orange 2040Mon précédent papier s'est basé sur le fruit du soleil, un concentré de vitamines qui serait, selon certains auteurs, le fruit préféré des français. Possible, je n'en sais rien. Originaire de Malaisie elle serait arrivée chez nous, sous sa forme bigarade au temps des croisades via la Chine transmise par les Perses aux Arabes. C'est dire si son acclimatation sur les pourtours méditerranéens est ancienne. Dans une synthèse graphique choc, j'ai évoqué le temps de l'apartheid où les rêveurs dont j'ai fait partie s'attachaient aux droits de l'homme tandis que les marchands roulaient carosse avec le sang et la sueur, comme toujours et partout.

outspan

La voilà la pub du temps de l'immonde  apartheid, et on y découvre déjà en ce temps là, la trace de la mondialisation et de la dérive des habitudes de consommation qui ont mis les pieds dans le plat, ou plutôt la corbeille à fruits. De nos jours, elles viennent toujours d'Afrique du Sud, mais aussi d'Uruguay, du Brésil, de Floride, d'Argentine etc..; et on trouve des oranges tout le temps, plus ou moins, avec des cours variables. Au temps "béni" des colonies que j'évoquais dans "Vivre à Crédit ?", l'orange était le luxe du pauvre ; l'orange de Noël n'est pas qu'une annecdote et mon père l'évoquait toujours avec émotion. Il est maintenant banal d'en trouver toute l'année, y compris gaspillées, puisqu'il n'y a pas si longtemps j'ai déniché un demi-cageot dont j'ai malheureusement perdu la photo pour le moment. Pas plus étonnant, ce qui m'avait offusqué, de voir y compris au marché chez des revendeurs pour bobos et bourgeois ; de droite comme de gauche du moment qu'ils ont du pognon un chouïa ; y compris des syndicalistes ; des fraises à Noël !
Nous sommes désormais complètement déracinés de la saisonnalité des produits ; ce qui a pour répercussion une production intensive à coups d'intrants chimiques mortifères pour les pollinisateurs, ceux là même dont la disparition générera la mort de ces merveilleux agrumes ; de transports intensifs dévoreurs de pétrole et pollueurs d'atmosphère ; de frigorifiques dévoreurs d'électricité et donc de nucléaire !

orange 2022

Une orange fraiche ; enfin relativement au regard de la distance ; c'est riche en vitamine et bon pour la santé. Hors saison de notre hémisphère, ça devient un fruit mort, ceuilli vert, mûri artificiellement avec des gaz plus ou moins toxiques. L'orange est un fruit non climactérique.. c'est à dire il arrete de murir après avoir été récolté de l'arbre..
Le plus souvent les oranges dans les supermarchés ont un goût plus ou moins acide... à cause que toutes les oranges de marché ne sont jamais cueillies à pleine maturité pour maximiser les profits et diminuer les pertes.. Les gens sont tellement habitués  à manger des fruits non mûrs, quils sont persuadés que cest le gout normal. Le mûrissement des fruits et légumes artificiel est une pratique courante, pas seulement pour l'orange. La tomate est aussi un des meilleurs candidats. Hors saison, on devrait se rabattre sur les jus à condition de faire attention à la provenance. parce que tous les fruits abîmés de la production mondialisée y passent le plus souvent, et vous vous retrouvez avec des produits qui ont les mêmes caractéristiques que les agrumes entiers. Je ne parle pour l'instant que de pratiques courantes depuis quelques décennies, aux incidences écologiques graves, mais on trouve le moyen de pousser plus loin la connerie... A l'heure où on parle d'économiser les ressources, de réduire le volume des déchets ; et donc le gaspillage d'une part, les emballages d'autre part, on a franchi un pas de plus...

Je vous présente l'ultime progrès ; le top du top, super-branché : l'orange déjà épluchée, presque déjà digérée.Pas mal comme réduction d'emballages et de déchets non ? Même sous atmosphère contrôlée vous ne pourrez éviter un désèchement et une perte de vitamines. Remarquez que côté fibres pour aller là où ça le mérite, ça doit fonctionner. *;) Clin d’œil
La logique de ces modes de consommation va à l'encontre de tous les beaux discours sur la nécessaire sauvegarde de notre planète.

Ressources naturelles : l'humanité vit " à crédit " pour le reste de l'année

Le Monde | * Mis à jour le | Par Laetitia Van Eeckhout Pour 2014, ce " jour de dépassement " est le mardi 19 août.

http://www.lemonde.fr
Depuis cette nuit, la Terre vit sur ses réserves

Le Monde | * Mis à jour le Toujours plus précoce, cette date avance de trois jours par an, en moyenne, depuis 1970. En 2005, elle tombait début septembre et en 1975, fin novembre. " Même si notre calcul est approximatif, il montre que le dépassement est très élevé.

http://www.lemonde.fr

Tous les ans on nous ressort le petit couplet de la Terre à crédit ; ce qui prolonge mon précédent papier dans une perspective bien plus large mais lui donne du relief.
Cette gabegie permanente ne relève que de nos modes de vies ; les marchés greffé dessus n'existent que parce que le troupeau de Panurge accepte de consommer tout ce qui existe ; non content d'être esclave des banques, des technologies, de l'énergie, des politiques, il gobe tout ce qu'on lui dit de gober quand c'est la mode ou que c'est nouveau. Même plus le courage d'éplucher une orange ! Même en saison. A part ça vous voudriez changer le monde ? Pour changer quoi ? Avoir le beurre, l'argent du beurre, et pourquoi pas la croupe de la fermière ? Ou du fermier par les temps qui courrent...
Toute la perspective d'anéantissement de notre monde et de ses biotopes tient en une orange. L'orange du marchand ? Vous pourrez crier, comme dans la chanson, que vous n'y êtes pour rien. Une orange à crédit dérobée au jardin des Hespérides...? Certains ésotéristes en ont fait le fruit défendu qu'avait boulotté Adam, en lieu et place de la pomme... Et si c'était vrai ? Mais que ce soit maintenant que nous le dévorions le fruit interdit ?

orange 2033