samedi 14 mai 2016

Requiem pour demoiselles

J'adorais courir après les libellules quand j'étais petit. Nous avions des prés humides, inondés une partie de l'année, qui fournissaient des pâturages d'une richesse incomparable, et un foin odorant comme on ne sait plus en faire. C'était une féérie d'odeurs au fil des saisons. Une biodiversité pléthorique de plantes ; y compris des champignons comme les morilles ; de fleurs ; et petites bêtes en tous genres. Et justement des grenouilles et des libellules. Je les imaginais comme des fées alors même que j'ignorais tout de la... [Lire la suite]