montgolfiereUne montgolfière presque au ras des toits au petit matin vient égayer la grisaille du ciel vide ; les martinets l'ont déserté il y a déjà quelques jours, mais aussi les pigeons empoisonnés dont toute une troupe me tenait compagnie lors de mes pauses matutinales, ainsi que trois pies tout aussi disparues. Je n'avais que mon smartphone sur moi pour figer l’événement et c'est dommage. Mon intuition me disait d'emporter mon apn, j'aurais eu une résolution supérieure et un zoom bien plus puissant mais une autre intuition m'avait soufflé que ce serait une nuit de folie ; que j'allais être très occupé et chargé comme une bourrique. Je n'ai pas pu fermer l'oeil, et cette fois personne n'y est pour rien ; c'est moi qui suis à cran. Des potes vont jouer au père Noël mais à l'heure où je vis la chose, c'est encore au stade de promesse. Réduit à la mangave le mec...Comme la veille, j'ai laissé ma chérie roupiller et je suis parti traîner mes douleurs physiques et morales dehors. Elle aussi se démène pour trouver une issue... Vous n'imaginez même pas ! Et encore, parmi les commissaires du peuple chargés de nous fliquer, on trouve qu'on n'en fait pas assez et le flicage par des professionnels en brimades parés de bonne conscience, on va nous en rajouter une louche. Pour ce qu'ils sont bien ces bourgeois ! J'en ai encore eu un aperçu ce matin là.

 IMG-20160802-08389

Ça a commencé par la découverte de poubelles renversées par un vandale ; la énième fois ; chasseur de pokémon peut-être... Il y a des qui le font la nuit, par deux ou trois ou solitaires... Ou par un de ces fouilles merdes qui aimeraient me faire porter le galure et me voir embarqué. Manque de bol j'ai tout soigneusement ramassé et au passage, bien m'en a pris, ça m'a rapporté 0,15 €. Tant pis pour vos sales tronches de dégueulasses. Ça a continué par des dépôts sauvages...

IMG-20160801-08372

 Déjà, la jonchée habituelle au long des trottoirs que de temps à autre je m'avise de ramasser... C'est mon cabas du jour en seulement cinquante mètres. Faut vous dire que je m'avise de ramasser les choses, maintenant, quand elles stagnent trop longtemps. Certaines ordures ont huit jours de présence par terre là. Les nettoyeurs passent... Ils passent, certes, mais une visite à l'occuliste ne serait pas de trop pour certains. Il est vrai que, à ce que m'a expliqué l'un d'eux, ils ne dévient pas d'un iota de la mission sacrée qui leur est confiée : par exemple, si le gars est chargé de vider les poubelles de ville, il ne ramassera pas la canette qui traîne sur le massif à deux mètres.

IMG-20160802-08390

IMG-20160802-08391

Au début de l'avenue de la Rochelle où j'ai passé un temps fou. Deux dépôts sauvages de la part du même gugusse. Je les ai allégés de ce qui me semblait recyclable (papier carton) Pis j'ai emporté ce qui fera le bonheur de quelques-uns dont moi (entre autre joyeusetés : un sac commando, deux sacs à dos ; plusieurs paires de godasses dont des tiags trop petites pour moi mais bon état... passons). J'ai laissé un indice sur place, minimum, que comme ça si on veut l'identifier on peut. Quand Tartempion fait le con, pas de pardon ! Oui, c'est un militaire le mec.Mais je n'ai aucune illusion. A cause de ça, j'ai perdu beaucoup de temps ; voulu couper par la rue du petit bois et Victor Schœlcher et j'ai eu la trouille de ma vie à cause d'un molosse en vrac. A moi il a pas fait de mal, par contre il a failli flinguer le King Charles d'un petit vieux que je connais, et ça j'aime pas, d'autant que le pépé il est sympa ; quand il peut il m'offre un jus d'orange ou un thé glacé et il m'a refilé des trucs que j'ai fourgué en vide grenier autrefois. Quant au chien, je sais d'où il vient, ça serait pas difficile à neutraliser, mais on ne m'écoutera jamais. Le maire avait promis que y'aurait plus de molosses en vrac... Mon cul ! J'attends toujours de voir... Y'aurait plus de dépôts sauvages aussi... Ben voyons. Parce qu'en dehors de ça y'a la sempiternelle cour st Marc... Là je touche plus : pas envie de choper la peste, le choléra et la chtouille en même temps, ça va, j'ai assez d'emmerdes de carcasse comme ça... Et la place Saint Jean aussi qui ressemble régulièrement à un gros merdier. Et les chats qui se foutent sur la gueule entre eux pour avoir le privilège de tout éparer. Quand ce ne sont pas des chiens de taille respectable , laissés à eux-mêmes. Après les maîtres s'épatent qu'ils ne reviennent pas et passent des petites annonces auprès d'assos comme quoi ils ont perdu leur sac à merde.

poubelle Notre Dame

Sans compter derrière l'église Notre Dame où stagnent des poubelles pleines depuis plusieurs mois à présent, et que personne ne s'avise de à qui elles sont, ni ce qu'elles foutent là. Je ne sais même pas qui les a remplies.
Plus tard, après les dépôts dont j'ai parlé, j'ai fais main basse sur des stylos et crayons ; ça tombe bien, on venait de m'en demander. Y'a toujours des pauvres gens qui ont besoin pendant que les gros beaufs gaspillent... Je ne pourrai jamais digérer ça. Ah oui, j'ai déniché des carottes aussi... Une poignée, dans une poche, directement par terre, à traîner. Les niortais aiment tellement leur ville qu'ils la dégueulassent à longueur d'année... Mais ils sont représentatifs d'une ambiance délétère. Et peut-êtrepas les pires. Encore que j'ai détecté, il y a bien longtemps déjà, des choses malsaines ici. 

Nous sommes revenus à la barbarie des temps païens de l'ancienne Perse (ou d'autres) ; j'évoque cette dernière parce qu'une publication FB de ce matin m'a évoqué le livre « L'enfant Perse » que je n'ai jamais pu achever tant il me faisait mal. Mais l'exploitation des enfants, leur chosification, était commune à tout le monde antique. On joue aux bisounours, à l'union sacrée et aux gardiens de valeurs qu'on prétends universelles et humanistes, mais nous sommes de gros pervers en pleine décadence. Enfin je dis « nous », pas moi, qui certes grand pécheur et bien loin de la sainteté suis néanmoins guéri de votre décadence. Petit à petit le moloch ronge votre âme et chaque décennie amène son lot d'acceptation de déviances qui autrefois vous aurait valu les pires tourments. Mais le pire voyez vous, c'est qu'il y a des pervers y compris parmi ceux qui devraient être les gardiens de la flamme. A cause de cela je suis passablement désespéré. La renaissance n'est sans doute pas pour ce cycle civilisationnel, ou en tout cas je serais mort. Me traîner dans votre grisaille m'est de toute façon pénible, alors c'est pas bien grave.

bulle_1938