poisson_avril_1Ca sent le poisson pas frais aujourd'hui.
Un vergobret de province, qui n'était que simple poissonnier oublié, devint Basileus ; dès lors il ne se sentit plus pisser dans la mare aux canards. Après avoir envoyé quelques merlans et morues à la pêche aux gardons il lui fallu bien constater à la remonté des filets qu'on était loin des exploits d'un Jésus à Génésareth. Une vague déferlante avait emportée au loin même le menu fretin. « Ce ne serait qu'un détail, pensa le pêcheur, s'il n'y avait 12 apôtres couleur de vitriol. présentons-les comme des requins et les gardons effarouchés reviendront dans nos filets »...
Sur ce il invita le banc et l'arrière banc à une valse endiablée dans le sillage de la colère de Poséïdon qui menace de tout submerger au prochain ras-de-marée.
La friture dans le courant comme les hérons et grenouilles sur la rive assemblés continuèrent de se plaindre de la pitance qu'on leur servait. Ça n'est jamais assez pour leur délicat gosier et il n'est pas un pisciculteur qui trouve grâce à leurs yeux. Ils manquent de tout parait-il et même de l'essentiel.

ordures_samedi29 (11)

ordures_samedi29 (12)

ordures_samedi29 (13)

ordures_samedi29 (14)

ordures_samedi29

ordures_sauvages (3)

Du fond de ma caverne les échos du ressac me parvenaient sans que j'en saisisse bien les réelles causes hormis peut-être la haine sans objet plantée au coeur de l'argile par Satan soi-même, puisque, quel que fusse le pêcheur, ou le poissonnier, son panier est toujours prétendument vide quand sa poubelle est véritablement une corne d'abondance ; où l'or lui-même est rendu impropre à la consommation mais gaspillé ; ainsi qu'en témoignent les clichés ci-dessus. Ces quelques exemples ne sont que des détails de l'Histoire.

ordures_samedi29 (8)

En absurdie il est même un trône pour assister confortablement aux débordements des étalages de mépris des maquereaux qui avec leurs gueules de merlans frits sont prêts à gober n'importe quelle anguille du moment qu'elle sent la curée.
Devant ce déballage j'entends encore le hurlement de la horde du marché qui me gueulait des "crève salope" (enfin, l'équivalent) et m'aurait tué si ils avaient osés. Le pauvre, le biffin par obligation est forcément criminel ; On ne donne pas plus un fauteuil qu'une feuille de salade ; le pauvre doit payer pour tout tandis que le larbin du capital lui veut tout avoir et rien payer. C'est d'la faute au gouvernement dit-il. Pauvres andouilles qui marcheriez encore au pas de l'oie et enfourneriez les gazés si cela vous était ordonné. Pauvres types qui ne valez même pas la balle qu'on vous colle dans le dos lorsqu'à ce qu'on appelle "Libération", la peur et la haine changent soudain de camp. Larbins des poissonniers qui vous servent sans cesse les même truites pourries et que vous accommodez à la moutarde rance du moment que ça pimente vos nuits fades de délires à rien (Ariens) penser.

a_vote_5

 Haine sur la Terre comme au Ciel pour les hommes de mauvaise volonté. Nous boirons le calice jusqu'à l'hallali et il ne restera bientôt que la lie, comme une traînée de sang noir sur les routes qui séchera au grand soleil d'un pays desséché qui a perdu son âme.

FRANCE_B2