de plus en plus variées. C'est cette avidité - et ce que nous inventons pour la satisfaire - qui lasse et abêtit l'esprit. Tant que nous recherchons une sensation, le beau et le laid n'ont qu'une signification très superficielle. Il n'y a de la joie durable que lorsque nous abordons toute chose avec la fraîcheur d'un esprit tout à fait neuf; et cela n'est guère possible, tant que nous sommes accrochés à nos désirs.

La soif de sensations et de plaisirs nous empêche de percevoir et de sentir le "ce qui est", toujours neuf. Les sensations peuvent s'acheter mais non l'amour du beau."

J. Krishnamurti
"De l'éducation"

 4 saisons 4

Nous ne sommes qu'un détail de la trame, et chaque geste nocif peut avoir des répercussions infinies. La poche que l'un de vous a jetée au pied des iris, elle aurait été emportée par le vent jusqu'à la Sèvre si je ne l'avais ramassée et aurait fini par étouffer un animal, quelque part... J'en ai déjà parlé... C'est cela l'effet papillon, entre autre...

INFINI_2