samedi 23 janvier 2016

“Omnes laesus ultima necat”

 Nous avons quelques raisons d'être contents aujourd'hui, et pas des moindres. On nous a donné un beau pain, mais pas seulement, des fromages aussi. Ce n'est pas la seule cause de satisfaction : Pour ma santé, j'avais besoin de stévia pure. Celle au maltitol et autres succédanés courante dans le commerce me fait du mal ; je suis allergique aux excipients pourtant réputés neutres, ça me fait de l'urticaire, qui plus est douloureux, surtout sur les jambes et dans le cuir chevelu. On n'en trouve plus à Niort, de la pure. Les... [Lire la suite]

vendredi 1 août 2014

Changez Niort vous changerez le monde

Encore une machine à nettoyer proprement la matière grise ; quand je vous disais dernièrement dans "Monde immonde qui marine dans sa médiocritude " que j'en trouve autant que de trèfles à quatre feuilles et qu'un curé pourrait en bénir. Il était 18 h 30 je crois quand j'ai pris cette photo jeudi 31... Une autre encore à quelques rues et heures de là (5 h 30 Vendredi 1° août), sans compter dans le quartier voisin un meuble d'angle pour TV ; trop gros, trop lourd... Et bien d'autres choses comme cette desserte à roulettes spécial... [Lire la suite]
jeudi 5 juin 2014

Araignée du désespoir...

A Gauche... Au pied Ou dessus.. C'est la même merde,  plus sale que mon cul si je le lavais pas pendant 8 jours, voire 15... A part mettre un peu d'ordre, que voulez vous que je fasse ici ? La laine est toute ratouillée par la pluie, faudrait que ça sèche mais en plus ça doit être sale, faudrait la laver. Ca m'a fait mal au coeur parce qu'il y avait, il y a quelques années ; je ne sais pas si ça existe encore ; un atelier tricot au Secours Catholique. Je connaissais une dame qui en faisait partie. Une pauvresse que j'ai... [Lire la suite]
Posté par Mikael3300 à 04:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
samedi 12 avril 2014

La puissance du Néant

Voici notre Brèche ; une place dont l'ouverture remonte au moyen-âge si je ne m'abuse, et qui a changé maintes fois de visage et de finalité depuis. Au moment de la photo ça commençait enfin à ressembler à quelque-chose après de longs mois de travaux. Grandiose et fragile esplanade à la française où je prise davantage les petits jardins latéraux et ceux juste avant les grandes verrières creuses, évocatrices d'un grand vide, que ces trop grandes pelouses où tant aiment à s'allonger en y abandonnant les reliefs de leur présence. Une... [Lire la suite]