AUBE ANARCHISTE 2Ils ont rêvé d'utopie, du moins les idiots utiles de la base. Les anarchistes organisés auront beau dire, leurs groupes sont tout autant hiérarchisés que les trotskistes ou les bolcheviques voire les fachistes. Un peu normal quand on sait qu'ils sont noyautés aussi bien par le Grand Orient ou les syndicats institutionnels. Ils n'ont de libertaire que l'étiquette. Il ne s'agit pas là de ragots complotistes : j'ai vérifié tout cela par moi-même et plutôt dix fois qu'une. Ils promettaient néanmoins un avenir radieux, appuyé sur l'industrie et l'automatisation, mais où l'homme aurait sa place. Ils ont surtout pavé le sentier des ogres qui ont dévoré le monde, mais ils projetaient des rêves auxquels quelques uns ont cru... Ralliés tardivement à l'écologie, ils se réveillent aujourd'hui dans un monde où la marche arrière s'avère impossible mais continuent de croire qu'un « réveil » des masses pourrait changer les choses par le biais d'une révolution... Comme si les révolutions, comme les guerres, avaient amené autre chose que sauvagerie et désolation...
Résolument athées chez nous, ils prennent leur lanterne sourde pour la Bible anarchiste, tandis qu'ailleurs se sont constitués des mouvements tout aussi anarchistes, qui ont intégré d'autres formes de pensée... Taoïste par exemple, ou même chrétien. Il existe aux États Unis notamment, des mouvements anarcho-catholiques, d'autres plus évangélistes...
Mais au fond, le rêve projeté reste l'utopie d'un monde meilleur.

AREVA CHINE 4Il y a le rêve, et puis la réalité inextricable. La toute puissance du nucléaire qui rivalise avec le pétrole. A longueur de temps on nous prétend que le nucléaire est garant de l'indépendance énergétique. Quelle indépendance ? Les minerais, comme ceux des métaux, sont importés. Et notre grand dispensateur d'énergie n'est même plus européen. Les infos ont déversé hier ce que je redoutais depuis longtemps : la Chine a pris le contrôle de la plus grande part d'AREVA. Il y a quelques années j'avais dit que l'empire maoïste contrôlerait l'Europe... On vient de franchir un pas de plus dans la dépendance. La France n'est plus qu'une façade, une fiction faite de rites et d'apparence. Ce n'est pas sur ce chemin-là qu'on va prendre celui de l'écologie réelle. Parce que le nucléaire ce sont des déchets à gérer pendant des milliers d'années. Ce qui n'a rien d'écologique au sens réel. Ce sont aussi des centrales obsolètes à renouveler ; qui battent sérieusement de l'aile, véritable raison de la mise en sommeil d'un quart d'entre elles à la veille de l'hiver... Un hiver qui va prendre à contre-pieds les projections de réchauffement à contrôler...
Les élites savourent les bénefs en perspective.
Les guerres du Moyen-Orient, d'Afrique dont on parle moins, sous le masque de carnaval religieux, sont des bras de fer pour le contrôle des ressources. La vie de l'individu de base importe peu quand l'avidité financière et le destin collectif pour le maintien d'une société consumériste productrice de dividendes est en jeu.
Les tensions accumulées en reliquats de ces manœuvres, aux marges des empires, vont éclater en conflits qui étendront la guerre au niveau planétaire. Je pense à une explosion prochaine du côté de la Corée, et de graves scissions aux sein même des USA. Une guerre est à nos portes, mais pas en raison des fumisteries des complotistes, non plus qu'avec l'objectif de noircir la planète. L'Afrique reste le parent pauvre, colonisé de plus en plus par la Chine, et victime, comme toujours, par politiciens aveugles interposés. Nous prenons un chemin similaire...
La violence était autrefois directe. J'ai en pensée des tableaux des batailles de jadis ; l'art pictural de la guerre cesse en 14-18 ; où on voit bien que les moutons étaient d'une sauvagerie sans nom. J'ai tout particulièrement l'image d'un soldat qui massacre son adversaire à coup de crosse... Maintenant la tuerie est aseptisée. Le combat au contact n'est qu'exception contre des forces de guérillas. Les vrais combats se font derrière des écrans, dans des cockpits, à travers des drones...
Et la Terre trinque... Il est trop tard pour sauver la biodiversité qui est la première victime des guerres, de l'exploitation outrancière des ressources comme du développement exponentiel de l'espèce humaine.

Oeil voyance 2

Les bulles d'utopies qui fleurissent ici et là sont comme des jardins privatifs ; elles n'ont pas plus d'influence que vos pots de géraniums ne contribuent à verdir la planète. Le champ de béton radioactif continue de les cerner de toute part, gorgé de sang innocent et déversant ses flots de déracinés jetés au hasard des routes et des océans.

OEIL LUMIERE 1