Capture VIE DE MERDE_2

ɹıɹɟɟnos ɹnod ǝɹʌıʌɹns

Et désespérer d'en sortir

oɹnǝ un ǝɹıɐɟ ɹnod 08'0 ǝnbuɐɯ lı puɐnb

ς'єรt lค Ŧเภ ๔єร ђคгเς๏tร

Ais-je écrit sur FB... Ou est-ce souffrir pour survivre ? Il y des jours où je me suis demandé si la lutte contre l'adversité ne me tenait pas en vie, malgré moi quasiment. Dégoût du monde, dégoût du politique, dégoût de tout et même de moi...
Ça sert à quoi tout ça ? A part se précipiter à l'abîme.
Le nouveau monarque par intérim a nommé son premier sinistre, inconscient de n'être qu'un papillon quasi-éphémère à l'échelle de l'univers ; mais un battement d'aile peu suffire à tout chambarder. L'effet papillon n'est pas une illusion. On voit à son histoire que l'écologie est le cadet de ses soucis.
Entre nous, vous ne valez pas mieux. J'en suis au désespoir quand je vois vos restes et votre gaspillage utilisables... Cela alors que, comme je disais, il nous manque encore 0,80 € pour en faire un. Que la planète crève, ce sera non pas d'un mahousse astéroïde mais bien parce que vous l'aurez épuisée. J'en suis à me demander comment ça se fait que j'ai encore un logement, et vous, vous gaspillez tout.Le pain lui-même n'est plus qu'une merde jetée quotidiennement.

 

GASPILLAGE_05 (1)

 

GASPILLAGE_05 (2)

 

Un cabas trouvé à traîner sur un trottoir par exemple ; ou une poubelle que je n'ai pas eu besoin d'ouvrir puisque elle a perdu son couvercle. Détails que vous trouvez sans importance, mais multiplié à la puissance 70 millions d'abrutis ça finit par faire de la masse. Surtout que c'est tous les jours. Je sais, je me répète et c'est lassant, surtout pour des gugusses qui se fichent du tiers comme du quart. Gaspillage fruit du relativisme auquel les médias, réseaux et l'opinion dominante vous portent.
" Il y a longtemps que la recherche du Beau en art et la recherche du Bien dans les relations sociales ne sont plus la norme. Mais sans doute que la société prend un virage plus inquiétant encore : celui du cynisme mercantile qui met tout au même niveau, ridiculise les vertus et discrédite les grandes œuvres d’art (Mozart est au pire vu comme ringard, au mieux mis sur le même pied que Lady Gaga).

Ceci peut sonner l’avènement d’un monde qui n’a plus que pour seul horizon la consommation effrénée de biens de divertissement de plus en plus vulgaires et de plus en plus superficiels. S’ensuit alors une spirale infernale entraînant les masses dans un abrutissement de plus en plus abyssal et une absence de normes vertueuses.", écrit Sébastien Morgan ; il a affreusement raison.

CRESSON (1)

Un autre cabas à traîner, et ce n'est pas dans une arrière-cour d'une ruelle de périphérie, non ! Nous sommes place de la Brèche, fierté touristique dont s'enorgueilli la ville,  à Niort, plusieurs heures après le ramassage des poubelles.

CRESSON (2)

Et sans même avoir à fouiller, sur le dessus, une barquette de cresson non ouverte ! Déjà, là, le satané plastique qui pointe sa tronche, et dont on pleurniche après qu'il va empoisonner les océans. Je connais des vendeurs de cresson vrac, au marché, autrement plus sympathiques qu'un anonyme supermarché, et beaucoup moins cher. Mr Martin par exemple, sur le parvis des Halles le Samedi. Le seul avantage, là, c'est que l'emballage sous vide l'a préservé et on a pu se faire une bonne soupe. Moi, si fragilisé par la maladie, j'en suis pas crevé voyez vous *:)) Marrant En dépit des pronostics d'un toubib, il y a quelques années, qu'aurait sans doute bien aimé, et voulait m'humilier selon le précepte très en cour chez les gens biens, socialistes y compris, que récupérer est honteux, quand ce n'est pas un crime... Désintégration des valeurs...*X( En colère

recup (16)

recup (17)

recup (18)

Un autre dépôt, le carton, même jour, même secteur ! Et une partie de son contenu... Soit dit en passant et rien que pour vous embêter ; les marrons on les a mangé. Ben vous voyez, j'ai pas été plus malade que d'habitude... Et je n'ai pas fouillé de poubelles. Je me suis contenté de ce qui traîne au sol, interdit par le règlement municipal du reste. Je suis bien gentil d'éviter une amende au contrevenant. Encore que dans ce cas précis, l'identifier aurait été difficile. Néanmoins je crois que j'y suis parvenu ; cependant mes méthodes ne s'apprennent pas dans les écoles de Police *:)) Marrant
Je n'en finirais pas sur ce chapitre. Il y a des dizaines de photos, des centaines même, que je ne publierai jamais. Je suis à ce point écoeuré, je perds du ressort face aux autres problèmes conséquents, consécutifs et affèrents à la lente destruction de la Terre. Je signe des poignées de pétitions qui le plus souvent sont des coups d'épée dans l'eau. J'évite à quelques bouteilles de dériver jusqu'à la mer aussi...

ville propre (2)

Tenez, celle-là est un exemple entre mille. Je ne la prends pas au hasard tout à fait. C'est que j'ai mis 15 jours avant de me décider à la ramasser... Sous le nez des éboueurs qui passaient *O:-) Un ange. Peut-être y serait-elle encore si je n'étais intervenu. Niort Ville propre !
Et il n'y a pas que les détritus le long des rues et le gaspillage alimentaire. Depuis ce matin je suis équipé en espadrilles neuves pour l'été, si du moins je survis jusqu'à la fin. Et tant d'autres choses...

GASPILLAGE_05 (5)

GASPILLAGE_05 (4)

Il y a des jours où je me perds en conjecture ; la poche est espagnole et la boîte de gâteaux est Basque ! Comment cela a-t-il pu atterrir sur un trottoir niortais ? Franchement ? Entre Bayonne et ici, 370 à 400 bornes, ils n'ont pas eu le temps de les boulotter leurs pains au chocolat ? Peut-être est-ce là la boulangerie de Monsieur Copé ?

GASPILLAGE_05 (3)

Il y a aussi le fêlé de service ; je croise des scènes du genre régulièrement ; qui jette les oeufs intacts avec les oeufs ébréchés, dans leur boite d'origine (tatouage faisant foi) dans... Un container à verre !!! Ce dernier, à l'abandon depuis plusieurs mois à un carrefour de rues très fréquenté est plein de tout sauf de verre semble-t-il.

LUMINAIRE

Et ça ? J'ai raté la photo dehors ; à quatre plombes du mat' sur la place saint Jean ! Avouez que c'est fort de café. Il n'était pas seul ; y'avait un paquet d'emballages étalés par terre, que j'ai collés à la poubelle de ville à côté, et aussi une écharpe à pompons. Cette dernière, on la collera aux objets trouvés à tout hasard un de ces quatre, comme le galure de l'autre jour... Sans conviction, mais on trouve tellement de choses qu'on ne comprends pas.
Je consterne et je désespère à côtoyer tout ce gâchis. J'écris pour ne pas hurler mon désespoir face à la connerie monumentale qui vous tient lieu de raison. Ça m'occupe un moment...
Il faudrait un miracle pour transformer ma vie ; ça ne sauverait pas la planète et son humanité pour autant ! Il en faudrait un autre, et bien plus grand ! Les miracles, c'est à l'échelle de l'histoire de l'humanité ; juste celle-là ; inversement proportionnel à la densité démographique et inférieur au nombre d'Avogadro. Ça se réalise à l'échelle homéopathique, avec toute la lenteur qu'il lui sied. C'est le genre de chose qui ne se commande pas. Et vos bergers élus par matraquage publicitaire vont vous précipiter toujours dans la même direction, et vous continuerez d'en rajouter une louche chaque matin, consciencieusement, volontairement même.

telefoon_4