vitrail 21112Les poètes accordent des mots sur le papier, juste pour la beauté sculptée dans des phrases alambiquées dont le secret n'appartient qu'à celui qui les as tracées. On contemple admiratif ou amusé, sans vraiment regarder au delà du voile de brume qui les enveloppes et on passe à autre chose ; s'il y a un sens caché, c'est la cas du poème mystique ; on s'efforce de l'oublier. Il n'y a que le poète engagé qui arrive à vous intéresser. Il fait dans l'éphémère, un mouvement d'humeur qui sera vite dépassé. Ses mots sont des flèches pas toujours tirées à bon escient, parti pris dans des situations éphémères, d'apologies ou dithyrambiques ou de dénigrements exagérés. Il dit en rime ce que d'autres hurlent dans des tribunes ou des manifestations. Il chante des utopies qui ne seront jamais concrétisées. Parce que les utopies n'ont pas les moyens de changer l'humanité qui est divisée et cruelle depuis la nuit des temps. C'est aussi pour cela que l'écologie n'aboutit pas. Confrontée à la réalité, elle n'est qu'une donnée dans un ensemble de mécanismes qui tirent toujours vers la simplification par la dilution dans la masse. L'individu ne pense pas, il suit ; il ne raisonne pas, il résonne comme une grosse caisse dans une fanfare de village.
Les profiteurs du système utilisent ce mécanisme et après eux le déluge.
Panem et circenses... On va le voir encore... Coca, bière, hamburger, pizza et foot en lieu et place de pinard, cervoise et jeux du cirque.
Dilué dans l'illusion d'un événement important les conflits sociaux soudain se dissolvent dans l'euro et on trouve comme par miracle le moyen de nettoyer les rues de Paname.

eboueurs-paris-ordures

2048x1536-fit_poubelles-entassent-paris-veille-euro

Des rues qui finalement ressemblaient à celles de Niort quand nous avons eues nos grèves d'éboueurs. (photos FB et Tweeter)
Tout le monde s'est prétendu solidaire de cette lutte contre une loi ; mais chacun en a rajouté une louche dans l'incivisme. Parce que je l'ai bien observé chez nous : quand il y a défaut de ramassage, au lieu de compacter davantage comme je le faisais, et éviter de sortir inutilement la poubelle ; des tas de « bons » citoyens en ramènent davantage, éventuellement se délestent d'un tas de trucs qu'ils auraient sinon porté en déchetterie ou à Emmaüs. Lors de l'avant-dernière grève chez nous ; il y a plusieurs années ; j'avais récolté des tas d'objets en vrac, jetés négligemment sur des tas de sacs épars sur la rue. Réparés, nettoyés, j'en ai donné, j'en ai vendu... Et fait pas mal de fric.
Je crois que c'est mécanique ; le citoyen lambda ne voit pas plus loin que son nez qu'il bouche à l'occasion si son action engendre puanteur et risque sanitaire.
Je désespère de voir un jour changer les mentalités.
Un Euro passe en courant derrière un ballon, et on oubliera même les victimes des inondations, sauf si le stade est noyé. On oubliera les grèves et les manifestations ; et le gaspillage continuera.
A propos de gaspillage, il faut quand même que je sourie ; je n'ai pas parlé d'une de mes dernières trouvailles, qui m'a laissée pantois.

chocolat (2)

chocolat (1)

Oui, c'était bien là, posé sur la poubelle. C'était une nuit d'insomnie où je suis allé calmer mes douleurs et essayer de forcer mes guibolles à marcher contre leur volonté.
Beaucoup qui me vouent aux gémonies disent que je fous rien, font tout pour me casser la baraque, et sachant que je suis aux abois comme en ce moment, ne me filerai pas un fifrelin pour m'aider. Mais la Providence, elle, me traîne sur des chemins détournés où je trouve des trésors. Si je vous racontais l'histoire de la découverte, vous ne me croiriez pas... Il faudra qu'un jour pourtant j'en parle du mécanisme qui me guide, avant de disparaître de la toile... Que je livre le secret. Mais est-ce bien utile au fond ? Parce que ça ne servira pas à grand chose. Chaque jour m'apporte la preuve que je ne puis rien changer et que finalement, vous êtes vraiment indécrottables !

FIGARO

Une preuve : cette capture d'écran que j'avais faite en 2012, le 25 septembre. Vous me ferez croire que toute la merde qu'ils ont ramassée, c'est arrivé tout seul ? Alors si nos sommets sont comme ça, s'étonner des rues de Paname hein ?

rondup

Indécrottables la preuve aussi : On vous dit partout que ces machins sont polluants, nocifs pour vous, vos animaux, vos enfants, votre environnement, et la ville elle-même y a renoncé ; du moins officiellement ; mais vous arrosez votre bout de trottoir avec ! Le gus utilisateur de la poubelle où j'ai fait cette photo n'a pas de jardin, pas même une misérable jardinière.
Mais vous vous en foutez. L'important c'est le ballon. Un ballon passe et on oubliera tout, sauf peut-être la terreur à la moindre alerte d'attentat programmé... et là, la haine se déploiera, comme une réaction bestiale.

palmes-g2149