mercredi 2 avril 2014

Ce ne sont pas des poissons

Il y a les ordures traditionnelles des acteurs de la ruralité profonde qu'on retrouve déclinées à l'infini en dépit de quelques suggestions velléitaires des fédérations de chasse. J'ai déconné en disant que c'est avec l'arrivée des sacs d'engrais plastiques que j'ai pris conscience des déchets dans la nature quand j'ai été interrogé par la Nouvelle République. En réalité c'est avec les cartouches vides. Ais-je oublié d'en parler ? Ont-ils censuré le propos pour ne pas froisser leur lectorat de guerriers du dimanche ? Je ne saurais le... [Lire la suite]

lundi 10 janvier 2011

Vous savez ce qu'ils chantent ?

En revenant de cette vadrouille je me disais que y'en avait plus d'un qui se moquent éperdument de la maréchaussée (d'où le titre inspirée par une chanson à boire sur le sujet qui s'effiloche dans ma mémoire)... Mais elle-même s'en soucie-t-elle ? Parce que c'est sans doute sur le tracé d'une de leur ronde que nous sommes passés ce samedi. Je raconte comment nous sommes arrivé là et la ballade sur "Mikael 2012"(clic), je donne quelques détails plus spécifiques ici qui ne sont pas parues là-bas. C'est sur la portion de... [Lire la suite]
samedi 3 avril 2010

De l'indifférence des viandards

Je suis retourné sur les brisées du sanglier braconné. Voir  (clic sur le sanglier) : Lui s'est peu à peu tassé... Voilà ce qu'il en reste... Mais j'y ai trouvé ça... Un matou mort. Quel maitre désolé pleure son compagnon ? Il est clair que là où il est c'est un dépôt volontaire, et sans doute un coup de fusil. Depuis mon précèdent passage des plantations ont été faites sur la petite parcelle où ce sentier donne accès. Et personne n'a rien eu à foure des dépouilles.
Posté par Mikael3300 à 11:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 31 janvier 2010

Outrage au druide

Le druide c'est le sanglier. Le sanglier symbole sacré de nos ancêtres les gaulois si chers aux coeurs de nos chasseurs qui se réclament souvent d'une identité nationale voulue multi-millénaire pour justifier leur activité prédatrice qu'ils rebaptisent "sport". Tant qu'ils flinguent sans gaspiller, on peut encore comprendre, mais ce dimanche 31 janvier j'ai plus du tout compris. Et j'suis pas sur que tous les Nemrod, et même les viandards du dimanche comprendront tous... La journaliste que j'ai rencontré Jeudi dernier... [Lire la suite]