vendredi 9 décembre 2016

Au delà du sapin

Sapin d'or dort sous les dorures de son artificielle parure en attendant de sombrer dans le tas d'ordures comme tous ses frères sacrifiés sur l'autel des dividendes. On veut bien Noël pour les bénéfices, mais on veut pas de son sens, et on s'abîme dans la pléthore de gaspillage sans lequel des tas de commerçants boiraient le bouillon, voire finiraient dans une caisse en sapin. On approche du temps où on rebaptisera notre fête traditionnelle "fête commerciale d'hiver"... On parie ? La chasse aux crèches est ouverte, mais aussi à Saint... [Lire la suite]

mardi 17 mai 2016

HECATOMBE

J'ai encore épaté des internautes avec mes violettes blanches. Ce sont des sauvages, c'est ça qui les surprends. Quand j'étais enfant c'était sinon commun, du moins pas trop rare. Ma grand mère, qui était passionnée de fleurs et s'était aménagé un petit carré floral sous ses fenêtres, me disait que les variétés cultivées, quoique issues directement de celles-ci, étaient différentes. Cette photo ci a plusieurs années, au moins 8 ans je crois. Je me souviens parfaitement où : dans un petit bois en bordure de l'autoroute A10, juste avant... [Lire la suite]
dimanche 9 novembre 2014

Vandalisme et amour de chat

Vandalisme et gaspillage vont de pair...ais-je écrit dans ces colonnes il y a quelques temps. Aujourd'hui, serais-ce une religion ? Une secte radicale et fanatique avec des propensions au terrorisme genre Daesh, qui ne tolère rien d'autres que ses propres vues étroites au delà desquelles point de Salut. Une bande de fanatiques décérébrés qui de toute autre vision que la leur veut faire table rase ? Rue rase serait plus approprié ici. Je venais de découvrir un joli petit ganesh dans la ville, j'ignorais son existence ; il y a peu de... [Lire la suite]
mercredi 15 octobre 2014

L'ombre des trottoirs embrument la Terre

Le 18 août notre chroniqueur local découvrait une poussette en ballade et s'étonnait... Comme si on pouvait encore s'étonner de quelque chose dans notre ville . Quand on arpente les rues à l'heure matutinale où grisaillent les trottoirs, ou s'activent les premiers travailleurs qui se lêvent tôt afin de travailler plus pour gagner plus (les monarques changent, pas les habitudes) et où les derniers ivrognes regagnent leurs pénates, on croise toutes sortes d'objets hétéroclites qui prennent le frais et se trainent lamentablement le long... [Lire la suite]