dimanche 20 novembre 2016

Les oignons de la miséricorde

Y fout quoi sur Canal-Décharge François ? Hein ? Juste pour embêter les lecteurs athées, mais aussi les croyants qu'ont rien dans le froc. Enfin pas tout à fait, mais y'a un peu de ça quand même.  Voilà, je vous explique... Si vous vous donnez la peine de lire. Tout a commencé vers deux plombes du mat'. Impossible de dormir... Normatif mon général, t'as le vent qui fait bruire la maison, et le volet du voisin qui joue du tam tam. Leur proprio leur a réparé la semaine dernière. Ils avaient fini par être arrachés leurs machins à... [Lire la suite]

samedi 12 novembre 2016

Vol au vent

C'est un vol au vent, pas vraiment une entrée, juste un reliquat emporté par le souffle de l'oubli qui entraîne au loin toutes nos négligences. Le fruit d'une civilisation pour qui le carême est le régime du troisième sous-sol ; là où je patauge. Ni cuisine, ni poésie, juste du gaspillage de ressources et de la pollution pléthorique. Le plastique et ses conséquences, cet omniprésent poison, je l'ai maintes fois évoqué. Des photos de poches à la dérive, qui jouent les baudruches, j'en ai des dizaines. Chaque fois que je puis en... [Lire la suite]
mardi 28 juin 2016

Un vélo, une grenouille et des moulins à vent

Vieux hibou perché sur un frêne agité par le vent, j'abîme mon regard voilé de regrets sur le rougeoiement des cendres encore chaudes du feu qui brûla mes jeunes années ; à l'ouest un vieux coq à la voix éraillée salue le lever d'une aube grise et blafarde. Celle d'un petit matin désenchanté où les moutons de Panurge en cohue dispersée et confuse seront toujours les artisans instrumentalisés des incendiaires et cuisiniers d'une soupe toujours indigeste. Ma marginalité m'a toujours distanciée du reste de l'humanité même si il fut... [Lire la suite]
lundi 7 mars 2016

Le chaudron de Léonard

Léonard se fend la poire tandis que les populaciers bateleurs rabattent les brebis vers l'enclos des profits des minorités argentées. L'avalanche de la dépendance énergétique s'est accumulée au fil des dernières décennies jusqu'à nous enchaîner à une gabegie dont il est difficile de s'affranchir, et les solutions auxquelles on nous fait rêver ne sont pas toujours de vraies portes de sortie. Sauf peut-être pour ceux qui en tirent profit. On me dit que les éoliennes industrielles défigurent les paysages... Et nos lignes à haute tension... [Lire la suite]
lundi 23 novembre 2015

Des éoliennes en Atlantide

Les éoliennes, ces grands oiseaux blancs, qui brassent le vent, me font immanquablement penser à des mouettes sur la mer. Ce n'est pas plus moche qu'une ligne à haute tension et beaucoup moins bruyant qu'une autoroute ou un aéroport qui ont défigurés nos paysages et gâchés la tranquillité de nos campagnes. Les pylônes électriques sont de véritables œuvres d'art en IslandeLes commentaires de ce blog sont modérés. Vous êtes libre de vous exprimer et d'avoir un avis mais en restant courtois et en respectant la législation française.... [Lire la suite]
vendredi 22 mai 2015

L'horreur ordinaire sera la norme

  Ésaïe 5 : 20 Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, Qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres, Qui changent l'amertume en douceur, et la douceur en amertume! 21 Malheur à ceux qui sont sages à leurs yeux, Et qui se croient intelligents !…Job 17:12Et ils prétendent que la nuit c'est le jour, Que la lumière est proche quand les ténèbres sont là ! Que m'importe que l'Athée militant vienne me dire que Dieu n'existe pas ; et même s'il pouvait le prouver ; ces textes émanent... [Lire la suite]

lundi 18 mai 2015

La main de la Providence dans le falzar des coïncidences

Vivre sans fleurs serait pour moi un peu comme vivre sans air à peu près. Je suis bien content qu'on aie remplacé l'infâme parking de la Brèche par des jardins, même si je trouve que la pelouse y occupe un trop grand espace vide ; je n'aime pas les grands espaces vides ; les parterres fleuris latéraux égaient un chouïa mes tristes journées. Enfin, tristes, ça dépends ; ce sont surtout mes prises de conscience accélérées qui sont tristes. Je me pense en marge, exclu, alors que je respire et vibre au rythme du moindre changement dans la... [Lire la suite]
dimanche 8 février 2015

Quelques dégâts collatéraux

Même les oiseaux tournent le dos pour ne pas voir la misère morale de cette prétendue humanité dont ils ont honte de partager le même vaisseau. Minuscule radeau perdu dans un apparent infini que nous avons paré d'absurdité profonde par nos raisonnement simplistes. Nos petits cousins du ciel n'acceptent pas plus de parentèle avec avec notre dégénérescente race, que les singes ne se croient nos frères. Il faut toute la pédanterie d'un raisonneur de pacotille pour oser soutenir que nous avons un ancêtre commun (1). Qu'en sait-il... [Lire la suite]
dimanche 2 mars 2014

J'ai loupé un épisode

Dans "Attention ça va faire mal" et quelques autres papiers j'ai parlé de ce volet que je craignais que quelqu'un se prenne sur la tronche. Finalement c'est seulement samedi matin que j'ai constaté qu'il avait disparu. Jeudi il était encore debout, raccroché en équilibre précaire comme je l'avais dit dans la mise à jour du papier cité. J'ai loupé un épisode faut croire. Vendredi j'étais trop mal en point pour faire gaffe à quoi que ce soit. Je ne pense pas qu'il y ait eu de blessé, enfin j'espère. Mais de là à dire que ça servira de... [Lire la suite]
lundi 11 mars 2013

Ange gardien, destin ou fatalité ?

Boulot de cochon... Ou : je deviens l'ange gardien du quartier. Parce que ce courrier là, à prendre l'eau sur le seuil alors qu'il y a une boîte aux lettres, je me suis dit que j'allais le leur y mettre puisqu'il y en avait une, avant que ça s'envole avec le vent ou que ce soit détruit par la pluie. Mais avant j'ai regardé les adresses et bien m'en a pris : ça n'était pas du tout destiné à cette maison là, mais bien cinquante mètres plus loin. Et ce sont des maisons munies de boîtes aux lettres sauf une qui est un magasin fermé le... [Lire la suite]